606

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Johnny Throckmorton
(chant)

-Erik Larson
(guitare)

-Ryan Lake
(guitare)

-John Peters
(basse)

-Bryan Cox
(batterie)

TRACKLIST

1)Such Is Life
2)R.R.C.C.
3)Wage Slave
4)Three Stars
5)Bear Baiting
6)Infested
7)Alone Again
8)Lunar Eclipse
9)Blasphemy
10)Do Not
11)Sociopath Shitlist
12)Struggling For Balance

DISCOGRAPHIE

Fulton Hill (2004)
Open Fire (2007)

Alabama Thunderpussy - Fulton Hill
(2004) - rock stoner stoner sudiste - Label : Relapse Records



Alabama Thunderpussy est un groupe américain mélangeant rock sudiste avec le style qu'on appelle stoner. Dès les premières écoutes de l'album, une évidence s'impose, on a affaire à un futur grand nom de la scène stoner. N'étant pas un inconditionnel de cette scène, j'ai toujours eu du mal à accrocher à des groupes comme Spiritual Beggars, Firebird, Sheavy qui se contentent d'ajouter un son moderne par dessus le rock balourd des années 70.

Mais Alabama Thunderpussy n'a aucun mal à se distinguer des autres groupes, déjà par des consonances sudistes comme on s'en rend compte d'entrée de jeu sur l'intro instrumental "Such Is Life" ou le champêtre "Three Stars", renforcé par des claviers d'époque. C'est surtout le gros travail sur les guitares qui rend ce disque particulièrement intéressant, proche des harmonies que pouvaient faire Thin Lizzy. Derrière des gros riffs rock efficaces, il n'est pas rare de voir l'album saupoudré de somptueuses parties acoustiques, évitant ainsi à Fulton Hill une linéarité trop souvent de mise dans ce style. Même les parties instrumentales contiennent leur lot de solos gorgés de feeling, témoins de l'héritage sudiste parfaitement assimilé ("Bear Baiting").

Les structures des morceaux évoluent en fonction de l'inspiration du moment, par exemple si intel choisit de placer un solo ou un riff à tel endroit, cela donnera parfois un aspect un peu décousu aux morceaux. Ça change en tout cas du traditionnel couplet-refrain et c'est un peu déroutant même, car on est habitué à cette structure simple mais efficace dans ce genre. Ces changements de tempos inattendus, alors qu'on pensait que le morceau allait se terminer, tout cela a aussi pour conséquence de rallonger considérablement la durée de l'album, avoisinant les soixante-dix minutes alors qu'il n'y a "que" douze chansons. Il aurait gagné à être plus court. De temps en temps, c'est bien de voir les tempos s'accélérer ("Infested", "Struggling For Balance"), histoire de ne pas rendre l'album pachydermique.


Dommage en tout cas que le chant se contente d'être gueulard et graisseux, même si des efforts sont faits pour le varier sur les passages plus mélodiques ("Three Stars", "Do Not", "Alone Again"). C'est le seul défaut de l'album en fin de compte, car si la musique sort de l'ordinaire, il est juste regrettable que le chant ne suive pas. Mais le stoner n'est pas un style composé de grands chanteurs, qu'on se le dise!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1