5308

CHRONIQUE PAR ...

96
Mayou
Cette chronique a été mise en ligne le 08 juillet 2012
Sa note : 13/20

LINE UP

-Matt Mitchell
(chant+guitare)

-Chris Green
(guitare)

-Simon Farmery
(basse)

-Lee Farmery
(batterie)

TRACKLIST

1) Disappear Again
2) Stand Like Stone
3) Souvenirs
4) Don't Follow
5) New Way Of Living
6) Voodoo Me
7) Fear Alone
8) Wasted On You
9) Our Peace Someday
10) Desert Suicide

DISCOGRAPHIE

Gravitas (2012)

Furyon - Gravitas
(2012) - heavy metal grunge hard rock - Label : Frontiers Records



Dans ce monde, et surtout à cette époque, où tout a quasiment déjà été fait ou inventé, difficile de se faire un nom. C’est d’autant plus vrai lorsque l’on pratique le metal. Quel groupe plus ou moins nouveau peut prétendre avoir eu du succès dès son premier album ? Peu, si ce n’est aucun. Et si on rajoute en plus le fait que l’inspiration est rarement au rendez-vous du premier coup, il devient impossible de se faire un nom dès les débuts. Toutefois, il n’est jamais vain d’essayer, et même si on est rarement transcendé, il arrive qu’on puisse trouver de l’espoir dans un groupe qui promet du bon pour la suite.

Comment ce matérialise cet espoir ? Et bien, grâce à une sorte de musique hybride, à mi-chemin entre le heavy et le grunge. On pourra par exemple citer Soundgarden (période Badmotor Finger), avec cette voix éraillée, qui aurait sa légitimité dans les deux styles cités plus haut. Plus clair et technique sur des morceaux comme "Desert Suicide" qui pourront faire penser à du Dream Theater (toutefois moins technique, la comparaison tient plus ici du style uniquement musical, comme sur son solo), elle peut aussi se moduler pour donner un résultat plus direct et très prenant. Allié à des guitares lâchant des riffs dont l’efficacité connait des hauts et des bas, mais arrivant toujours à se défendre, on obtient un cocktail détonnant (essayez donc "Disappear Again", morceau qui ouvre l’album sur une note festive tout à fait plaisante). En même temps, Furyon est très fort. Le côté direct est ici, assurément, mais toutefois le groupe arrive à se démarquer. On sent une volonté de complexifier sa musique (d’où l’inspiration heavy), tout en restant un groupe à hymnes, prêt à déchainer les foules en live. J’en veux pour preuve le morceau "Souvenirs" : de l’épique, de l’efficacité, un refrain imparable, mais en même temps une construction alambiquée, une technicité, des breaks dissonants…
On pourrait croire que le groupe se perdrait dans ce mélange plus ou moins improbable. En effet, une trop grande complexité peut vite faire perdre de l’efficacité. Mais là est la grande force de Furyon : ce n’est jamais le cas, et même si parfois la balance penche en faveur d’un des deux styles (heavy et grunge, pour ceux qui ne suivent pas), on est toujours transportés par la musique. Après bien sur, comme partout, on a des moments plus faibles. Ici, on sent que tous les aspects de la musique ne sont pas maitrisés. Our "Peace Someday" est une ballade aux refrains accrocheurs, et même si apparemment, rien ne permet de dire que ce titre est moins bon qu’un autre, on se dit qu’il ne vaut pas un bon "Disappear Again". En même temps, ce titre est une tuerie, sûrement le meilleur de la galette. Seulement quatre minutes, mais il n’en faut pas plus au groupe pour tout dire. C’est quelque chose qui fera très mal en live, et on se prend toujours à remuer sur notre chaise en l’écoutant. Le seul défaut que l’on pourrait lui reprocher est le fait qu’il soit placé en première position, ce qui rend le reste un peu décevant. MAIS, pas décevant au point de ne plus vouloir continuer, car on a toujours notre lot de bons moments ("Voodoo Me").


Au final, on s’attendait un peu à cette demi-teinte. Pourtant, on est rassuré, car on sent le potentiel de chacun, on sent qu’il nous attend demain pour devenir la nouvelle égérie du metal. Ce ne sera pas forcément Furyon, mais quand on écoute Gravitas, on a envie de penser : Pourquoi pas ? Reste à savoir s’ils vont confirmer ou se rétamer, les deux sont possibles. Vous avez les cartes en main, ne nous décevez pas !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3