5834

CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
Cette chronique a été mise en ligne le 26 février 2013
Sa note : 17/20

LINE UP

-Chad Gilbert
(chant)

-Matt Fox
(guitare)

-Tony DelMonego
(guitare)
 
-"Mad" Matt Fletcher
(basse)

-Matt Covey
(batterie)

TRACKLIST

1) The Mean Spirits, Breathing
2) I, Saturnine
3) Reach Beyond the Sun
4) A Human Failing
5) Man Into Demon: And Their Faces Are Twisted With the Pain of Living
6) Medicine to the Dead
7) To Suffer Fools
8) Think the Adder Benign
9) Monumental Graves
10) If a Mountain Be My Obstacle
11) At Least a Plausible Case for Pessimism

DISCOGRAPHIE


Shai Hulud - Reach Beyond The Sun
(2013) - hardcore barré et mélodique - Label : Metal Blade Records



Shai Hulud, c'est vraiment le genre de combo sur lequel il est dur d'avoir un avis tranché. Technique, mélodique, véritablement brillant par moment, expérimenté, c'est le groupe qui a un peu tout pour plaire, tout sauf la volonté de se plier aux conventions et de réaliser des albums cohérents, voire des morceaux cohérents. Car Shai Hulud, c'est quand même bien barré, et il est compliqué d'accrocher vraiment sur les morceaux des Américains, véritables montagnes russes hardcore / metalcore. Bref, un groupe bourré de talent mais qu'on sentait, depuis ses débuts il y a déjà 15 ans, limité par sa trop grande intransigeance. A l'écoute du monstrueux Reach Beyond The Sun, il semble que Shai Hulud ait décidé de calmer un peu le jeu et de s'offrir un album à la hauteur de son talent.

Car ce que viennent d'accomplir les Shai Hulud, quand on connait un peu leur carrière (4 albums et 4 EP « seulement », sachant que le groupe existe depuis 1997 et a subi un hiatus de 2 ans), est assez extraordinaire. Sortir un cinquième album de la trempe de ce Reach Beyond The Sun, aussi varié, cohérent, technique, et toujours barje tout en étant résolument plus accessible et accrocheur que par le passé, c'est tout de même hyper balèze de la part d'un groupe qui n'a jamais réellement su (ou voulu) le faire. L'expérience peut-être ? Une maturité tardive ? Toujours est-il que le résultat est là, ce nouvel opus défonce sévèrement et se place directement au rang des meilleures sorties hardcore (au sens large) de l'année. Par exemple, difficile d'imaginer le Shai Hulud d'il y a quelques années sortir un truc aussi hardcore new school / mélodique que "Monumental Graves", et c'est une réussite totale. Grosse mélodie imparable, simple, des couplets bien compliqués mais plus abordables qu'auparavant, des voix (et ces chœurs !) au diapason, une rythmique plombée et groovy à souhait, une sacrée réussite quoi. Alors certes, ça restera toujours trop fou, agressif ou plaintif pour certains, car les liens du groupe avec la scène mathcore restent d'actualité sur ce skeud, de même que ceux avec la scène hardcore old school, bien présents sur un titre comme "To Suffer Fools" par exemple.
Et au contraire, cela restera toujours trop plaintif et mélo pour d'autres (des liens forts avec la scène new school continuent de se tisser), mais il est clair que Shai Hulud, avec des morceaux comme "Reach Beyond The Sun" ou "Monumental Graves", élargit son spectre de manière assez conséquente. Après, que les fans de la première heure se rassurent, Shai Hulud n'est pas devenu Comeback Kid (au demeurant excellent combo, mais sacrément plus basique !), mais il commence pas mal à se rapprocher d'un Defeaters ou d'un Have Heart, par exemple. La mélodie est vraiment très présente sur cet opus, mais elle n'est pas souvent l'élément principal, souvent attelée à un attirail technique bien fracassé (surtout sur les couplets des morceaux) et joué avec l'énergie et la rapidité du désespoir. Shai Hulud reste un groupe assez sombre, qui fait mal même sans frapper hyper dur ("I, Saturnine", "At Least A Plausible Cause For Pessimism") et surtout de façon vraiment à part. Les passages déstructurés et les guitares dissonantes sont toujours présents bien que plus légers, on l'a dit ("Medicine To The Dead" ou plus encore sur "Think The Adder Benign"), les voix restent résolument vindicatives et désespérées, et il n'y a pas de réel temps mort sur cet album. La prod' est excellente, ce qui n'enlève évidemment rien au gros kiff procuré par l'objet. Bref, un excellent album (enfin !), pondu par un excellent groupe, qui s'était jusqu'ici contenté de coups d'éclats épars sur des sorties qu'on devinait hyper talentueuses mais tout aussi inégales.


Le passage de Shai Hulud au Hellfest 2013 pourrait bien être un des moments à ne pas rater (de toute façon, votre serviteur passera sans doute 90% de ses 3 jours sur place sous la Warzone, bien nommée tente hardcore, un peu comme chaque année quoi !) tant cet album transpire la maturité et la maitrise complète. De bolide de course au potentiel énorme mais un peu incontrôlable, Shai Hulud est monté en gamme avec cette cinquième sortie, stabilisant l'ensemble sans pour autant l'alourdir et lui faire perdre de la vitesse. Quand un groupe vous surprend à ce point, on appelle ça un méchant tour de force, et ça vaut bien un bon gros coup de cœur ! Congrats guys, & see you in June !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3