4801

CHRONIQUE PAR ...

88
Mita
Cette chronique a été mise en ligne le 17 septembre 2011
Sa note : 17/20

LINE UP

-Anaé
(chant)

-Ludo
(guitare)

-Mric
(basse)

-Grhyll
(claviers)

-Max
(batterie)

TRACKLIST

1)Fall of an Iced Dusk
2)The Frozen Path
3)The Grey Princess
4)Revelation
5)The Old Guardian
6)Prison of Memories
7)Theater of a Blazing Night
8)Burning Horizon
9)Over the Past
10)Poison
11)The Bow and the Beast
12)Obsidian Collapses
13)A New Dawn

DISCOGRAPHIE


Adrana - The Ancient Realms
(2011) - speed metal power speed metal symphonique progressif - Label : Brennus Music



Revoici Adrana, groupe de metal français, qui avait fait un peu parler de lui après un premier essai, Perturbatio, en 2008. Mais pas le temps de traîner que 3 ans plus tard, ils sont de retour, sur le devant de la scène, pour ne pas se faire oublier avec un nouvel album, The Ancient Realms. J'avoue que quand je vois l'étiquette « metal symphonique à chant lyrique », je suis toujours sceptique car souvent, le problème est le même : la chanteuse en question n'a aucune technique. Cette fois-ci, c'est différent.

Au travers de The Ancient Realms, comme pour l'album précédent, les Français nous racontent l'histoire de la princesse Adrana et de sa quête, et cette fois-ci, au travers des royaumes de glace et de feu, chaque partie correspondant à un royaume. Outre cette dimension heroic fantasy, c'est la musique qui compte, et celle des Tourangeaux est impressionnante de maturité. Exit l'ombre Oceanborn qui pouvait être collée au précédent, maintenant, place à une musique à la personnalité affirmée et au caractère bien relevé. Et ce qui se remarque aux premières écoutes, dès les premiers instants, au fur et à mesure de l'opus, c'est un tournant quasi-progressif de la musique, avec des variations de rythme très présentes, qui ponctuent l’œuvre d'une ribambelle de nouvelles surprises, faisant gagner en fraîcheur et en intérêt la musique des Français. De plus, la technique très au point des musiciens permet de passer, instrumentalement, un agréable moment, chacun jouant avec dextérité et adresse, nous gratifiant de passages plus que sympathiques. Mention spéciale à un excellent clavier.


Exit le français, les paroles sont cette fois en anglais, et le micro est toujours tenu par Anaé, qui est, sans conteste, le point fort du groupe, tant sa voix est impressionnante. Enfin une vraie chanteuse lyrique qui ne joue pas dans la seconde division. Ici, c'est une voix qui est de premier plan, un chant d'opéra magnifique, varié et riche, apportant une foule d'émotions diverses et variées à la musique. En plus de cela, la jeune femme apporte une tournure très dramatique, théâtrale à la musique, collant parfaitement à la peau du personnage qu'elle incarne, et tout cela avec brio, d'une main de maître, sans lasser ni exaspérer. Capable de monter très haut, elle éblouit littéralement du début à la fin, et la production de grande envergure laisse un espace d'expression suffisamment intense à la demoiselle pour briller. Elle est aussi en mesure de se faire sublime dans la plus douce ''Prison of Memories'', ballade.


D'ailleurs, cette ballade, c'est le seul morceau qui n'aura pas retenu mon attention sur ce The Ancient Realms. ''Prison of Memories'' a beau être belle, et avoir une intéressante montée en puissance, elle est immédiatement éclipsée par tout le reste. Et cela passe par celle qui est, à mon sens, la perle de ce brûlot : ''Obsidian Collapses''. Quel charme se dégage de ce titre si énigmatique, inquiétant, déroutant ! Résolument progressive, mais jouant également dans le domaine du power/speed symphonique, le style principal d'Adrana, elle colle des frissons à son écoute, par des musiciens compétents, l'intervention d'un excellent growl et surtout une Anaé au meilleur de sa forme ! ''Burning Horizon'' est un autre moment fort de cet opus, avec un refrain épique et accéléré du meilleur effet, mais aussi ''The Frozen Path'', incroyablement tubesque et catchy, la sauce prend dès la première écoute. En fait, la ballade mise à part, il n'est à noter aucune faiblesse dans le registre mi-progressif, mi-power/speed symphonique du combo, dont l'énergie fait son petit effet là où elle passe !


La seule chose que j'ai envie de dire après l'écoute de The Ancient Realms, c'est que nous tenons là un grand nom du metal dit « à chanteuse » français ! Entre des compositions variées et agréables, de nombreux moments forts qui montrent à quel point l'évolution des cinq Français est énorme,une chanteuse de la plus grande envergure qui n'a rien à envier aux grands noms du genre, voilà de quoi passer un excellent moment ! Ce groupe, s'il dispose de la médiatisation nécessaire, possède toutes les cartes en main pour devenir un grand du genre.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3