5452

CHRONIQUE PAR ...

88
Mita
Cette chronique a été mise en ligne le 04 octobre 2012
Sa note : 9.5/20

LINE UP

-Alessandro Sforza
(chant + guitare)

-Fabio Valentini
(guitare)

-Valerio Miseferi
(basse)

-Andrea Alberati
(batterie)

TRACKLIST

1) Nothin' but Death
2) A Cold Summer Day
3) Free from All Your Fears
4) Empty
5) The Dance
6) Fuck You (I Love Myself)
7) Passion Kills
8) Sick Love
9) Together
10) Dimanticherai

DISCOGRAPHIE


Lykaion - Nothin' But Death
(2012) - gothique - Label : Bakerteam Records



Nostalgiques de Sentenced ? Voilà une formation qui a tous les arguments pour vous intéresser. Lykaion nous vient d'Italie, et se décide à livrer son premier album nommé Nothin' But Death, qui donne tout de suite une idée sur la suite des événements : un metal tout sauf joyeux, déprimé et déprimant, avec toute la jolie petite mélancolie d'ornement. Vous me suivez toujours ? C'est tentant ? Au moment d'écouter le brûlot, ça l'est tout de suite moins.

Il faut commencer par mettre les points sur les -i- dès le départ : ce que propose Lykaion n'est pas, en soi, mauvais. Mais la formation souffre d'un autre problème très récurrent en ce moment, qui est l'indifférence relative dans laquelle l'écoute se fait, tant cet album est tout simplement banal. Voilà le mot qui convient le mieux à la formation, s'enfermant dans tous les poncifs du genre, les alignant tous les uns après les autres, sans aucun moyen de se démarquer de tout ce qui a été fait. Ce que propose le groupe n'est pas aussi exécrable que le dernier étron de To/Die/For, mais on ne reviendra certainement pas dessus, tant il ne marque pas les esprits… L'ennui, voilà un sentiment approprié pour décrire cette première offrande.
Les structures sont déconcertantes de facilité, cousues de fil blanc, semblant déjà usées dès leur première écoute, et le manque cruel de personnalité se fait immédiatement ressentir. Lykaion est inspiré par les plus grands noms du genre (Sentenced en tête mais aussi Poisonblack, les derniers Lake of Tears ou les récents Lacrimas Profundere). On pense un peu à Shadowgarden, aussi. Mais là où les Suédois sus-nommés proposaient, en tant que nouveaux venus, quelques refrains intéressants et tubes sans prétention qui passaient bien, chez Lykaion, on reste dans l'excès de constructions simplistes et sans grande imagination. Tout est bien sûr très professionnel, mais professionnellement fade. Si l'éponyme, ainsi que "The Dance", sont à sauver de l'ensemble par leur immédiateté bien construite (recette qu'ils utilisent à excès), le reste n'est pas réellement convaincant, bien trop lisse et superficiel.
C'est fort dommage, surtout que leur chanteur s'en tire plutôt bien. Même s'il a tendance à parfois trop tirer sur la corde de l'excès de plainte et à tomber une fois de temps en temps dans le ridicule (l'immonde "Fuck You, I Love Myself" à jeter aux ordures), sa voix est assez agréable, tant dans le registre clair que dans les moments plus écorchés. Il n'est cependant pas au niveau des pointures du style et doit notamment bosser sur ses modulations, encore un peu trop limitées, son registre pouvant être bien plus varié. Mais il a un petit quelque chose d'intéressant dans le timbre, un côté rocailleux qui fonctionne bien avec la musique proposée, et son chant, lui, est déjà nettement supérieur à la musique. Il sera conseillé à Alessandro Sforza de se contenir un peu plus, parfois, dans la tendance à en faire des tonnes pour tirer une ou deux larmes.


Quelques moments sympathiques dans un ensemble globalement trop morne et terne, voilà un résumé convenable d'un Nothin' But Death qui manque cruellement de saveur. Lykaion vient s'inscrire dans une longue liste de groupes de metal mélancolico-dramatiques, et, qui plus est, nos chers Italiens sont loin d'être les meilleurs. Un potentiel réside bien en eux, mais sortir des carcans du genre est une condition sine qua non pour leur permettre de prétendre à davantage qu'être un second couteau.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6