5794

CHRONIQUE PAR ...

39
Pietro
Cette chronique a été mise en ligne le 13 février 2013
Sa note : 14/20

LINE UP

-Lex Koritni
(chant)

-Eddy Santacreu
(guitare)

-Manu Livertout
(guitare)

-Matt Hunter
(basse)

-Chris Brown
(batterie)

TRACKLIST

Live at Hellfest, Juin 2012
1) Sometimes
2) Heart Donation
3) 155
4) Red Light Joint
5) Better Off Dead
6) Lost For Words
7) TV’s Just A Medium
8) Highway Dream
9) Down At The Crossroads
10) Sweet Home Chicago

Live in Paris, Mars 2012

11) Game Of Fools
12) Party’s Over
13) Stab In The Back
14) Got To Get You Into My Life
15) I Wanna Know

Zacoustics by Zégut, Mai 2012
16) Beds Are Burning
17) Khe Sanh

DISCOGRAPHIE


Koritni - Alive & Kicking
(2013) - hard rock - Label : Verycords



Cool, un nouveau live de Koritni ! Le groupe franco-australien (de plus en plus français d’ailleurs) nous a habitué aux albums en concert dès le début de sa carrière, chaque album studio ayant été suivi d’un live (bon OK,No More Bets était plus une compile qu’un vrai live…). Logique donc de retrouver déjà dans les bacs ce Alive & Kicking moins d’un an après la sortie de Welcome To The Crossroads.

C’est à un package CD / DVD que l’on a affaire cette fois, un peu à l’image de l’excellent Red Live Joint de 2009. Le concert principal présent sur les deux supports est celui donné par le groupe au Hellfest 2012. Filmé de manière très professionnelle par non moins de onze caméras HD par Arte, rien à dire sur l’aspect visuel du DVD, très pro. Tout juste peut-on regretter l’attitude un poil réservée de Lex Koritni qui ne semble pas tout à fait à l’aise sur cette scène immense et en plein jour, lui que l’on a connu totalement déchainé et débordant de charisme dans l’ambiance plus intimiste et sombre des clubs. Son chant en revanche est, comme d’habitude, pas loin d’être irréprochable. Ses musiciens ne se privent pas de faire le show, notamment le nouveau venu (intérimaire ou définitif ?) Manu Livertout. Le guitariste français semble avoir toujours fait partie du groupe et adapte parfaitement son style plus technique à la musique de Koritni, tissant ainsi une belle complicité avec son compatriote Eddy Santacreu au jeu toujours plus orienté feeling. La setlist tourne logiquement beaucoup autour du dernier album, Welcome To The Crossroads.
Drôle de choix cependant de débuter le concert par "Sometimes", mid tempo pas spécialement pêchu ou entrainant, suivi de "Heart Donation", un des rares rescapés de l’ère Green Dollar Color. Le show donne ainsi l’impression d’avoir un peu de mal à démarrer, il faut attendre "155" et le classique du premier album "Red Light Joint" (l’un des deux seuls titres en commun avec Red Live Joint) pour retrouver le groupe que l’on connaît sur scène. Le concert finit en beauté avec l’excellent "Down At The Crossroads" du dernier album, qui voit Lex Koritni empoigner une guitare et assurer en slide, et une superbe reprise du classique du blues "Sweet Home Chicago". Le CD reprend le show du Hellfest auquel il rajoute cinq titres enregistrés dans une toute autre ambiance, celle plus intime et surchauffé du Divan du Monde. Ce genre d’atmosphère semble mieux convenir au groupe qui donne le meilleur sur ses compos et sur la reprise "Got To Get You Into My Life" des Beatles, présente sur le premier album du groupe. De reprises il en est question sur les deux derniers titres de l’album, acoustiques et enregistrés à la radio chez ce bon vieux Zégut, avec deux morceaux 100% australiens : après The Angels et AC/DC, Koritni s’attaque avec succès à Midnight Oil et Cold Chisel.


Koritni assure donc et se montre même de plus en plus professionnel au fil des années. Cependant il manque un petit quelque chose pour restituer fidèlement ce dont le groupe est capable sur scène ou pour atteindre le niveau du purement jouissif Red Live Joint. Peut être que le cadre du Hellfest ne se prêtait finalement pas si bien que ça à la musique des Australiens, peut être qu’il manque dans la setlist plusieurs classiques ("Heaven Again", "Under The Overpass", pourquoi pas "Ain’t No Love Song"…) ? Un bon live néanmoins, qui permet surtout d’attendre la suite de pied ferme !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6