4865

CHRONIQUE PAR ...

88
Mita
Cette chronique a été mise en ligne le 18 octobre 2011
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Davide Cicalese
(chant)

-Stefano Centineo
(guitare)

-Luca Rossi
(guitare)

-Marco Brambilla
(basse)

-Simone Sgarella
(batterie)

-Laura Brancorsini
(violon)

-Elisabetta Rossi
(harpe)

-Maurizio Cardullo
(bouzouki)

TRACKLIST

1)Intro
2)Venti Di Imbolc
3)Ancient Rites
4)Cathubodva
5)The Gods Have Returned
6)Golden Spiral
7)Curmisagios
8)Miracolous Child
9)Medhelan
10)Bright Eyes
11)La Caccia Morta
12)Banshee
13)The Glorious Dawn

DISCOGRAPHIE

Furor Gallico (2011)

Furor Gallico - Furor Gallico
(2011) - folk metal festif - Label : Massacre Records



Illustres inconnus jusqu'alors, le combo Furor Gallico vient pourtant de signer chez Massacre Records et de rééditer son premier opus éponyme sur ce label. Oui, car en fait, le voici en 2011 sur le label, mais il a déjà été fait en auto-production l'an passé. Arrivant sur le terrain déjà très peuplé (pour ne pas dire bouché) du folk metal, les huit membres vont tenter de se faire une place au soleil dans le milieu. Enfin, pas si sûr, car il est difficile de nos jours de percer réellement. On va bien voir ce que ça donnera avec eux.

Furor Gallico est plutôt festif, et en cela, il rentre bien dans le rang d'un Korpiklaani ou d'In Extremo. En fait, les Italiens sont tout sauf originaux, tant dans la multitude des membres constituant le groupe, qui rappelle Eluveitie, que dans la musique qui, elle, n'est pas une référence dans le genre, même si le combo exécute bien son art. On prend du plaisir à chantonner les airs des titres, accompagnés d'instruments à cordes (guitare, harpe, etc etc), et ce qui est bien bon à constater, c'est que le groupe possède pas mal de talent et le met au service de la musique. Sans avoir une vraie personnalité, les Italiens se laissent écouter avec plaisir, et leurs airs ''chansons festives'' passent bien mieux que les dernières productions de Korpiklaani, par exemple. De plus, tout reste extrêmement cohérent et évitant la surenchère. A la fois festif mais gardant son sérieux, Furor Gallico intègre bien le mécanisme et se conduit très professionnellement, passant à côté du piège trop ''brouillon'' dans lequel un Arkona est tombé avec Slovo.
La voix est majoritairement hurlée, mais passe aussi à un registre clair, avec assez de brio d'ailleurs. La belle harpiste vient prêter main forte de temps à autre au frontman, et, sans être exceptionnelle, elle s'en tire bien. Du coup, c'est avec un plaisir non dissimulé que la redondance est évitée, car un même registre aurait non seulement entraîné la monotonie, et, suite à cela, cassé l'ambiance instaurée. Ces voix, d'ailleurs, sont en parfaite osmose avec la musique, de quoi réjouir les fans. Là où Furor Gallico est malin, c'est aussi de proposer divers types de compositions, de la longue mais intense ''Miracolous Child'', l'excellente conclusion ''The Glorious Dawn'' ou encore les plus courtes mais agréables ''Golden Spiral'', ''Bright Eyes''. Pas question d'ennui car la musique, même si gardant une certaine homogénéité, est plutôt diversifiée, ne serait-ce que dans l'emploi des instruments ou des voix. Malheureusement, les chœurs, pourtant agréables, sont trop lointains, et tout rappelle un tel ou tel autre nom du genre. Ces points ternissent un peu le tableau …


Furor Gallico, premier album de Furor Gallico, est un bien bel album, mais qui manque encore d'une identité propre et solide, se contentant parfois de ne reprendre que les éléments des ténors. Mais l'écoute agréable et les bonnes voix élèvent largement le niveau et font de nos Italiens de potentiels grands du genre. Massacre Records vient de signer sa peut-être future poule aux œufs d'or. Maintenant, plus qu'à faire fructifier ce potentiel et, surtout, trouver une voie qui leur permettra de se démarquer.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1