5245

CHRONIQUE PAR ...

40
Joe Le Hareng
Cette chronique a été mise en ligne le 29 mai 2012
Sa note : 16/20

LINE UP

-Sebastien Pierre 
(chant)

-David Rocha  
(guitare)

-Anthony Josse 
(guitare)

-Romain Neveu
(basse)

-Guillaume Rocha 
(batterie)

TRACKLIST

1) All Night Long
2) Don’t Need You
3) Using People As One of the Fine Arts
4) Fires of Hell
5) Should Be Runnin’
6) Dusty Dreams
7) The Life of a…
8) … Drifter
9) Spain Summer Sun
10) XIII / XII
11) Annoyin ‘n’ Noisy
12) Slow Motion Disease

DISCOGRAPHIE


Headcharger - Slow Motion Disease
(2012) - rock hard rock Gros rock qui sent le gras - Label : XIII Bis Records



Amateur de rock « velu », accroche toi à ton t-shirt Motörhead parce que les Headcharger sont pas venus là pour compter les paquerettes mais plutôt pour retourner le jardin à grands coups de pelleteuse mécanique. Les Français ont des références : ca sent bon le ACDC bonne époque, le Skynyrd et autres groupes plus tournés vers le gros riff que vers l'ambiance travaillée.

Et pourtant ! Les Headcharger ne sont pas que des gros bourrins et à l'instar des groupes de rock qui fleurissent de l'autre côté de l'Atlantique, ils n'ont pas leur pareil pour faire péter de la mélodie et de la petite ambiance dans leur déferlement de grosses guitares. Nous y reviendrons, car ce qui saute aux oreilles dès la première écoute c'est quand même les tronconneuses à cordes. C'est gras, gros mais propre, les riffs sont loin d'être originaux mais font le boulot et les soli remplaceront au pied levé une boite de cette fameuse pilule qui envahit nos boites aux lettres électroniques. 
Oui bon, les guitares, les solos, tout ça c'est bien joli mais le marché est surchargé de mecs super bons qui balancent du riff à la pelle. Sauf que là, les gars c'est visiblement pas des perdreaux de l'année et ils ont du trainer leurs amplis sur un paquet de scène. Parce qu'ils savent écrire des chansons ! Tout est là : une section rythmique simple mais efficace, des guitares qui font tout très bien et l'ingrédient important (si ce n'est principal) : un chanteur qui en a... Joli timbre légérement rocailleux qui sied tant au rock n roll, lignes de chant qui restent et suffisamment de registre pour être à l'aise dans tous les compartiments du jeu !
Car c'est là la force du combo... Car les premières notes laissent planer le doute : « oui, c'est chouette mais si c'est comme ça tout du long, ca risque de pas le faire »... Tiens, fume ! Et que je te fais du hard-rock old-school sur "All Night Long" ou "Should Be Running" et que je t'enchaine sur du un metal-rock un peu plus musclé sur "Don't Need You", "Dusty Dreams" ou encore "XIII / XII" (ce final!). Bref, ca varie, ca change de registre et du coup ca passe tout seul ! Enfin presque... Parce qu'il faut bien raler un peu, la ballade "Drifter" est pour le moins totalement dispensable : surtout que le groupe est bien meilleur dans le registre acoustico/désert (la superbe "Slow Motion Disease" qui cloture le disque)


Bon ben voilà ! Une bonne petite heure de rock n roll qui sent le gasoil ! C'est toujours plaisant d'entendre de « nouveaux » groupes capables de renouveller un peu le produit sans en dénaturer le goût.  Un groupe à suivre de près, surtout s'il passe vers chez vous :  m'est avis qu'en live ca doit dépoter.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3