5973

CHRONIQUE PAR ...

88
Mita
Cette chronique a été mise en ligne le 14 mai 2013
Sa note : 8/20

LINE UP

-David Readman
(chant)

-Alex Beyrodt
(guitare)

-Jimmy Kresic
(claviers)

-Mat Sinner
(basse)

-Mel Gaynor
(batterie)

TRACKLIST

1) Graveyard City
2) Tears in the Rain
3) Heart of Babylon
4) Cry for Love
5) Alissa
6) The Ghost in Your Heart
7) Bane of My Existence
8) More Than One Way Home
9) The Killer in You
10) The Saint and the Sinner
11) Victim of Love

DISCOGRAPHIE


Voodoo Circle - More Than One Way Home
(2013) - hard rock plein de ballades chiantes - Label : AFM Records



Voodoo Circle est allemand. Voodoo Circle fait du hard rock. Et Voodoo Circle fait aussi des pochettes où ils sont tous dessus. C'est à peu près tout ce qu'il faut retenir. Ah oui, précision : le line-up de cette formation est composé de personnalités connues dans le metal. Et ce qui aurait pu être une force n'en est pas une tant ce troisième album, intitulé More Than One Way Home, laissera totalement indifférent.

Pourquoi ? Tout simplement parce que cet album est chiant. Mais vraiment. La formation germanique nous sert, du début à la fin, la même chose, qui se résume en gros à une pelletée de compositions toutes plus molles les unes que les autres. Et arriver à un tel résultat est très facile : dans un même opus, délivrez (presque) uniquement des mid-tempos ou des ballades. Saupoudrez le tout de quelques titres plus accrocheurs, histoire de laisser penser que de temps en temps on se réveille, et vous obtenez More Than One Way Home, qui commence par un véritable piège à con : "Graveyard City". Un morceau entraînant, au refrain mémorisable, au chant excellent, tout est là pour nous offrir un hard rock savoureux ! Hélas, ce n'est que pour mieux vous appâter et vous perdre dans les méandres de la somnolence extrême. Composer plus de titres de cette trempe n'est pourtant pas compliqué. Mais il faut croire que ce n'était pas du tout le but recherché par Voodoo Circle, sponsorisé par les plus grandes marques de miel et de sucre.
Bon, il y a deux trois morceaux qui sont sympas. "The Killer in You" est un peu moins chiante que tout le reste, tandis que "Bane of My Existence" sait faire bouger mais le reste … quelle platitude. Ça dégouline de faux sentiments, ça recycle en boucle les mêmes schémas et ça ne prend aucun risque. "Alissa", "Cry for Love", "Victim of Love", bonjour les thématiques aussi variées que les compositions qui vont avec. Difficile de sauver quoi que ce soit dans cet opus, excepté sa production irréprochable et le professionnalisme des musiciens qui disposent tous d'une réelle technique, mais jouant sans une once d'émotion. Tout est désespérément calibré, sans inventivité ni génie et de la part d'un tel line-up, c'est inexcusable. Les rares bons moments se trouvent exclusivement dans les pistes les plus énergiques (mot à prendre avec des pincettes), ce qui n'est clairement pas assez pour que le quintette puisse sortir la tête de l'eau.


Je le conçois, cette chronique n'est pas d'une longueur excessive, mais il y a peu de choses à dire sur ce More Than One Way Home inintéressant et banal. Voodoo Circle est appliqué mais ne parvient nullement à toucher ou à captiver. Regrettable vu le line-up, on est en droit de s'attendre à beaucoup mieux que cet enchaînement de déceptions. Bref, amis du bon goût, si vous ne voulez pas vous ennuyer, passez votre chemin.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6