5793

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 11 février 2013
Sa note : 16/20

LINE UP

-Prime Evil
(chant+guitare)

-Cerastes
(chant+guitare)

-Robin Malmberg
(basse+boîte à rythme)

TRACKLIST

1) Industries of Inferno
2) The Rest
3) Kingdom Comes
4) Wintermass
5) Crypt of Fear
6) When the Raven Flies
7) In Your Grave
8) In the Last of the Ruins We Search for a New  Planet
9) Eriaminell
10) Black Magic Mushrooms

DISCOGRAPHIE


Mysticum - In the Streams of Inferno (réédition)
(2012) - black metal - Label : Peaceville Records



Mysticum, c'est le genre de groupe true underground culte totalement inconnu qu'on découvre un soir de veillée nocturne sombre passée à fouiner à la découverte de nouvelles musiques noires. Lorsqu'on tombe finalement dessus, on écoute religieusement (ah ah !) puis on se dit « WTF ». Et un jour on reçoit la réédition à chroniquer...

Là c'est le choc, car on retrouve cette boîte à rythme légèrement tapageuse, et notamment sur le système. Les guitares froides, aigues et creuses frappent au crâne tandis que le chant appelle notre conscience black metal. Bref, on repense à notre « WTF » initial tout en se demandant ce que décidément les fans de black metal ont dans la tête pour considérer une telle sortie comme un classique du genre. Poliment et par conscience professionnelle, on écoute plusieurs fois et ce qu'on n'attendait pas se produit : l'album se dévoile. Si la boîte à rythme est toujours aussi irritante, elle dévoile son côté totalement indispensable à la survie du CD. Les guitares encodées en mauvais mp3 sont froides et crachent un venin présent sur les plus vrais des albums du style. Et les compositions semblent soudainement comme habitées d'une personnalité hors norme. C'est alors qu'on se dit qu'on comprend. « Je vous ai compris » a dit Charles de Gaulle.
C'est à peu près l'état dans lequel on se trouve face à ce mélange étrange de beats techno, d'indus, de musique de films d'épouvante des années 60 et de black metal. On vous a compris vous autres riffs simples et ravageurs, beats technoïdes et froideur industrielle. Car si on veut penser à Limbonic Art, boîte à rythme oblige, Samaël sur certains passages martiaux (l'excellente "Wintermass") ou Ancient et tout plein de groupes du début / moitié des années 90 pour le son de guitare caractéristique, on en vient à la conclusion que seul Mysticum produit une musique de cette veine. Cette boîte à rythme qui vient frapper des beats proches de l'hystérique forme le socle de la musique. Les guitares qui derrière leur évidente simplicité masquent des couches multiples sont l'enrobage nécessaire pour rendre la musique intéressante. Car l'une sans l'autre ou l'autre sans l'une ne serait rien. Soit un black simple et désuet, soit une mauvaise techno bien vide de sens. 
Leur collision improbable vient créer une anomalie dans le monde des terres glacées, qui pourtant aime ce type de mélange, mais pas poussé à ce point. Ou tout du moins pas mariés avec cette intelligence négligente. Là réside la très grande force de ces Norvégiens un peu tarés dont le titre "Black Magic Mushrooms" résume magniquement et formidablement leur musique. Sans compter qu'il s'agit d'un trait avec la réalité puisque si le groupe est quasi enterré maintenant, à cause de séjours en prison liés à l'absorption de drogues (étonnant non ?). Bref, cela ne nous regarde pas mais éclaire ce que nous entendons. A noter que les 2 derniers titres, "Eriaminell" et "Black Magic Mushrooms" proviennent d'enregistrements postérieurs. "Eriaminell" est plus symphonique, moins tarée tandis que "Mushrooms" conserve avec entêtement la folie insensée de In the Streams of Inferno.


In the Streams of Inferno est la synthèse incroyable de la techno / trance avec le black metal. Osant sans retenue dans les 2 sens, Mysticum puise dans cette folie sa réussite. Ce qui en 1996 devait sonner absurde sonne tout autant déconnant en 2013. Pour ces 2 périodes, il s'agit néanmoins d'un indispensable, qui se voit refuser le coup de cœur uniquement par son statut de réédition. Mais peut sera-ce pour le future sortie que donne inévitablement à espérer cette réédition.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3