4694

CHRONIQUE PAR ...

82
Cedric
Cette chronique a été mise en ligne le 25 juin 2011
Sa note : 9/20

LINE UP

-Bill Steer
(guitare+chant)

-Greyum May
(basse)

-Ludwig Witt
(batterie)


TRACKLIST

1)Soul Savior
2)Ruined
3)Bright Lights
4)For Crying Out Loud
5)Farewell
6)A Wing & a Prayer
7)Pound of Flesh
8)Arabesque
9)Lose Your Delusions
10)Pantomine

DISCOGRAPHIE


Firebird - Double Diamond
(2011) - rock - Label : Rise Above



Carcass et Napalm Death, deux dinosaures de la musique de chambre mortuaire appelée "grindcore", ont eu dans leurs rangs un homme, Bill Steer, qui était bon dans ce qu'il faisait et qui a un jour décidé de faire du Rock... Bah, pourquoi pas? Firebird est donc son échappatoire depuis 1999, sa porte vers le monde des mélodies métalliques, bien loin des growls hallucinants et saignants de ses deux illustres groupes. Perso, je ne connaissais pas cette entité et à l'écoute de ce Double Diamond, j'me dis, « euh, c'est pas grave ».

Très honnêtement, je ne pensais pas avoir le temps de faire cette chronique, parce que mine de rien, chez Les Eternels, on fait les choses consciencieusement, on fait attention de prendre le temps. Chroniquer un album, ça n'est pas juste plébisciter ou, à l'inverse, défoncer un ou plusieurs musiciens, en quelques mots posés à l'arrache. Non, il faut, le temps de quelques écoutes, devenir LE fan numéro 1 du groupe, il faut l'aimer avant même d'être sûr de l'aimer, et après seulement détricoter ce que l'on pense, et essayer de rester impartial pour que LA note ne devienne pas une sanction, pour qu'elle ne soit pas injuste, pour qu'elle ne reflète pas une réalité déformée... Vous avez remarqué que je n'ai pas encore parlé de ce Double Diamond ? C'est normal : je vous explique que tous ces mots, et ceux qui vont suivre, ont été écrits au terme d'une réflexion poussée et aboutie sur cet album, que je n'en veux pas particulièrement à ces gars, que je n'attendais rien d'eux, et que là, sans déconner, c'est de leur faute quoi !

C'est bien simple, depuis que j'écoute du Hard, donc depuis grosso modo 93-94, j'ai rarement entendu un groupe déployer autant d'énergie en vain. Tout est pourtant là, le début de "Soul Savior" est sympa, c'est rock n'roll, avec la cowbell qui va bien, le grain des guitares rugueux et chaud comme du AC/DC, mais il faut avouer que deux minutes après le début du morceau, bah il ne se passe plus rien, y a bien une montée au milieu du titre, avec un p'tit solo et tout et tout mais le refrain plombe tout, la voix est à l'ouest complet, à bout de souffle en permanence, la basse aux abonnés absents. Et surtout : le riff qui structure le tout est vide ! Absolument vide ! Et c'est valable pour tout l'album, les notes s'enchainent mais aucune ne touche dans le mille, ça reste une succession de notes mal senties. La seconde offrande, "Ruined", est globalement nulle, le "refrain" est ridicule, avec cette voix de papy essoufflé scandant sans forces "ruined!", sur fond de rock/funk tout pourris. Après, ça continu et rien n'y fait, l'album ne décolle JAMAIS.

Je suis dur hein ? Ouais, mais comme je le disais plus haut, le but de la chronique N'EST PAS de descendre l'album gratuitement. Il y a quelques temps (années sombres de la chanson française), j'avais chroniqué l'album 300 Lésions du groupe Kyo. Je me l'étais tapé 26 fois, pour essayer de les sauver, mais à chaque fois que je l'écoutais, je lui enlevais un demi point, comme pour me venger du Destin qui me faisait perdre mon temps avec ces mélodies mièvres et sirupeuses. Là c'est pareil : c'est faussement méchant, faussement chanté, faussement rock. C'est juste bien joué, techniquement, mais ça ne suffit pas (c'est le cas pour Malmsteen d'ailleurs). Firebird SAIT utiliser ses instruments, y a pas de soucis, mais la flamme n'est pas là. Rien ne sauvera cet opus, et moi j'ai perdu 4 heures de ma vie. Alors je vais tirer jusqu'au bout de cette chronique en vous racontant que j'ai changé de voiture, que la nouvelle est rouge et qu'aujourd'hui il a fait très chaud chez moi. C'est à peu près aussi intéressant que ce Double Diamond, c'est dire...


Bon. Lorsque je leur aurai pardonné, je me pencherai peut-être sur les premiers albums du groupe, mais là, mon coeur et mes oreilles saignent. La dernière offrande de Firebird est à conseiller à quelqu'un qui n'a rien à faire dans sa vie. Marche aussi si vous avez à offrir un cadeau pour être poli mais que la personne en question vous sort par les yeux. Vous lui ferez perdre un bout de son temps, et vu comme c'est cher, le temps, ce sera un manoeuvre particulièrement mesquine et efficace. J'vais m'écouter un p'tit Heartwork pour oublier tiens.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4