5113

CHRONIQUE PAR ...

86
Althor
Cette chronique a été mise en ligne le 16 avril 2012
Sa note : 14/20

LINE UP

-Larry King
(chant)

-Michael Thompson 
(guitares+clavier)

-Alan Berliant
(basse)

-Khari Parker
(batterie)



TRACKLIST

1) High Times
2) Can't Be Right
3) Future Past
4) When You Love Someone
5) Here I Am
6) Beautiful Mystery
7) Break Me Down
8) End Game
9) Gypsy Road
10) Can't Miss
11) Fight For Your Life

DISCOGRAPHIE

Future Past (2012)

Michael Thompson Band - Future Past
(2012) - hard rock - Label : Frontiers Records



Michael Thompson est un guitariste compositeur américain et avec un nom pareil pour un groupe, on comprend que c’est clairement son projet à lui. Et ce projet existe figurez-vous depuis 1988 ! On ne peut pas dire que la productivité fut le maître mot. Le premier album How Long a été ressorti en 2007, ce fut la dernière actualité de ce début de XXIème siècle. Il aura ainsi fallu pas moins de 24 ans pour tâter quelque chose de nouveau. Avec tout ce temps, on peut espérer qu’il nous a préparé un album aux petits oignons !

Rassurez-vous, Mr Thompson n’est pas tout seul, et il s’est même bien entouré. Car au micro ce n’est autre que Larry King (Soleil Moon) qui officie. Ce dernier a été choisi pour son timbre de voix, qui s’accorde bien à la guitare du leader (selon ses propres mots) et pour sa versatilité. Nous verrons ce qu’il en est. Et dès le départ avec "Future Past", on pense à du Gotthard, notamment pour la science du rythme simple, efficace et mélodique. Le timbre de voix du chanteur n’est pas sans rappeler par moments celui du défunt Steve Lee (paix à son âme). Un très bon opener qui laisse augurer une petite heure de hard rock sympa. Mais ça n’est pas aussi simple, car dans un genre où tout a été dit, difficile de faire original, à défaut d’être ultra efficace. "Can’t be Right", pourtant le single, descend déjà d’un cran niveau qualité, cependant, on remarque l’habilité du maître à penser à composer et jouer des solos très efficaces. Ce n’est guère étonnant puisque ce dernier est considéré comme un des meilleurs lead guitaristes actuels.
"When You Love Someone" en est un autre exemple, ce morceau plutôt bateau est transcendé au moment du solo ce qui donne envie de le réécouter immédiatement. "Can't Miss" est bien plus original au niveau du riff proposé et déteint nettement du reste, une bonne surprise. Après "When You Love Someone", "Beautiful Mystery" constitue la deuxième ballade. Et oui, qui dit hard rock dit forcément ballades à foison ! Au sein de celle-ci à nouveau un très bon solo viendra enrichir le tout. Et l’album va se dérouler tranquillement jusqu’à la fin. Mais une constante demeure tout le long, c’est la qualité des solos présents. Tous sont inspirés et incroyablement mélodiques, Thompson a un réel feeling, c’est indéniable. Ca rehausse nettement la plupart des titres. Car ça n’est pas le cas de tous les riffs, certains sont vraiment basiques voir mous du genou. Enfin un mot sur la production, comme on pouvait s’y attendre l’accent est mis sur le chant et sur les guitares qui ont un son logiquement très typé hard rock. En revanche, la basse brille par sa discrétion et la batterie n’a qu’un rôle basique, elle n’apporte rien de plus ; petit regret de ce côté-là.


Alors certes, cet album ne gagnera pas la palme de l’originalité mais il faut admettre qu’il constitue un très bon divertissement. Le timbre de Larry King est très agréable, les mélodies le sont tout autant et surtout ces solos ! Michael Thompson n’usurpe pas sa réputation, c’est clairement un excellent lead guitariste. En revanche on tombe assez souvent dans le convenu ; ce qui nous empêche d’être complètement conquit. Ce disque de qualité comblera néanmoins l’amateur de rock mélodique calme et soigné.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4