5875

CHRONIQUE PAR ...

88
Mita
Cette chronique a été mise en ligne le 18 mars 2013
Sa note : 11.5/20

LINE UP

-Jarmo Kylm
(chant)

-Altti Veteläinen
(chant+basse)

-Jarmo Puolakanaho
(guitare)

-Mika Lammassaari
(guitare)

-Janne Tolsa
(claviers)

-Juho Raappana
(batterie)

TRACKLIST

1) Saivo
2) Dark Alliance
3) Legion of Beast
4) Kuura
5) Dance of December
6) The Day
7) Sound of Silence
8) Beneath the Frozen Leaves
9) Swan Saivo
10) Blood Stained Sea
11) Angelheart
12) Ravenheart (Act III : Saivon Lapsi)

DISCOGRAPHIE


Eternal Tears Of Sorrow - Saivon Lapsi
(2013) - metal symphonique - Label : Massacre Records



Quoi qu'on puisse en penser, Eternal Tears of Sorrow reste un groupe qui nous habitue à de bonnes sorties. La formation finlandaise peut d'ailleurs se targuer d'avoir un style musical qui lui est propre, et d'avoir suffisamment forgé sa personnalité pour que sa musique soit immédiatement identifiable. Autant ne pas changer les bonnes choses, alors ? Peut-être qu'on en aura, de l'évolution, car Saivon Lapsi, leur septième disque, est le premier à patronyme dans leur langue natale. Intéressant sur la forme, décevant sur le fond.

Le brûlot est tout simplement mièvre et dégouline de bons sentiments. Les parties pleurnichardes et superficielles prennent à présent le dessus sur les ambiances envoûtantes d'antan, les parties mélodiques agréables, l'atmosphère instaurée par le growl. Non, à présent, un titre comme "Ravenheart (Act III : Saivon Lapsi)" résume parfaitement cette nouvelle voie empruntée par le combo : des claviers sans grand intérêt, qui ne font office que de décor, un chant qui tente de faire son possible en growlant, mais restant tout de même un peu trop limité, et des longueurs trop épuisantes pour nous entraîner au voyage. Voilà, et dans le même genre, la ballade "Sound of Silence" pue l'eau de rose. Miriam Renväg a beau chanter admirablement bien, ça ne prend pas du tout …
En cause : le chant clair de Jarmo, devenu un véritable automatisme, mais pas assez assuré et charismatique pour vraiment convaincre. Ses faiblesses s'ouvrent sur "Swan Saivo", lors de couplets où il traîne la patte, là où, au contraire, la partie instrumentale est réussie, poignante et renouant avec l'EToS qu'on connaît et apprécie. "Beneath the Frozen Leaves" est également parmi les réussites de ce disque, notamment grâce à son ambiance, prenante, et à la construction du titre qui ne s'articule pas autour d'un refrain calibré et édulcoré, au contraire d'un "The Day" à l'intérêt trop limité. Les deux instrumentales "Saivo" et "Kuura" rattrapent le niveau, prouvant que le combo finlandais sait utiliser sa technique à bon escient, pour accoucher de pièces certes courtes et introductives, mais instaurant une ambiance qu'on souhaiterait retrouver davantage.


Quelques moments sympathiques pour un ensemble décevant. Eternal Tears of Sorrow nous sert un plat trop sucré, mais qui laisse en bouche un goût amer. Dommage, quand on sait ce que la formation finlandaise est capable de faire dans ses grands moments. Reste donc un disque de metal symphonique vaguement death mélo qui privilégie le miel aux belles atmosphères. Espérons que, dans cette direction, la prochaine œuvre soit d'une qualité bien supérieure à Saivon Lapsi.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6