4905

CHRONIQUE PAR ...

87
Malice
Cette chronique a été mise en ligne le 11 novembre 2011
Sa note : 15/20

LINE UP

-Boris Pillmann
(chant)

-Guido Dobrauz
(guitare)

-Bernd Siedler
(guitare)

-Bill Peckham
(basse)

-Hakan Cetin
(batterie)

TRACKLIST

1)View Into Blur
2)I Hate NY
3)Run
4)One Thing
5)So
6)Rockets to Somewhere
7)Carpets
8)Bitterness
9)Gods Are Laughing
10)Superhero Smash Hit Wonder
11)Remaining Days
12)All Quiet

DISCOGRAPHIE


Sep7ember - Strange Ways Of Going Home
(2011) - punk - Label : SPV



Les temps sont sombres. En effet, le punk est bel et bien mort et le vrai bon rock a des apparences de cadavre qu'on tente vainement de réanimer. De temps en temps, ça marche... et le reste du temps, ça fait mal aux oreilles et au coeur. C'est en plein dans cette période morbide qu'ont émergé les cinq lascars de Sep7ember, tout droit venus d'Allemagne. Et là, il s'est produit un miracle... la réanimation a été un succès.

Surfant entre rythmes diablement efficaces et refrains enjôleurs, les musiciens Sep7ember ont tout pour plaire. Il suffit d'écouter la première piste pour s'en rendre compte : batterie énergique, refrain mélodieux, guitares qui envoient et une sacrée bonne ligne de basse... une formule qui durera tout l'album, pour notre plus grand bonheur. Porté par la voix très typée de Boris Pillmann, le quintet passe de ballades mélancoliques et gentiment bluesy ("So", "Biterness") à des tunes beaucoup plus agressives comme le single "I Hate NY", le tout avec une aisance et une homogénéité remarquable. Si bien que l'on a presque jamais le temps de s'ennuyer... presque.
Les défauts de Strange Ways Of Going Home sont discrets, mais ils sont bel et bien là. On peut les entendre lorsque l'attention décolle légèrement, lors de pistes moins remarquables ("Run", "Remaining Days")... sans aller jusqu'à dire qu'il faudrait les supprimer, ces pistes sont des "instants faibles" qui brisent le cercle d'efficacité crées par des chansons beaucoup plus dynamique. D'ailleurs, de toutes celles qui font de cet album un excellent moment, la plus brillante est sans doute un "One Thing" contenant à lui seul tout ce que contient de bon Sep7ember : un refrain entêtant et étrangement émouvant, des guitares tissant une nappe sonore impeccable... bienvenue au paradis des punks perdus.


Il y aurait sans doute beaucoup d'autres choses à dire sur Strange Ways Of Going Home, mais ce n'est pas vraiment un album sur lequel on a envie de disserter. Le mieux que je puisse vous conseiller reste d'écouter un album qui - loin d'être innovant pourtant - reste un excellent moment, grâce auquel on passera le reste de la journée à siffloter « I hate New York »...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2