6344

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 09 janvier 2014
Sa note : 11/20

LINE UP

-Raffaele "Raffo" Smaldone
(chant)

-Paolo Ferraro
(guitare)

-Mattia Sisca
(guitare)

-Sebastiano "Sebo" Zanotto
(basse)

-Andrea Grespi
(batterie)

TRACKLIST

1) Vasa Warship
2) Karnak
3) Lunar Explosion
4) Butterfly Effect
5) When the Sun no Longer Shines
6) From Beyond
7) The Nest of a Swan
8) Saint George
9) The King of Judea

DISCOGRAPHIE


Lunar Explosion - Lunar Explosion
(2013) - speed metal power metal neoclassique old school - Label : Scarlet Records



Lorsque je pense power-metal, je pense immédiatement à l’Allemagne. Mais quand je lis power-metal néoclassique, je pense beaucoup plus à l’Italie. C’est certainement l’influence de Rhapsody Of Fire, mais toujours est-il que ce pays du sud de l’Europe accouche régulièrement de nouveaux groupes dans ce style musical à la virilité contrariée. Lunar Explosion a pris naissance à Vicenza en 2010. Après une passage par une démo (Beyond the Demo) en 2011, les voilà avec leur premier album qu’ils sont fiers de nous présenter. Intitulé sobrement Lunar Explosion, il présente une pochette assez affreuse qui ne ressemble pas du tout à ce qui se fait habituellement en power-metal. Un signe d'originalité ?

Lunar Explosion met immédiatement les pieds dans le plat. On démarre sur "Vara Warship". Pas d’introduction symphonique, les riffs attaquent dès la première seconde. Ce qui marque immédiatement est la pauvreté générale du son. Cela manque sincèrement de souffle et de puissance. Et quand le morceau démarre vraiment, avec un solo bien foutu, c’est encore plus flagrant. La guitare lead semble asthmatique. Mais où sont donc passés les effets de reverb, chorus et consorts ? Sans dire qu’il faut gonfler le son artificiellement, on est en droit de se poser des questions sur le professionnalisme du groupe. Du coup, la musique sonne sacrément creuse. Dans le meilleur des cas, on a l’impression d’écouter un live. Dans le pire des cas, on a l’impression d’écouter une démo… Dans ce cas-là, qui est fautif ? La production ou les musiciens ? Sachant que le tout est lié, on peut se demander si le groupe est au niveau. Étrangement, la musique du groupe est assez technique, avec des guitares intéressantes et véloces. Les parties leads sont nombreuses, mais tout cela manque de punch. Malheureusement, ce souci dans le son se retrouve aussi pour la voix qui manque sincèrement de chœurs pour la soutenir ou, simplement d’ampleur. Là encore, on se demande si le chanteur Raffaele Smaldone est fautif, tant ce dernier est inégal dans la galette. Son timbre n'est pas toujours très agréable et ses aigus ne semble pas parfaitement maîtrisés. C'est clairement le gros point faible du groupe.
On peut prendre ce Lunar Explosion comme une démo en faisant l’impasse sur les problèmes de production. On retrouve un groupe avec des parties de guitares riches et variées, un chanteur limité et un aspect progressif revendiqué mais loin d’être flagrant. Lunar Explosion ne possède pas une identité très affirmée et ses influences semblent remonter aux origines du genre. On pense beaucoup à Helloween version originale, sans atteindre évidemment les sommets du groupe allemand. Le morceau éponyme, "Lunar Explosion", rappelle sans peine les mid-tempos léger du groupe fondateur. Ce n’est pas pour ça que c’est mauvais d’ailleurs. Lunar Explosion propose pas mal de passages sympathiques, mais les Italiens manquent fortement de maturité. Peut-être l’album a-t-il été enregistré trop vite ? En tout cas, on sent quand même des qualités poindre de façon générale sur la galette, mais il faudra une sérieuse remise en question pour monter d’un bon cran. Surtout que le groupe fait quelques fautes de goût, comme ce "When the Sun no Longer Shines" qui fleure bon la ballade pour ados… Globalement, c’est dans les riffs des guitares que le groupe s’en sort le mieux avec une vraie efficacité (à défaut d’originalité). Beaucoup de groupes de power-metal se contentent de plaquer des accords, Lunar Explosion a le mérite d’essayer de proposer une musique plus riche. Bref, la musique n'est pas mauvaise en soit, mais beaucoup trop de défauts nous font tiquer à l'écoute.


La production empêche donc de pleinement apprécier ce Lunar Explosion. Proposer un power-metal old school, le groupe devra se professionnaliser et mûrir s’il veut s’imposer un minimum sur la scène. Cependant, l’album a des qualités qui laissent penser que c’est possible. Le prochain album, à défaut d’être attendu, méritera une oreille attentive.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1