4732

CHRONIQUE PAR ...

87
Malice
Cette chronique a été mise en ligne le 25 août 2011
Sa note : 17/20

LINE UP

-Björn Jansson
(chant)

-Mats Hedberg
(guitare)

-Morgan Ågren
(batterie)

TRACKLIST

1)Jaipur
2)
Ujevkoszonto
3)
Uggarderojr
4)
Rjoredraggu
5)
I - The Gathering
6)
II - Rendition
7)
III - Defender & Believers
8)
Norrsken
9)
Lvorna
10)
Capriccio
11)
U Playin On My Drum
12)
Outrott
13)
Allegro Vivace
14)
Digerrojr
15)
Vargton
16)
Naudljaus
17)
Tokeri 1
18)
Tokeri 2

DISCOGRAPHIE

ProgXpriMetal (2011)

Vargton Projekt - ProgXpriMetal
(2011) - rock prog - Label : Lion Music



Quand j'étais petite (et que j'écoutais la discographie entière de ELP sans sourciller), je m'étais naïvement imaginé le progressif comme un genre élitiste, inaccessible et refusant les compromis. Bref, un cercle privé dont très peu d'artistes pouvaient se vanter d'en faire partie. Hélas ! Je compris bien vite que - comme dans tous les genres - le prog était infesté. Infesté par des faux, par des copies répugnantes suintant l'impureté et l'édulcorant. C'est ainsi que depuis cette désillusion j'ai pris l'habitude de me méfier des groupes se disant « influencés par Frank Zappa ». Alors imaginez ma réaction lorsque je lus la description de Vargton Projekt...

Et c'est là que... surprise ! Le groupe ressemble vraiment à quelque chose ! Et c'est là que - miracle ! on sent l'influence directe de groupes comme King Crimson et Zappa... sans pour autant que les morceaux tiennent du pompage. Rien que pour ça, Vargton Projekt ont échappé au blâme. Mais qu'en est-il du détail, de l'album en lui-même ? Hé bien, le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est du vrai progressif : technique, barré, à la limite du supportable sur certaines pistes comme "Jaipur" ou "The Gathering" ou tortueux et faussement langoureux sur "Lvorna" et "Rendition". Difficile d'émettre une critique négative à l'encontre d'un groupe qui a produit un travail aussi intense et aussi audible.

Sérieusement, on ne pourrait même pas - avec toute la mauvaise foi du monde - nier la brutalité et l'efficacité qui nimbe l'ensemble des tracks de ProgXprimetal et ce des les premières mesures de "Jaipur" jusqu'au final crescendo de "Tokeri 2". Heureusement, les suédois de Vargton Projekt ont bien compris que leurs auditeurs restaient humains et ont ainsi placé de petits interludes et autres chansons plus calmes tout au long de leur oeuvre, la plus sereine étant un "Norrsken" qui rappelle Vai. Dans la même veine, "Lvorna" est cependant plus nerveux et mélancolique... il y a un mot en anglais qui lui conviendrait bien : « Restless ».

Le reste est une succession de metal nerveux et chaotique sur laquelle vogue la voix profonde de Björn Jansson. Il ne faut pas croire pour autant que les autres instruments sont relegués au deuxième rang : "Allegro Vivace" laisse une belle place à un jeu entre la guitare et le piano. D'autres instruments parfois plus curieux (il me semble avoir entendu une mandoline (?) sur "Jaipur" ainsi que de la percussion orientale sur "Uggarderojr") viennent se faire une place au coeur des morceaux, donnant parfois une impression des plus étranges (et que penser du break quasi-asiatique qu'est "Rjoredraggu" ?). Quant à la batterie, elle est absolument bluffante et techniquement impeccable.

Mais c'est peut-être lors du triptyque "The Gathering", "Rendition" et "Defenders & Believers" que le Vargton Projekt démontre le plus son talent. Entre instants profondément torturés (le refrain de "Rendition") et cascade de guitares, les suédois imposent leur son brut et - paradoxalement - extrêmement travaillé. Dans la lignée des moins indigestes on peut noter le très bluesy "U Playin on my Drum" ainsi qu'un "Uggarderojr" qui n'aurait pas déplu aux rois cramoisis des années 70. En comparaison, "Tokeri 1" et "Naudjlaus" semblent manquer de pertinence et c'est dommage : Ce sont ce genre de tracks qui contribuent à rendre l'album un tantinet... trop long.


Malgré quelques défauts dus à la longueur de l'album et au côté excessivement progressif du tout, il est clair que ProgXpriMetal saura s'imposer chez les fans de prog les plus exigeants. Je ne saurai que trop leur conseiller cet album... quant aux autres, munissez-vous de quelques calmants, isolez-vous, assurez-vous qu'il n'y ait aucun obstacle entre vous et le bouton arrêt... et lancez-vous ! Après tout, ça ne peut pas faire de mal... si ?


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2