6294

CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
Cette chronique a été mise en ligne le 09 décembre 2013
Sa note : 16/20

LINE UP

-David Bower
(chant)

-Kev Bower
(guitare+claviers)

-Andy Sneap
(guitare)

-Tony Speakman
(basse)

-Tim Bowler
(batterie)

TRACKLIST

1) Gehennae Incendiis
2) The Age of Nefarious
3) The Disposer Supreme
4) Darkhangel
5) Harbinger of Death
6) End ov Days
7) Deathsquad
8) Something Wicked This Way Comes
9) Faith Will Fall
10) Land of the Living Dead
11) Deliver Us From Evil
12) A Vespertine Legacy

DISCOGRAPHIE


Hell - Curse & Chapter
(2013) - heavy metal - Label : Nuclear Blast



Deux ans après avoir secoué la sphère metal avec le sensationnel Human Remains, les Anglais de Hell reviennent avec un line-up inchangé et de nouvelles compositions toutes fraîches. Car malgré la baffe qu'avait provoqué le précédent opus, il n'y avait rien de bien nouveau sous le soleil - l'album reprenant des morceaux composés dans les années 80s ! Andy Sneap, ayant remis le groupe au goût du jour, 20 ans plus tard, confie que ce Curse & Chapter (dont le titre est un jeu de mot sur l'expression «Chapter & Verse») reprend moitié des anciennes compositions et moitié de tous nouveaux morceaux !

Le résultat est-il cepedant différent du précédent album ? Clairement non, on retrouve tout ce qui caractérisait si bien le style Hell dans Human Remains, cette ambiance d'occulte et de blasphème, ce chant théâtral lorgnant vers King Diamond... Mais ce qui pouvait le plus rebuter s'est effacé ou assagit. Les longues transitions flippantes sont à présent quasi-absentes, on entre à chaque fois directement dans le vif, conséquence directe d'un léger virage plus heavy avec des morceaux plus courts, un tempo accéléré et des structures de morceaux plus classiques. Et ce n'est pas plus mal de voir Hell sortir du très bon heavy burné ("Faith Will Fall") même si les morceaux sont ainsi plus proches stylistiquement entre eux, tous dans une veine du tube "On Earth As It is in Hell" (le meilleur exemple est sans doute "Harbringer Of Death"). Ainsi, les riffs sont bien plus mémorisables de même que les refrains sont plus souvent proches d'hymnes ("Darkhangel", "End Ov Days").
D'autre part, les claviers sont plus utilisés pour de courtes mélodies à l'orgue souvent très bien amenées que des nappes de fond. "The Disposer Supreme" ou "Something Wicked This Way Comes" en sont les exemples parfaits de ce nouveau visage, avec des guitares purement heavy, twin lead à l'appui tout en gardant une forte identité. On peut également citer "Land Of The Living Dead", où le jeu des claviers avec les guitares nous ramènerait presque dans Iron Maiden période Somewhere in Time (avec un très gros clin d'oeil à "Wasted Years") pour un résultat bluffant. Dans un style différent "Deliver Us From Evil" se tente des digressions power metal sur le refrain et hard rock sur le passage central avec un groove très bien senti. Un mélange des genres du plus bel effet qui démontre que le groupe maîtrise clairement son sujet.
Le titre d'ouverture "The Age Of Nefarious" démontre de nouvelles prouesses vocales de David Bower, au timbre plus que jamais au coeur de l'identité de Hell. La légère évolution stylistique l'amène à des textes moins parlés, moins théâtraux et moins denses, pour se concentrer sur des mélodies vocales plus classiques ce qui n'enlève en rien sa capacité à énormément moduler son organe et à lâcher d'excellents screamings. Au rang des curiosités, on retrouve au milieu de l'album une prolongation du titre "Deathsquad" qui ouvrait Human Remains et l'intro de "End Ov Days" qui ressemble farouchement à celle de "Wherever I May Roam" de Vous-Savez-Qui.


Hell transforme l'essai avec ce Curse & Chapter qui lui permet de prolonger son style caractéristique tout en le faisant évoluer vers quelque chose de plus « rangé », direct et efficace tout en faisant une plus belle part aux envolées mélodiques. En cela, les Anglais corrigent le principal défaut de Human Remains qui était une impression de parfois traîner en longueur dans une ambiance se voulant trop occulte. Très bonne nouvelle pour le heavy, qui peut compter sur Hell pour se régénérer, car on a mine de rien affaire à un des meilleurs albums du genre de ces dernière années. On leur souhaite de continuer sur cette voie !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5