5779

CHRONIQUE PAR ...

95
Wrathchild
Cette chronique a été mise en ligne le 11 mars 2013
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-James-Paul Luna
(chant)

-Eli Santana
(guitare)

-Alex Lee
(guitare)

-Blake Mount
(basse)

-Tyler Meahl
(batterie)

TRACKLIST

1) Archeus
2) Bestial Triumphans
3) Dark Passenger
4) Bleeding Stone
5) Ride The Void
6) Too Decayed To Wait
7) Crosswinds
8) Take It To The Grave
9) Sleep Of Virtue
10) Silence The Scream
11) The Great Artifice
12) Wake Me When It's Over
13) Rains Of Sorrow

DISCOGRAPHIE

Ride The Void (2013)

Holy Grail - Ride The Void
(2013) - heavy metal thrashisant - Label : Nuclear Blast



Nous sommes en 2009 et trois membres du groupe de heavy traditionnel White Wizzard se font virer et s'en vont former en cette folle ville de Los Angeles le combo Holy Grail. Crisis In Utopia sort en 2010 et reçoit d'honnêtes critiques, l'album montrant toujours ce côté old school présent dans leur précédente formation, donnant malgré tout quelques indices quant à une certaine future direction vers une musique plus moderne. Avance rapide jusqu'en 2013 et après le départ du guitariste James LaRue, voici donc le deuxième opus, Ride The Void, concrétisant le virage moderne annoncé précédemment.

Ce qui peut être dit de la musique de Holy Grail, c'est que ces Américains font dans le metal intense. Fans de riffs lourds et patauds, passez votre chemin. Ici, on aime la vitesse, l'intensité, la dextérité. Au long de ces onze titres - avec une intro et un instrumental à la guitare classique - seul le dernier titre "Rains Of Sorrow" ralentit le rythme et déçoit, et ce malgré les bonnes intentions qui lui ont donné le jour, en l'occurrence une bataille contre le cancer. Ce morceau de heavy rock US peu inspiré tombe dans la masse de ce qui peut être entendu un million de fois à la radio. Mais que le quidam amateur de metal se rassure, le reste de l'album est intense, n'offrant aucune chance à l'auditeur de se reposer ou bien de vouloir faire une pause. Les membres de Holy Grail ont très bien amorcé le virage du second album en incorporant nombres de notions modernes. Les riffs sont rapides, les tempos entraînants et variés. Le groupe dégage une énergie incroyable, injectant du punk dans ses compos - "Too Decayed To Wait" - ou punk rock prépubère dans "Crosswinds" pour un résultat décevant sur ce dernier car trop popisant. Il semble que lorsque l'on veut sonner moderne dans le monde du metal, il faut avoir des growls death. Malheureusement, Holy Grail tombe dans le piège et nous en ajoute ici et là, et même s'ils sont utilisés avec parcimonie, il faut bien avouer qu'ils n'apportent rien au schmilblick. A retenir donc, laissez tomber ça sur le prochain album !
Ces petits jeunes ont la patate et insufflent une extra dose d'énergie à leur metal assez speed en y injectant des notes thrashisantes ici et là, s'assurant ainsi que leur musique reste actuelle et intéressante. Ici, une intro rappelant Kreator - "Bleeding Stone" - ou une allusion à Megadeth dans le riff de "Take It To The Grave." Le morceau "Sleep Of Virtue" doit sa trame directrice à Testament. L'excellent "The Great Artifice" allie Kreator à Anthrax époque Worship Music pour un résultat détonnant qui leur a sans doute permis de décrocher une place sur la tournée Metal Alliance de ces derniers - partageant donc l'affiche avec Exodus, High On Fire et Municipal Waste ! Le très bon solo de ce dernier rappelle à tous qu'ils n'ont nullement abandonné leur expérience passée - dixit un autre solo excellent sur le punk "Decayed To Wait" pour un mariage des styles. L'auditeur en mal de rythmique galopante saura se délecter avec "Dark Passenger" qui rappelle le bon vieux temps. "Sleep Of Virtue" est très speed alliant le métal US à une certaine tradition européenne. Quant à "Silence The Scream", il sonne très heavy US puisant dans la pure tradition du riff priestien.


Ce Ride The Void confirme le virage du deuxième album très bien abordé par ces Américains amateurs du riff qui tranche. Les notes thrash sont plus présentes, catalysant une certaine énergie, pour ceux qui aiment leur metal intense. L'on peut désormais envisager le troisième album qui pourrait être dans la veine du titre éponyme, mariant les deux facettes de leur musique, traditionnelle et moderne. Un groupe à suivre de très près !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2