6388

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 29 janvier 2014
Sa note : 11/20

LINE UP

-Kilvaras
(chant)

-Aekon
(guitare)

-Keolhan
(guitare)

-Cribe
(basse)

-Svarthyr
(batterie)

TRACKLIST

1) Eyes Filled with Blood
2) Burning Black, Chanting High
3) Die Wahrheit Steht im Blut
4)
 Let's Become a New Light
5) To the Void
6) Coming with the Fog
7) To Summon Twilight
8) On Dark Paths Our Faith Stays Strong

DISCOGRAPHIE


Folge dem wind - To Summon Twilight
(2014) - black metal - Label : Code666



De temps en temps certains labels sortent de nombreuses tueries à la suite et c'est alors, remplis de confiance béate, que nous accueillons leur dernier rejeton. Code666 est actuellement dans une pareille situation et les Français de Folge Dem Wind profitent donc d'un bon a priori pour leur troisième album sans autre raison. Seulement, tout un chacun sait pertinemment qu'un label ne joue pas la musique, alors jetons-nous plein d'entrain et décortiquons.

Première chose évidente, Folge Dem Wind fait du black métal. C'en est tellement marqué que le premier constat est de le déconseiller à quiconque n'a pas d'estime pour le genre. Dès le premier qui débarque, la constatation est inévitable. Ensuite on note que le groupe aime à jouer avec les couches de guitares, superposées, virevoltantes, elles s'entremêlent dans des mélodies différentes et changeantes. Là, on pense à des groupes comme Lja ou Deathspell Omega période Manifestations 2002. Le travail est recherché et le résultat est agréable, notamment cette sensation d'oignon que l'on épluche couche à couche. Pas besoin donc de chercher midi à une heure autre que midi, tout est là et bien là côté guitares. La batterie accompagne efficacement ces cordes en martelant les fûts avec précision et variations. Le blast n'apparaît que peu souvent, même si le ton est (fort heureusement) vindicatif. La basse a droit à une portion congrue convenue, même si elle n'est pas totalement inaudible. Il lui arrive de bien claquer comme toute basse devrait le faire, et ça fait toujours plaisir. Reste que ce n'est pas elle qui vous fera acheter l'album (étonnant non ?).
Que retenir de cet album donc ? Une chanson comme "Die Wahrheit Steht im Blut" possède une bonne montée en puissance et un certain souffle épique qui vous prendra dans les grandes batailles du Nord. Le genre de choses qu'on apprécie fortement. Néanmoins il y a cette sensation en bouche, cette arrière-pensée permanente qui empêche d'être pleinement satisfait. On a envie de se dire que tout ce à quoi nous avons droit est bien policé, et justement trop bien policé. Le son est un peu crade, mais bien loin d'être dangereux, les rythmes ne vous écraseront pas mais n'en demeurent pas moins insuffisamment variés pour vous faire envoler vers d'autres cieux (on pense à cette volonté manifeste qu'a le groupe de multiplier les couches et donc de vouloir développer une musique riche, voire complexe) et le chant n'a vraiment rien de spécial. Les riffs qui s'enchaînent donnent cette impression d'être riches sans pour autant savoir si on doit penser aux grands du genre alors qu'il leurs manque la simplicité du vrai noir pour percer votre âme.


On obtient donc un entre-deux, balle au centre qui ne fait rêver personne. Bien sûr la qualité des compositions et la maîtrise technique sont tout à fait satisfaisantes, mais la musique c'est autre chose. Ce souffle froid qui parle à nos tréfonds inavouables, cette folie salvatrice qui libère nos pulsions. Trop gentil.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1