5676

CHRONIQUE PAR ...

88
Mita
Cette chronique a été mise en ligne le 18 décembre 2012
Sa note : 11/20

LINE UP

-Laure Flores
(chant)

-Steven Segarra
(guitare)

-Julien Lamarre
(guitare)

-Robin Mariat
(basse)

-Adrien Lopez
(batterie)

TRACKLIST

1) The Other Side Part.1 - Requiem
2) The Other Side Part.2 - Death Tunnel
3) The Other Side Part.3 - River of Souls
4) The Other Side Part.4 - Salvation
5) No Way Out
6) Bliss
7) Mistreated
8) La Jeune Martyre
9) Ever After
10) Artificial Paradises
11) Meditation

DISCOGRAPHIE


Wedingoth - The Other Side
(2012) - metal prog - Label : M-O Music



Essayez de prononcer dix fois très rapidement ce nom de groupe : Wedingoth. Pas facile, n'est-ce pas ? Mais qui ou quoi se cache derrière ce patronyme mystérieux ? Quintet français, de Lyon plus précisément, il a été formé par les amoureux Steven (guitare) et Laure (chant). Et comme le metal progressif français n'est pas le plus connu dans le monde à l'heure actuelle, la formation a de quoi se faire une place au soleil. Pour cela, encore faut-il que The Other Side soit un disque à la hauteur des attentes.

Et pourtant, on est en mesure de se dire que oui, ce sera le cas, grâce aux quatre premiers morceaux qui forment un gros bloc. Ceux-ci répondent tous à l'appellation "The Other Side Part quelque chose", et sont vraiment appréciables : bien construits, bien joués et interprétés par une Laure Florès en place, il y a du niveau et ces titres aux apparats les plus progressifs font mouche. Mention spéciale pour "Death Tunnel" qui sait se faire attrayante grâce à son tempo modulé, ses divers effets placés ça et là tout au long de la piste, mais surtout grâce à la partition de gratte digne d'intérêt. Aucun doute à l'écoute de ce morceau quant à la dextérité des Lyonnais. Qui plus est, la chanteuse et son timbre cristallin parviennent à communiquer suffisamment d'émotions pour transcender la piste.
Avec ce quatuor pour une réussite intégrale, le reste se devait d'être du même niveau tant l'eau est arrivée à la bouche. Et là, patatras. Petit à petit, en s'enfonçant dans les méandres de ce brûlot, les titres apparaissent tous plus fades les uns que les autres. Pourquoi un tel échec alors que le début proposait à la fois ambition et maîtrise ? Peut-être parce Wedingoth s'éparpille un peu trop et perd de ses éclats de génie. C'est flagrant sur la simpliste et plate "Mistreated", à l'intérêt limité, dont on fait vite le tour. La structure est banale, le refrain peu accrocheur et les lignes de chant ne brillent jamais. Tombant tout simplement dans le cliché, "Bliss" a des allures de mauvaise world music. Les instruments arrivent comme ça, sans crier gare, et n'arrivent pas à créer une quelconque atmosphère. On se retrouve ainsi devant un ensemble brouillon, et à l'intensité plus que limitée.
"Artificial Paradises" souffre aussi de son manque d'inspiration et de ses travers : ne proposant jamais de fulgurance ou de moment prenant, le morceau ne retient jamais l'attention. Et c'est dommage d'arriver à un ensemble aussi inégal en seconde partie d'opus, où seules quelques pistes gardent le cap. "Ever After" voit le retour en grâce des Lyonnais, et ce avec la plus grande simplicité du monde : le chant aigu de Laure à la Stream of Passion convainc, le tout sur un refrain de qualité, pour un morceau bien ficelé. Voilà que Wedingoth réussit donc à bricoler un titre complexe et léger à la fois. Ces rares éclairs de génie sur la fin laissent donc ce sentiment mitigé quant à la réussite de The Other Side, alternant entre le meilleur et l'insupportable (sérieusement, "Bliss" peut se transformer en calvaire après des écoutes répétées). "La Jeune Martyre", décente, et "Ever After" à part, les autres titres ne sortent pas la tête de l'eau d'un groupe qui commençait pourtant très bien.


The Other Side est un album déroutant, pour un combo qui est surprenant. Alternant entre le médiocre et l'excellent, on ne sait jamais trop sur quel pied danser avec Wedingoth. Il est évident que c'est lors des passages les plus progressifs que les jeunes Lyonnais s'en tirent le mieux, on ne peut donc que leur conseiller de se diriger vers cette voie. Et de ne plus commettre des erreurs de débutant qui ne rendent pas justice à leur niveau réel, pourtant élevé. Affaire à suivre donc, car la formation est prometteuse.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7