5146

CHRONIQUE PAR ...

95
Wrathchild
Cette chronique a été mise en ligne le 11 avril 2012
Sa note : 14/20

LINE UP

-Alexa Leroux
(chant)

-Mikael Grönroos
(guitare)

-Lauri Koskenniemi
(guitare)

-Eerik Purdon
(basse)

-Lari Sorvo
(claviers)

-Juhana Karlsson
(batterie)

TRACKLIST

1) The Awakening
2) In Solitude
3) Scorched
4) Someone Else's Eyes
5) Wounded
6) Redemption Awaits
7) Stillness
8) Crowned by Fools
9) No Way Out
10) Be Here Now

DISCOGRAPHIE


Shear - Breaking the Stillness
(2012) - heavy metal mélodique - Label : Lifeforce Records



Shear est un groupe dont l'histoire remonte à environ dix ans, même si le line-up actuel date de 2008 et l'arrivée de la chanteuse Alexa. 2009 vit le jour de leur EP, In Solitude, dont deux titres sont repris ici - "In Solitude" et "Scorched" - sur Breaking the Stillness, leur premier album.

Après une première écoute, il est clair que ce groupe a le don pour les mélodies accrocheuses. Ici, les titres s'enchainent et varient, mais toujours avec cette même constante, leur côté accrocheur - influence finlandaise, sans doute. Néanmoins, cela reste efficace car à aucun moment, l'auditeur n'est pris de cette envie de zapper un morceau. Une oreille très critique dira que le groupe ne se fige pas dans un genre unique, qu'il manque de direction claire, voire qu'il bouffe à tous les rateliers. Une autre perspective est que cette variante, cet amalgame de genres fait que la musique de Shear est intéressante. Cette approche rappelle un certain groupe dont la carrière parle d'elle-même et qui a depuis ses débuts a toujours porté deux masques, celui d'un hard FM proche de la pop et l'autre celui d'un métal assez puissant mais toujours plein de classe. Certains auront reconnu Pretty Maids.

Mais si l'approche est similaire, le résultat est quelque peu différent. En effet, Pretty Maids a toujours évolué soit dans l'un, soit dans l'autre - même à l'intérieur d'un album. Ici, Shear change la donne et mélange les cartes et les styles, et ce dans la structure d'une même chanson. Côté métal, le groupe nous la joue plutôt européenne, dans le style d'un Labyrinth, mêlé à un heavy rock de très bonne facture, avec des ambiances quelques fois symphoniques parsemées de notes pop ici et là. Un très bon exemple reste le titre "Scorched" - vestige du premier EP - qui s'ouvre sur une avalanche de notes, un passage grandiloquant avec une rythmique béton pour ensuite titiller l'auditeur avec une délicate mélodie, et tomber dans le bombastique suivi par du rock enlevé, le tout en moins de deux minutes! Un intermède symphonique et on retombe dans le métal classieux. Ça fatigue presque - un break de basse pour souffler - et on finit en apothéose! Mais les claviers donnent parfois dans la pop un peu trop FM ("Someone Else's Eyes") ou bien encore sur "Wounded" où ils évoquent dans un moment de mauvais goût Europe s'accouplant avec Heart - et pas celui des années 70 !

Les deux atouts de Shear se trouvent en la personne de la paire de guitaristes qui s'en donnent à coeur joie et qui étalent leur dextérité tout en respectant les maîtres qui leur ont donné envie de prendre un jour cet instrument. Les références à Eddie Van Halen se trouvent aux cotés de notes aériennes à la Jeff Waters, comme sur "No Way Out" ou encore Vito Bratta (White Lion) comme sur le titre d'ouverture. Quant à la chanteuse Alexa, c'est la voix de l'ex-chanteuse de Vixen, Janet Gardner, qui vient à l'esprit dans certaines textures. Mais la donzelle est clairement la reine du show avec une musique taillée sur mesure pour son organe. Et elle nous livre une performance toute en mélodie, chaleur, nuances, voire même hargne et puissance comme sur "Crowned by Fools".  Sa prestation sur "Redemption Awaits" parle légion. Sur ce morceau, elle attire l'auditeur, le fait tournoyer, le cageôle, l'enveloppe pour finalement le repousser, le menant vers un duel de guitares où il se trouve ébahi et assommé par un dernier cri de rage.

Un premier album très prometteur, et il sera intéressant de voir quelle direction le groupe va suivre par la suite. Mais ce qu'il reste surtout de ce disque, c'est un très bon moment d'écoute rempli de mélodies accrocheuses. On peut regretter néanmoins un certain manque de danger, d'urgence, que le groupe semble capable d'incorporer.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1