4846

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 05 octobre 2011
Sa note : 12/20

LINE UP

-Vlad
(chant)

-Sly
(guitare)

-Tud
(basse)

-Bibs
(batterie)

TRACKLIST

1)Nipples Begin to Fall
2)Blood Bath
3)Internal Combustion
4)The Way of the Damned Souls
5)Irreversible

DISCOGRAPHIE

Godbleed (EP) (2011)

Godbleed - Godbleed (EP)
(2011) - thrash metal stoner sludge - Label : Autoproduction



Quand on est un groupe Neversois (dans le cinq-huit, toi-même tu sais) on fait du hardcore, on joue au Café Charbon et on enregistre au Pac des Ouches. Godbleed s'inscrit donc dans une certaine tradition, si ce n'est qu'ils ne font pas de hardcore... ils font du sludge. Gros riffs plombés, rythmes lancinants, feeling poisseux et chant death sont donc au programme de ce premier EP qui tape juste sous les vingt minutes de musique.

Le son est habituel pour le lieu d'enregistrement : il est un cran au-dessus d'une autoprod garage, mais clairement en-dessous de ce que certains groupes non signés ont pu nous proposer ces quelques dernières années. La batterie en particulier ressort peu, ce qui nuit à la puissance de l'ensemble... et c'est dommage, car Godbleed pratique une musique pensée pour cogner fort. En bon groupe de sludge ils piochent largement dans le stoner pour trouver des riffs lancinants et tout en lourdeur, à l'image de celui ouvrant "Blood Bath" qui fleure bon Black Sabbath. Quand le groupe accélère le tempo cela donne soit du hard-rock couillu qui sent l'huile de vidange soit du thrash mélodique, "Internal Combustion" étant un bon exemple vu que la compo lie les deux. Le côté métal est incarné par "The Way of the Damned" et son riff qui aurait pu être pondu par un groupe de thrash Bay Area. "Irreversible" tape pas mal du côté thrash, aussi au point qu'on fait difficilement le lien avec les premiers moments cités, d'ailleurs... Et oui, Godbleed n'échappe pas à la condition quasi-universelle des jeunes groupes : ils se cherchent.

Le boulot d'unifier tout ça revient traditionnellement au chanteur, et Vlad fait la moitié du boulot. Son chant hurlé/braillé colle plutôt très bien sur les premiers titres de l'EP car ils renferment beaucoup de passages soit lents, soit mid-tempo :  son grain naturel renforce la lourdeur des plans pensés pour écraser la face et l'effet est réel. Par contre son placement rythmique et sa capacité à tenir ses notes laisse à désirer quand le groupe part dans le thrash rapide, et c'est dans ces moments-là que son côté amateur est le plus exposé. Avec un soupçon de technique tout ça pourrait donner un   résultat remarquable, mais pour l'instant le niveau est trop inconstant pour compenser le manque de cohérence stylistique. Les Godbleed envoient plus quand ils groovent que quand ils speedent, mais ils envoient encore plus quand ils expérimentent. Le break central presque néo-métal de "The Way Of The Damned", l'intro de "Irreversible" qui fleure bon Kyuss et le petit cou de slap dans le refrain... autant de moments qui prouvent que Godbleed essaye de créer. Et ça, c'est bien.


Ce premier EP est loin d'être parfait, il est trop décousu et amateur pour prétendre à quoi que ce soit, mais il parvient à donner l'impression d'un réel potentiel. Les Godbleed ont besoin de bosser, et la bonne nouvelle c'est que les membres ont vingt ans en moyenne... donc tous les espoirs sont permis. Attendons-les au tournant pour mesurer leur marge de progression lors de leur prochaine sortie !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5