4947

CHRONIQUE PAR ...

86
Althor
Cette chronique a été mise en ligne le 18 décembre 2011
Sa note : 12/20

LINE UP

-Marco Obice 
(chant+guitare)

-Marco "Mark" Pastorino
(choeurs+lead guitare)

-Liuk Abbott
(basse)

-Luca De Vito
(batterie)



TRACKLIST

1)Beyond The Fragile Horizon
2)Show Me What You Can Do
3)Jason On The River
4)Hysteria & Madness
5)Shoot Me
6)Without
7)Together
8)The Liar
9)Nothing is The Same (Sacrifice)

DISCOGRAPHIE


The Ritual - Beyond the Fragile Horizon
(2011) - thrash metal - Label : Bakerteam Records



Allez, pour changer, je vous propose un groupe de métal italien, c’est quasiment aussi rare qu’un groupe français. Et c’est encore plus rare quand ladite formation pratique autre chose que du symphonique ou métal progressif. Neuf ans après sa création, The Ritual sort seulement son premier album après deux démos. Le groupe pratique un « heavy melodic core », voilà c’est dit, un bel hybride qui suscite bien des interrogations.
 
La première chose qu’on analyse à l’écoute fraîche d’un nouveau disque c’est le son. Et en l’occurrence, il est très puissant, un véritable mur. Ce sentiment est procuré par une production extrêmement lourde mais très précise. Une fois n’est pas coutume, le titre éponyme est une intro instrumentale, pour les paroles ça sera à vous d’imaginer « au-delà de l’horizon fragile ». On se rend vite compte du sens heavy très mélodique dès "Show Me What You Can Do". Premier titre et première déconvenue, en plus d’être ultra direct et donc ultra convenu, le refrain est répété de nombreuses fois et devient en conséquence vite lassant. Le morceau suivant évite cet écueil tout juste et garde l’attention de l’auditeur jusqu’à la fin.
La voix est d’ailleurs pour le moment très tendre et on espère que Marco Obice saura durcir le ton quand nécessaire. Car c’est bien gentil pour le moment mais on s’attend quand même à quelque chose de plus couillu, surtout avec « core » dans l’appellation. "Hysteria & Madness " est bien plus conséquent avec sa rythmique très puissante et le chant devient plus dense. Le passage instrumental est complètement monstrueux et donne une envie irrépressible de s’agiter, et ça on aime. La reprise sur fond d’arpège surprend mais elle est immédiatement suivie d’un solo. Ce titre restera l’un des plus réussis. Le riff de "Shoot Me" démontre que le groupe sait écrire des riffs très mélodiques pas désagréables mais redondants.
Et à mi-chemin de la galette, il est aisé de prévoir la suite. Car finalement, les titres se ressemblent beaucoup. "Without" débute comme une ballade mais l’évolution du titre est intelligente et alterne les passages calmes avec d’autres plus thrashy, c’est également dessus qu’on entend les vocaux les plus extrêmes. "Together" n’apporte strictement rien de nouveau même si la partie instrumentale est de nouveau efficace. "The Liar", avec son influence Pantera, passe beaucoup mieux et le solo est l’un des plus notables de l’album. Enfin le titre de clôture est également de très bonne facture et permet à l’album de se conclure sur un duo de haute volée.

 
Ce groupe possède bien des qualités, c’est indéniable. On peut citer la production maîtrisée, une capacité à écrire des passages instrumentaux très pêchus et un sens évident de la mélodie. Non, le problème est plutôt lié à la répétitivité des morceaux. Certains se dégagent du lot mais ils sont minoritaires, les autres se ressemblent et se confondent pour vite s’oublier. A essayer tout de même pour les amateurs de heavy très mélodique, l’aspect « core » étant très anecdotique.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5