4836

CHRONIQUE PAR ...

85
JC
Cette chronique a été mise en ligne le 02 octobre 2011
Sa note : 11/20

LINE UP

-Hank von Helvet
(chant)

-Anders Odden
(guitare)

-Audun Stengel
(guitare)

-Tim Skold
(basse)

-David Husvik
(batterie)


TRACKLIST

1)You Are God
2)Sign My Name
3)I Declare: Treason
4)Bleed Idiot Bleed
5)(Don't) Waste It
6)Blame Is the Game
7)Ok (We're Just About to Die)
8)Misconception
9)Glory (Throw the Axe)
10)Revenge
11)Victorious

Bonus Tracks

12)Fools Gold
13)The Whore in the West


DISCOGRAPHIE


Doctor Midnight And The Mercy Cult - I Declare: Treason
(2011) - rock Big Line Up - Label : Season Of Mist



Doctor Midnight and the Mercy Cult  ; un patronyme aussi bien tarabiscoté qu’attirant, derrière lequel se cache un rassemblement de musiciens issus de formations plutôt prestigieuses : Hank von Helvet (Turbonegro), Tim Skold (Marylin Manson, KMFDM), Anders Odden (Satyricon, Celtic Frost, Ministry), David Husvik (Extol), Audun Stengel (Apotygma Berzerk). Alors, on aime ou on aime pas, mais avouons que comme line-up c’est plutôt pas mal.

Première question oblige : A quoi peut ressembler un tel projet vu les registres très différents abordés par les anciennes formations de chacun des musiciens? La réponse est simple : A une espèce de melting-pot, plutôt cohérent, de tous ces genres et duquel semble notamment se dégager trois têtes pensantes, à savoir les trois premiers noms cités plus haut (surpris ?). Que les fans de Turbonegro le sachent, Hank von Helvet ne revient pas avec un groupe aux accents punk rock aussi marqués qu’ils l’auraient peut-être souhaité ; les fans de KMFDM ou Manson  n’auront pas leur dose 100% indus. Idem pour ceux de Satyricon qui pourraient imaginer un album plus orienté black. Cependant, même si nous ne nous retrouvons pas face à un projet au registre bien ancré, toutes ces identités restent présentes.

Sur un bon nombre de titres notre esprit s’amuse à deviner lequel de leur projets antérieurs Skold et ses comparses nous renvoient. Chose qui devient néanmoins assez vite frustrante avec la désagréable sensation de voir un groupe composer des titres avec de vieilles recettes, certes efficaces, mais en deça de la personnalité qu’il pourrait déployer ("OK (we’re just about to die)" et ses relants mansonniens). Cela n’empêche cependant pas l’album d’avoir quelques titres efficaces ("(Don’t) waste it" ; "I declare : Treason") que l’on retient vite. Pour ce dernier fait, avouons que le talent de Hank von Helvet à balancer des refrains aggripants, est un élément capital. Malheureusement, ces bons élans arrivent trop peu de fois dans un ensemble plutôt fade. Même adjectif auquel il est possible d'associer la production de l'album.

Preuve est faite que le C.V ne fait pas tout. Bien qu’ayant quelques aspects attirants DMATMC ne parvient pas à être aussi convaincant qu’on l’aurait espéré. Peut être y avait-il trop d’attente dans ce nouveau groupe, tout simplement. Bref, pas de quoi gueuler au scandale, mais pas de quoi hurler au génie non plus.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2