4878

CHRONIQUE PAR ...

86
Althor
Cette chronique a été mise en ligne le 30 octobre 2011
Sa note : 8/20

LINE UP

-Björn Gooßes
(chant)

-Jens Basten
(guitare)

- Tobias Bruchmann
(basse)

-Adriano Ricci
(batterie)


TRACKLIST

1)Epitaph   
2)This Neon Grave
3)Days Of the Mute   
4)Five Scars   
5)Void Venture   
6)The Tides Of November   
7)Life Denied   
8)Endtrip   
9)Whiteout   
10)A Mouthful Of Death   
11)Bloodsong   
12)Blackmouth Blues   
13)The Wake

DISCOGRAPHIE

Five Scars (2011)

Night in Gales - Five Scars
(2011) - melodeath - Label : Lifeforce Records



Night in Gales est une formation allemande qui a vu le jour en 1995. Le moins qu’on puisse dire c’est que leur renommée est loin d’être hallucinante. D’après le papier que j’ai entre les mains, leur démo a fait de très grosses ventes à l’époque. Ça s’est visiblement corsé par la suite. Pas étonnant, la concurrence est tellement rude dans le domaine : du melodeath on en trouve à la pelle. Après, d’un point de vue qualitatif, chacun sait que tout ne se vaut pas.
 
Et directement on est mis dans le doute à l’écoute de ce début d’album. L’intro joliment nommée "Epitath" est assez soignée mais pas bien originale. Le premier véritable titre inquiète sérieusement avec un chant tout simplement horrible à mi-chemin entre du metalcore et du death petit bras. Pourtant, c’est loin d’être déconnant musicalement parlant, notamment en ce qui concerne les lead, plutôt accrocheurs sur les refrains et le break de cet opener. On note également la présence d’un chant clair/plaignant qui est pour le coup pertinent, il fera d’ailleurs plusieurs apparitions le long de cette galette. Le deuxième titre démarre bien, avec ce même chant, suivi d’un vrai chant death ! C’est qu’en plus Björn Gooßes est capable de chanter correctement en voici la preuve. Malheureusement ça ne dure pas, "Five Scars" contient à nouveau des vocaux pour ainsi dire moches. On y retrouve toutefois le thème de l’intro, qui donne une ambiance grave.
Sur le beau "The Tides Of November" on peut entendre du violoncelle, ce dernier est bien intégré et apporte un réel plus au titre ; une réussite. Mais le constat est là, même si la section instrumentale peut flatter l’oreille de l’auditeur, ça ne prend pas. Et pourtant les musiciens sont plutôt bons, que ce soit niveau rythmique ou lead, c’est plutôt correct. On ne peut s’empêcher de penser à un sacré gâchis. Les compositions sont loin d’être mauvaises, on imagine ce que ça aurait pu donner avec un vrai chanteur death. "A Mouthful Of Death" est un autre exemple parmi d’autres, le début est très accrocheur mais le chant ruine tout. Les gros clichés sont également de la partie, c’est le cas avec "Blackmouth Blues", une pseudo ballade chiante basée sur du mid-tempo avec un refrain sirupeux. Et ce n’est pas le solo réussi qui pourra à lui tout seul rattraper le coup. "The Wake" clôt l’album d’une manière similaire à l’intro, soigné mais dénué de personnalité. Au niveau de la production c’est bon, le son convient pour le genre, tout est bien mixé, sauf une basse peut-être trop discrète.

 
Il aura fallu dix longues années à Night in Gales pour sortir leur cinquième album. Certes, de bonnes choses sont présentes mais ça reste très classique et peu original. Le chant ne colle pas très bien avec la musique et dessers vraiment la musique des Allemands. Bien sûr c’est énergique et en live ça peut donner quelque chose de bien. A écouter chez soi tranquillement c’est juste ennuyant et il existe tellement mieux dans le milieu. A réserver éventuellement à ceux qui n’ont pas de problème avec le métalcore.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6