5020

CHRONIQUE PAR ...

88
Mita
Cette chronique a été mise en ligne le 29 janvier 2012
Sa note : 10/20

LINE UP

-C.T.
(chant)

-B
(chant)

-Gravy
(guitare)

-Kiffin Rogers
(guitare)

-John Judkins
(basse)

-Jeff Morgan
(batterie)

TRACKLIST

1)Souls of the Sky
2)It Was Beautiful but Now It's Sour
3)An Invisible Thread
4)The Culling
5)Ti Progetto
6)Was Only a Dream

DISCOGRAPHIE

Rest (2011)

Rwake - Rest
(2011) - inclassable sludge atmosphérique - Label : Relapse Records



Voices of Omens est un opus à écouter, c'est certain. Les américains de Rwake, en 2007, faisaient forte impression avec ce disque mature, dans un sludge qui faisait franchement fière allure. L'arrivée de Rest devait pourtant donner envie, montrer le retour d'un grand. Hé bien non, ce nouvel album ne sera pas celui que l'on attendait ...

Rwake déçoit. Leur musique se voulant plus atmosphérique, un peu élitiste, voulant certes privilégier la beauté des ambiances à tout prix mais en oubliant les fans derrière eux. Résultat, ils se cassent un peu la figure dans cet exercice en proposant quelque chose de plutôt monotone et un peu trop froid. Beau, peut-être, mais le disque reste vraiment dénué d'émotions et ne permet pas de voyager au travers de l'écoute. C'est dommage car il transparaît de jolies choses, dans des titres comme "It Was Beautiful, But Now it's Sour", où le chant fait un bon boulot (il est plutôt convaincant sur l'ensemble, que ce soit B ou C.T.) et où la structure est inventive, mais ces pistes, pourtant travaillées, laissent de marbre. De plus, le peu de profondeur viendra achever les efforts des Américains aux moments où ils tentent d'en mettre plein la vue.
En fait, le seul moment qui nous laisse rêver est l'introduction "Souls of the Sky" avec sa guitare et son chant féminin. Et cela ne dure qu'une minute. Un comble, car malgré tous les efforts des Américains, rien ne transparaît par la suite, tout s’enchaîne sans captiver. Les apports progressifs ennuient autant qu'ils semblent enfermer Rwake dans une complexité qui enfonce Rest encore davantage, alors qu'un peu de simplicité aurait rendu le tout moins hermétique. "The Culling" est difficile à aborder à cause de cela, sans queue ni tête, on se demande où le combo souhaite nous emmener, pour se rendre compte que la destination est : nulle part, malgré une production de qualité, insistant là où la musique, elle, aurait dû insister, c'est à dire l'émotion.


Rest n'est pas trop mal foutu, mais pas très bien non plus. Il est axé sur les ambiances, mais celles-ci ne prennent pas et pire, elles dépouillent l'album de toute magie et de toute émotion. La platitude l'emportant sur la passion, Rwake va devoir se remettre en question avant le prochain album, si le combo veut convaincre à nouveau.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1