5126

CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
Cette chronique a été mise en ligne le 20 mars 2012
Sa note : 13/20

LINE UP

-Christian
(chant)

-Dave
(guitare)

-Manuel
(guitare)

-Marco
(basse)

-Tim
(batterie) 

TRACKLIST

1) Sovereign
2) Lady On The Shore
3) Dynamics
4) Good Weekend
5) Waiting Forever
6) Boreout
7) The Trial
8) Stop Boring Us
9) Relationshipwrecks
10) Soothe My Soul
11) Dancing Queen
12) Thirtysomething

DISCOGRAPHIE


Today Forever - Relationship Wrecks
(2012) - hardcore moderne - Label : Bastardized Recordings



Ce que je bouffe comme hardcore en ce moment, c'est une hallucination. En même temps  je l'ai bien cherché, et c'est donc avec un plaisir non dissimulé que, semaine après semaine, je continue de découvrir de nouveaux jeunes groupes du genre et à vous en parler (du moins au peu d'entre vous qui s'intéresse à ce style éternellement lié à notre glorieux métôl, et merci à vous d'ailleurs). Aujourd'hui on parle de Today Forever, et on va assez mal en parler, hélas pour les allemands. En effet, la vague new school charrie, comme tout style ayant le vent en poupe, son lot de groupes passables.

Et après plusieurs écoutes, la sentence est irrévocable : Today Forever sent fort le groupe de seconds couteaux. En soi, le son proposé par les teutons n'a rien de scandaleux, puisque les codes du genre sont présents, respectés et correctement exécutés. Ça tabasse pas mal sur les couplets ("Sovereign" notamment, et quelques autres), généralement rapides, ça ralentit et gueule le poing en l'air sur les refrains avec un groove qui va bien et du chant clair typé émo-mais-pas-trop. Chant clair qui est d'ailleurs également poussé par le frontman, responsable également de la voix hurlée ça va sans dire. Et c'est, déjà, là que le bât commence à blesser un brin : en effet, les DEUX types de chant sont du genre assez catastrophique. Le timbre n'est pas irritant, non. Mais RIEN n'est maitrisé techniquement parlant : les hurlements core se perdent dans un manque de coffre certain et la voix se brise assez régulièrement pour un résultat pas folichon tu tout (du La Dispute en moins bien quoi), et quant à la voix claire, ben elle est juste fausse (oxymore powa!) en fait. Premier gros point noir tout gras donc. Problème : ça dure tout l'album, et ça fatigue très sévèrement sur pas mal de morceaux.

Morceaux qui auraient pu, sans cela, très bien passer ("Dynamics" , sauvée par la présence de l'ancien frontman de Comeback Kid ; et "The Trial" , sauvée par la présence du nouveau frontman ...du même groupe !). Seconde cartouche : que de classicisme! OK, le hardcore est un genre très codifié et la différence entre tuerie et album basique se joue souvent sur des détails, mais c'est pas pour autant qu'il faut bannir toute tentative de réaliser un truc un tant soit peu personnel et risqué, de très jeunes groupes y parviennent très bien (Counterparts par exemple). Chez Today Forever, malgré les longues années d'expérience et une évidente maitrise du sujet, on a clairement choisi l'option «facile» dans le menu du choix de la difficulté. Pas beaucoup de technique, pas des masses de véritable hargne non plus, le groupe affiche certaines velléités commerciales pas très assumées puisqu'il continue à gueuler, mais sans jamais mordre. Trop de morceaux mous et passe partout ("Lady On The Shore", "Soothe My Soul" ), trop peu de surprise (éventuellement "Dancing Queen", mais ça plaira pas à tout le monde!), et trop de chant moisi, on y revient finalement, pare que c'est bien LE problème de cette galette.


Bref, un album qui ne rentrera clairement pas dans les annales du hardcore : trop peu de prise de risque, trop peu d'innovation et même si les bases d'un album plaisant sont bien là, elles ne sont pas assez développées et restent au stade de l'album un peu passe partout. Dommage les gars, dommage.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5