629

CHRONIQUE PAR ...

8
Alexis KV
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Sel Balamir
(guitare+chant)

-Neil Mahoney
(basse)

-Matt Brobin
(batterie)

TRACKLIST

1)Continuum
2)Into The Space Age
3)For Marcia
4)The Brain Room
5)Everyday Combat
6)Live Human

DISCOGRAPHIE


Amplifier - The Astronaut Dismantles HAL (EP)
(2005) - ambient pop rock space rock - Label : SPV



Amplifier parvint à frapper très fort dès son premier album qui, même s'il n'était pas dénué de défauts, nous révélait un groupe doté d'un talent certain pour la mélodie et le riff, une identité marquée et un sens de la composition se situant bien au-dessus du lot. La grande question était donc de savoir si une nouvelle livraison du trio britannique allait justifier la mention "groupe à suivre" attribuée par votre humble serviteur dans sa précédente chronique. La réponse apportée par ce nouvel EP est plus que rassurante à ce propos. Non seulement Amplifier réussit à garder les caractéristiques qui font sa force, mais parvient à faire évoluer sa musique de manière intelligente et nuancée.

La subtile référence à 2001: Odyssée de l'espace contenue dans le nom de cette galette laisse présager une orientation privilégiant l'aspect "space-rock" déjà présent sur le premier album, et c'est effectivement le cas. La distortion est toujours bien présente, mais elle se fait généralement moins épaisse que par le passé, donnant des morceaux qui ne jouent plus forcément sur l'alternance entre passages calmes et saturés, même si cet aspect reste bien présent et caractéristique de la musique d'Amplifier. Au niveau des harmonies de guitare et de la production, The Astronaut Dismantles HAL reste très proche de ce que l'on a pu entendre sur l'album homonyme, conférant à l'ensemble une Amplfier touch qui contribue à renforcer la personnalité du groupe. La batterie est dotée, elle, d'un son globalement plus étouffé, et d'un effet de saturation sur la caisse claire qui met très bien en valeur les roulements par moments très martiaux qu'elle nous offre.

Pour ce qui est des structures, l'approche est dans son ensemble assez minimaliste mais toujours nuancée, à l'instar du titre "Into the Space Age" dont le leitmotiv évolue de façon presque imperceptible au fil des couplets, ou encore "Everyday Combat" dont le pouvoir hypnotique nous fait complètement oublier qu'il est basé sur deux riffs plutôt simples (mais ô combien jouissifs). La véritable surprise et avancée au niveau de la composition, c'est le morceau d'ouverture "Continuum" et son approche très progressive, avec un début envoûtant, un break apocalyptique et un final dont la puissance mélodique semble réellement venir d'une autre planète. La voix de Sel Balamir n'est certes pas la plus impressionnante ou mémorable, mais cette petite faiblesse est très largement compensée par des lignes vocales mémorables.

Dans la partie remerciement du livret, on peut voir apparaître la mention the mighty Oceansize (littéralement "les grands Oceansize"), et on a vraiment l'impression qu'Amplifier a été inspiré par ses illustres compatriotes à nous livrer un EP un peu plus alambiqué, mais gardant cette capacité à vous happer dès la première écoute grâce à des riffs imparables. Des mélodies accroche-neurones, des rythmiques tout en finesse, des compositions sans véritables points faibles (si l'on exclut "For Marcia", seul titre dispensable), que demander de plus? Ah oui, de la durée: cela reste un EP, et la demi-heure de musique proposée laisse sur sa faim. Vivement un album complet de la même trempe!




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6