5668

CHRONIQUE PAR ...

87
Malice
Cette chronique a été mise en ligne le 16 décembre 2012
Sa note : 11/20

LINE UP

-Rute Fevereiro
(chant)

-Nuno Almeida
(guitare)

-Emanuel Henriques
(guitare)

-Luis Fernandes
(claviers)

-Manuel Pinto
(basse)

-Joao Monteiro
(batterie)

TRACKLIST

1) Unwavering Faith
2) No Stars in the Sky
3) Night in Whisper
4) Clad in Black
5) Longing for You
6) Your Tattoo
7) She Devil
8) Ocean Drops
9) Dark Rising
10) Winter Dreams
11) Fear Me When You Fall
12) Interlude Become of Me
13) Moonlightning the Dreamer

DISCOGRAPHIE

Dark Rising (2012)

Enchantya - Dark Rising
(2012) - gothique - Label : Massacre Records



Bien qu'actifs depuis 2004, le groupe de metal gothique Enchantya a attendu 2012 avant de sortir son premier album, Dark Rising. Formation classique du genre, thèmes classiques du genre, voix classique du genre : il est vrai qu'au premier abord, rien de très original ne semble se détacher de l'ensemble. Pourtant, le combo portugais a fait de son mieux pour qu'on s'attarde quand même un peu sur le fruit de son travail.

Articulée autour d'un chant du style "la Belle et la Bête", la musique d'Enchantya rappelle énormément celle d'autres références du genre, et il faut bien tendre l'oreille pour pouvoir trouver des éléments qui la détache de cette masse. Hélas pour ce groupe, on retrouve dans Dark Rising une foule des défauts inhérents au genre, défauts au-dessus desquels surnagent parfois quelques maigres consolations : tout d'abord, il y a la voix de Rute Fevereiro. Cette dernière - en plus de s'occuper du chant grunt - possède une voix très lyrique, dotée d'une grande tessiture qui parvient à toucher sans pour autant se risquer à des envolées trop difficiles pour elle. Malheureusement, la production a tendance à noyer cette voix, donnant une impression lisse et manquant tristement de profondeur.
Même constatation pour Luis Fernandes et ses lignes de synthé : si la plupart d'entre elles sont agréables et même parfois innovantes ("Ocean Drops", "Interlude Become of Me"), les sons choisis rappellent plus un jeu vidéo que le côté majestueux d'un orgue ou d'un quatuor à cordes. Et c'est bien dommage, car de tous les instruments qui accompagnent la voix de Rute, c'est le seul à ne pas se contenter de se calquer sur la voix la majeure partie du temps. Comme si le groupe avait décidé de faire preuve d'originalité par une palette de sons loufoques... Il faut plus que ça pour être considéré comme un groupe prog', et on dirait qu'Enchantya sont les seuls à y croire encore.
Jusque là, peu de positif ressort de l'écoute de Dark Rising. Pourtant cet album est loin d'être mauvais. En effet, lorsqu'on écoute l'intro de "Clad in Black" et son sublime refrain ou encore les parties de guitare sur "Fear Me When You Fall", on ne peut décemment pas condamner ce groupe. Mais c'est si dur, parfois ! Car si la plupart des compositions de Dark Rising sont agréables, certaines sont à l'opposé total, virant à la caricature involontaire de tous les travers du genre. Le refrain de "Night in Whisper", les murmures de "She Devil"... Jamais je n'avais entendu un groupe aussi peu doué pour tenter d'instaurer une ambiance malsaine. Cependant, une fois ces travers passés, le reste est très audible, voire plutôt sympa.


Loin d'être une révélation, Dark Rising est un album somme toute assez banal, n'ayant ni la maturité ni l'originalité pour se hisser au même niveau que les pointures du genre. Cependant, il y a du bon dans cet album et en condamner l'intégralité serait regrettable. Après avoir ré-écouté "Fear Me When You Fall", je serai prête à accorder une seconde chance au combo portugais... en espérant qu'il se bonifie avec le temps.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6