5239

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 23 mai 2012
Sa note : 10/20

LINE UP

-Matthias Lillmans
(chant)

-Philip Kerbs
(guitare)

-Mikael Männstrom
(guitare)

-Jonas Frilund
(basse)

-Kenna Nygard
(batterie)

TRACKLIST

1) In Prostration
2) An Empty Temple
3)  The Human Apheresis
4) Obedience Torn
5) Collector vs Protector
6) Believers in the Apotheosis;
7) Imaginary Ectoplasmic Hands
8) Decimate, Disintegrate
9) Trust the Serpent
10) The Invisible
11) Infected

DISCOGRAPHIE


The Iniquity Descent - The Human Apheresis



Débutant par des bruits rappelant The Dark Knight, The Human Apheresis pose une bonne atmosphère d'entrée. L'enchaînement sur le premier riff est moins excitant cependant, puisqu'on se prend de la guitare black grasse mêlée à un blast mid-tempo et un chant plus coreux que black. Il semblerait bien que The Iniquity Descent soit un groupe de la nouvelle vague qui n'hésite pas à mélanger des genres qui ne s'apprécient guère à la base : hardcore, rock et black metal. Le constat est confirmé sur la suite de l'album d'une grande homogénéité tant sonore que qualitative.

Voilà, l'intro s'est faite corps de chronique, donc au corps de chronique de se faire intro. The Iniquity Descent est un groupe qui nous vient de Finlande (on aurait plus volontiers penché pour les Etats-Unis) fraîchement fondé en 2009 et qui produit là son 1er album à la suite de 2 EP a priori bien accueillis par la critique (toujours se méfier des discours promo). Il mélange en l'assumant black metal et rock, mais oublie de citer le hardcore. Il débarque comme il se doit avec des chansons compactes et homogènes. Fort heureusement, il existe régulièrement un détail qui fait ressortir un titre d'un autre. La chanson-titre par exemple propose une excellente variation sur le jeu de cymbales. Reste que dans le corps de la musique, ce qui ressort le plus souvent semble plus fait d'un bloc granitique que d'une communion de chansons toutes différentes. C'est un constat qui ne va peut-être pas faire plaisir à tout le monde mais qui garantit une logique implacable aux compositions du groupe.
Il est cependant injuste de le réduire à un gros tout puisque les rythmes sont variés, passant du demi blast au gros rythme bien lourd. Cela ne fait pas oublier que l'ensemble sort du même moule musical. C'est en tout cas ce qui semblera à celui qui veut plus de black metal qu'autre chose. Celui-ci sera de toute façon déçu, vu qu'il ne retrouvera pas son genre de prédilection. On parle bien de black rock core et c'est ce que nous avons. Cela signifie un groove relativement présent sans négliger le son froid, couplé à un gras de circonstance des guitares. Malheureusement, on retrouve le côté répétitif que peut avoir le rock avec des riffs qui sonnent similaires malgré leur diversité (étonnante contradiction). De plus il manque vraiment une atmosphère quelconque, rien ne semble se dégager des chansons. Et comme le groove n'est pas puissant tout comme l'inspiration pas extravagante, on finit par se lasser d'une telle musique. Peut-être que l'amateur plus jeune sera plus à son aise vu qu'il est plus habitué à ce type de mélange.


The Human Apheresis n'est clairement pas un mauvais album, pourtant pour l'amateur de black traditionnel, voire de metal tout court, ce n'est pas un bon choix. Le style trop répétitif sans atmosphère manque de groove pour provoquer une adhésion imparable. Il faut reconnaître au groupe qu'il sait fusionner les genres pour faire comme si c'était normal, mais il lui reste encore à convaincre au niveau des compositions. Et surtout il faut qu'il rajoute du groove rock, on reste loin de Satyricon ou Darkthrone pour citer les 2 exemples les plus connus.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4