5857

CHRONIQUE PAR ...

103
Amdor
Cette chronique a été mise en ligne le 10 mars 2013
Sa note : 16/20

LINE UP

-Rafal Biernacki
(chant+claviers)

-Jakub Zytecki
(guitare)

-Marcin Kicyk
(basse)

-Przemyslaw Nycz
(batterie)

TRACKLIST

1) Dancing with Endless Love
2) Enigma of Abode
3) Profane the Ground
4) Prana
5) Message from Atlantis
6) WOW!
7) Universal Love
8) Be Afraid of Nothing
9) Unbroken Shiver
10) Touching the Golden Cloud
11) Butoh
12) Choices Over Me
13) AUM

DISCOGRAPHIE


Disperse - Living Mirrors
(2013) - rock prog metal prog lumineux et planant - Label : Season Of Mist



La Pologne possède, et ce n’est un secret pour aucun métalleux, une scène extrême très dense et respectée qui abrite des groupes parmi les plus influents dans leur genre, au détriment d’une scène progressive bien plus confidentielle. Si on commence à connaître Riverside qui s’est affirmé comme un bon élément, les jeunots de Disperse sont de grands inconnus par chez nous. C’est pourtant sous l’aile des premiers que cette nouvelle formation a pu sortir en 2010 un premier album, Journey Through the Hidden Gardens, qui leur a offert un premier succès critique et l’opportunité d’ouvrir pour Marillion. 2013 sonne l’heure de la seconde salve, intitulée Living Mirrors.

La seule lecture des titres des chansons proposées ici donne une idée du ton de cet album : "Dancing with Endless Love", "Universal Love" ou encore "Touching the Golden Cloud", on ne s’y trompera pas à dire que cette heure de musique qui nous attend sera aérienne et lumineuse. Le groupe a en effet un goût prononcé pour les interludes planants (pas moins de 5 sur 13 titres) dont la durée monte jusqu’à 4 minutes pour l’intro "Dancing with Endless Love" et le jazzy "Butoh", tous deux servis par le groove rafraîchissant du combo emmené par un Jakub Żytecki, compositeur de la majorité des titres, dont on entrevoit l’étendue du talent tout au long de l’album. Sa musique navigue en effet avec brio entre plusieurs influences de renom qui suffisent à décrire la qualité de cette sortie : le feeling ainsi que les touches électro ici et là rappelleront Animals as Leaders, ses qualités de shredder rappellent Petrucci alors qu’un titre comme "Profane the Ground" pourrait être une des toutes meilleures créations de Textures et que les syncopes de "Unbroken Shiver" s’inscriraient plutôt dans la veine des compositions de TesseracT.
Pour autant, aucune de ces influences ne prend réellement le pas sur les autres, conférant à Disperse cet aspect d’entité progressive moderne à la croisée de tous ces courants qui tend à réunir tous les amateurs de cette musique. A vrai dire, seul le chant de Rafał Biernacki a par moment de quoi surprendre et risque de ne pas être au goût de tous : ici, aucune trace de growl ou de scream, seulement du chant clair qui prend par moment des intonations assez pop notamment sur "Enigma of Abode". Toutefois, sa prestation reste dans l’ensemble agréable puisque notre homme a la sagesse de ne pas essayer de tirer outrageusement la couverture à lui et sait rester discret quand il le faut, si bien qu’on reste toujours accrochés aux parties jouissives qui sont légion. Que ce soit le solo de "Enigma of Abode" précédemment cité ou le final brillant de simplicité de "Message from Atlantis", peut-être le meilleur morceau de l’album, ce Living Mirrors contient à coup sûr quelques-uns des meilleurs moments prog de l’année, rien que ça ! En ce qui concerne les autres titres, la qualité reste très homogène, autour du « très bon », sans aucun titre vraiment en deçà qui pourrait faire lâcher l’écoute.


Avec ce Living Mirrors de très haute qualité, Disperse affiche une maîtrise impressionnante de son élément malgré la jeunesse de la formation. Réussissant à esquiver un maximum d’écueils et de clichés, le groupe s’est brillamment extrait de la masse et devrait faire partie des nouvelles références en la matière dans les toutes prochaines années, pour que la Pologne soit enfin reconnue pour sa musique progressive. En attendant, ce serait un péché que de ne pas profiter de cette offrande et nous prenons d’ores et déjà rendez-vous pour le prochain !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3