5796

CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
Cette chronique a été mise en ligne le 13 février 2013
Sa note : 13/20

LINE UP

-Flavien
(chant)

-Florian
(guitare)

-Greg
(basse)

-Yoann
(batterie)

TRACKLIST

1) Hopeless Knights
2) The Last of a Dying Breed
3) The Family
4) Black Walls

5) Open Your Eyes
6) The Last Parade
7) Break The Lies
8) Dunwich
9) Walk Alone
10) Last Call
11) American Psycho

DISCOGRAPHIE


Vera Cruz - skinandteethandnails
(2013) - hardcore n'roll métal un peu hype - Label : Season Of Mist



Bon... Devant vos yeux ébahis, Vera Cruz m'sieurs dames ! Nom de groupe un peu poseur, tronches et dégaines un peu poseurs (mais bordel CESSEZ de poser avec des lunettes de soleil et des gilets à la fin!), style musical fort en vogue (« hardcore'n'roll-métal », mais pas que), pochette d'album fort stylée mais qui sent le truc qui se la joue à plein nez... Bref, je me voyais déjà les farcir comme un chapon si la musique ne suivait pas, et avec un plaisir non dissimulé, s'il vous plait. Mais après quelques écoutes, il a bien fallu se résoudre à constater que, même sans être exempt de nombreux défauts, le son de Vera Cruz fait largement son taff, et propose même quelques truc assez kiffants. Analyse, bande de moules.

Le son tout d'abord, puisqu'il en est question : Vera Cruz sonne bien lourd, bien gras, beaucoup moins abrasif et brut de décoffrage qu'un groupe de hardcore plus classique (genre qu'un Rise Of The Northstar, pour citer un truc bien orthodoxe et d'ici également). Non là on est plutôt dans un son proche du deathcore, pas étranger à la prod' du dernier ETHS par exemple. C'est un poil surprenant vu le style pratiqué, et encore, mais plutôt cool et bien vu. En tout cas, ça en met plein la poire. Les compos, maintenant ! Et là bon, ça se complique un peu même si la simplicité et le côté direct sont indéniablement de maitres mots sur cet opus des parisiens. On parle de hardcore, nul doute là-dessus, mais pas le hardcore mélodique et enlevé, ou au contraire chaotique, sombre et déchirant. Ni du hardcore vraiment old school, même si certains riffs y font évidemment penser avec insistance ("Open Your Eyes" ; "The Last Of A Dying Breed"). Non, avec Vera Cruz, on officie plutôt dans un genre de hardcore-métal assez burné mais pas trop, bardé de gros riffs plombés tirant vers le néo option violence, un peu comme un Black Bomb A dans ses bons moments. Mais pour autant ça ne ressemble pas à du Hatebreed, il y a là une french touch, un aspect melting-pot qui fait de Vera Cruz un groupe finalement assez identifiable, ce qui est bien joué de leur part vu le côté tout de même assez générique de leur musique. 
Donc des riffs assez simples, des petits leads qui vont bien à l'occasion, un chant bien énervé et assez varié, des compos majoritairement courtes et in-your-face, basées sur un ou deux riffs simples mais efficaces. Le genre de truc qui doit très bien marcher en live mais qui touche tout de même assez vite ses limites sur CD. Alors après, quelques gros tubes tout de même, avec une capacité à accrocher l'auditeur avec des morceaux pourtant fort simples assez fabuleuse ("Black Walls" ; "The Family", qui aurait d'ailleurs pu être LE morceau de l'album sans ce refrain vraiment beaucoup trop pop-punk au niveau des lignes de chant... dommage!). Bref, tout cela n'est pas mal du tout mais... y a clairement un truc qui manque, une espèce de violence, d'urgence propre au hardcore. L'album est réussi, c'est indéniable, mais tout cela semble quand même un peu trop pensé, policé, et manque un peu de spontanéité. Dans le même genre, les parisiens de As They Burn (en plus hardcore beatdown voire deathcore, ceci dit), viennent un peu de faire le même coup (chronique prochainement), à savoir un truc très pro, très carré, très efficace, mais qui manque un peu de sang et de tripes quoi... Dommage pour du hardcore, mais positif pour la scène extrême française au sens large, clairement.


En conclusion, un album qui s'écoute très facilement, peut-être trop facilement. L'immédiateté est semble-t-il une des règles de base des compos des Parisiens, et en cela l'album est réussi. Après, le revers de la médaille est un manque assez flagrant de profondeur et de recherche (que ce soit les guitares ou la section rythmique, tout reste assez sommaire et basique dans la composition comme dans l'exécution) et un côté un peu trop hype pas des plus agréables, mais ce serait idiot de les juger sur ça. Bref, un truc dans le même genre en un peu plus touffu et travaillé et ce sera parfait les gars ! Un groupe à suivre, assurément.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7