4911

CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
Cette chronique a été mise en ligne le 14 novembre 2011
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Chance Garnette
(chant)

-Nate "Nate Feet Under" Garnette
(guitare)

-Scott "Scunty D." Hedrick
(guitare)

-Evan "Loosh" Linger
(basse)

-Dustin Boltjes
(batterie)


TRACKLIST

1)This Horrifying Force (The Desire to Kill)
2)Reduced to the Failure of Prayer
3)Of Ash and Torment
4)Choke Upon Betrayal
5)Erased and Forgotten
6)The Infernal Resurrection
7)Rejoice in Misery
8)Cleaver of Souls
9)Shredding Sacred Flesh
10)Sink Beneath Insanity
11)My Skin of Deceit

DISCOGRAPHIE


Skeletonwitch - Forever Abomination
(2011) - black metal thrash metal melting-pot - Label : Prosthetic Records



On ne le dira jamais assez mais les mélanges, c'est le bien. Après tout le heavy, le speed, le thrash ou le black sont des cousins, alors un cocktail de tous ces genres ne peut donner que de bonnes choses, non ? En tout cas, c'est le parti pris des Américains de Skeletonwitch qui ont en outre décidé que le mot d'ordre de ce Forever Abomination serait l'efficacité et la concision. C'est donc parti pour un peu plus d'une demi-heure (seulement, mais qui couvre pourtant 11 plages) de riffs assassins et de headbang qui feront le malheur des puristes mais le bonheur des autres.

Si le growl criard de Chance Garnette tire plus vers le black, la musique est réellement variée et il est difficile de poser une unique étiquette sur le quintet de l'Ohio. Les riffs alternent entre une veine thrash / speed très Bay Area des 80's ("Of Ash And Torment") et des tonalités plus black mélodique à la Dissection ("The Infernal Resurrection"). Des influences heavy parsèment également la galette essentiellement dans les soli d'influence très Maiden. Enfin, quelques pointes de death ou de rock n' roll viennent pimenter le tout. Comment faire du neuf à partir du vieux ? C'est un peu l'idée et mine de rien, on peine à trouver des artistes similaires évidents, si ce n'est Arch Enemy dans sa facette la plus violente, et encore... Force est de constater que derrière ce magma d'influences, le sorcier squelettique réussit à tirer son épingle du jeu et à proposer une musique originale.
 
L'album commence par le morceau le plus long de l'album (4:10 quand même!). Après quelques arpèges convenus, "This Horrifying Force (The Desire To Kill)" ouvre le bal de manière assez épique mais parfaitement efficace à la manière d'un Amon Amarth. En essayant d'analyser plus précisément les structures, on remarque que les riffs les plus épiques à la Immortal sont souvent réservés aux introductions ou aux refrains tandis que les boucheries thrash à la Kreator occupent plus les couplets, même si la règle est loin d'être une généralité. Difficile d'émettre des reproches à la formation d'Athens si ce n'est que le groupe n'invente rien et ne fait que mélanger de bons ingrédients dans sa marmite de sorcier, avec un talent toutefois indéniable. Peut-être le tout aurait gagné à être moins linéaire, car aucun titre ne se démarque du lot tant sur le fond que la forme. D'autre part, le format court n'est pas vraiment un souci, cette concision ne rend les titres que plus accrocheurs.

Ce melting pot ravageur est déjà la quatrième offrande des Américains de Skeletonwitch. Le groupe semble avoir trouvé son créneau et il aurait tort de changer de direction tant la machine semble bien huilée. La grande force de ce Forever Abomination est dans l'énergie maligne qu'il renferme. A aucun moment on éprouve de la lassitude et l'album s'écoute aisément d'une traîte. Une bien bonne surprise en somme pour ce groupe qui mériterait à être bien plus représenté. Chaudement recommandé!



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1