5416

CHRONIQUE PAR ...

87
Malice
Cette chronique a été mise en ligne le 21 octobre 2012
Sa note : 15.5/20

LINE UP

-Philippe d'Orange
(chant)

-Valerio Sbriglione
(guitare)

-Davide Cristofoli
(claviers)

-Massimiliano Flak
(basse)

-Federico Brignolo
(batterie)

TRACKLIST

1) Immortalia
2) Back to Life
3) The Curse of the Moon
4) Blood of Maiden
5) Faraway
6) Promises
7) Call Me Devil
8) Seven Veils
9) Watching You Fading
10) Wrath of the Storm
11) The Portrait

DISCOGRAPHIE

Immortalia (2012)

Sound Storm - Immortalia
(2012) - metal symphonique power - Label : Scarlet Records



A l'heure où les grands du power metal symphonique recherchent désespérément un successeur qui apporterait un nouveau souffle au genre, un petit groupe venu d'Italie refait son apparition avec Immortalia, son deuxième album. Formé de cinq talentueux musiciens, ce quintet est nommé Sound Storm. Un nom qui aurait pu paraître risible s'il ne décrivait pas exactement leur musique : énergie bouillonnante, ambiances léchées, mélange de brutalité et de lyrisme... bienvenue dans le monde de Sound Storm.

Il est rare qu'un groupe parvienne à donner une première impression aussi excellente dès les premières secondes de leur album : sans le chant impressionnant de Philippe d'Orange, "Immortalia" n'est qu'une pâle introduction au plat de résistance, "Back to Life". Cette dernière piste contient à elle seule tous les éléments qui font d'Immortalia un album captivant : jeu symphonique / vocal théâtral et grandiloquent, refrain aussi agréable qu'épique, claviers intervenant au meilleur moment et guitares acérées. Un tel équilibre entre les instruments est très agréable, le quintet n'ayant rien laissé au hasard. 
Bien que le groupe soit capable de créer de jolis moments calmes, c'est dans ses instants furieux qu'il se montre le plus exceptionnel. "Wrath of the Storm" en est le meilleur exemple : brutal (Federico Brignolo fait un travail d'enfer), il est pourtant beaucoup plus compliqué qu'il en a l'air. Il suffit de tendre l'oreille pour pouvoir apprécier les lignes mélodiques tortueuses qui surprennent et rendent l'écoute d'Immortalia souvent bien surprenante. Combinez ce grain de sophistication à la folle énergie qui se dégage des compos et vous aurez une bonne idée de l'ambiance de ce premier album.
Malheureusement, Sound Storm a aussi ses défauts : certaines compositions ("Watching You Fading" et une partie de "The Portrait") manquent de pertinence et font vraiment pâle figure à côté des autres tueries. De plus, la voix et la basse ont parfois tendance à être sous-mixées, ce qui est vexant lorsqu'on connaît le niveau des musiciens. Une dernière chose, moins grave : une demoiselle semble intervenir sur les excellents "Blood of Maiden" et "Promises". Qui est-elle donc et pourquoi son nom n'est-il pas mentionné ?


En plus de passer le cap périlleux du deuxième album avec brio, Sound Storm parviennent à s'inscrire dans la lignée de groupes talentueux tout en gardant une part d'originalité et de charme qui les empêche de trop se répéter. De plus, ils restent humbles, ce qui ne gâche rien. Je ne sais pas pour vous, mais moi je les ai adoptés (bien que n'étant pas une très grande fan du genre). Et vous, vous attendez quoi ?


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1