6392

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 04 février 2014
Sa note : 11.5/20

LINE UP

-Dave Peters
(chant) 

-Dave Nassie
(guitare)

-Mark Mitchell
(basse),

-Tim Watts
(batterie)

TRACKLIST

1) Fight or Die
2) Borrowed Time
3) Avow
4) Hardened By Consequences
5) Defend With Violence
6) Suffer, Conquer
7) Cut Away
8) Intolerance
9) Without Weakness
10) Born & Buried Alone
11) Condemned To Live


DISCOGRAPHIE

Intolerance (2014)

Throwdown - Intolerance
(2014) - metalcore thrasho-power-grrove - Label : SPV



Tiens voilà le septième album de nos américains de Throwdown ! Je vois déjà les plus moqueurs évoquer les noms de groupes sur lesquels les loustics auraient composé cette nouvelle mouture. En effet après avoir largement tapiné du coté de Pantera, Hatebreed ou autres agneaux de Dieu, l'étiquette de copieur/photocopieur sans inspiration a fini par leur coller à la peau. Pourtant le groupe a une bonne petite carrière à son actif avec une réputation certaine coté scène. Alors que vaut cet album? L'intolérance de l'influence appuyée sera t'elle de mise ? Chronique.

Un album d'une demi heure pour onze titres; mixés par Mister Zeuss connu, notamment,  pour s'être occupé des Lp de Hatebreed ; un artwork avec un joli tatoué aux muscles saillants ! Mazette et saperlipopette nous revoilà parti pour du hard core primaire au riff/blast dans ta face. En effet les chemins empruntés précédemment allongeaient les compositions et labellisaient le groupe dans des registres tantôt à la « mode », tantôt à la Pantera (ndlr : le chroniqueur veut-il dire que les Texans n'ont été, ne sont et ne seront jamais à la mode? ...; là n'est pas la question!). En tout cas "Fight or Die" décroche une droite d'entrée pour allonger l'auditeur qui, vil critique, se marrait déjà avant même d'écouter la galette. Le riffs est bon, la batterie et la basse font bien leur boulot et l'ami Peters  émoustille les oreilles avec son, classique mais efficace, chant grassouillet-growlé. « Youpi  » crieront certains , « c'est pô vrai » diront les autres car chacun a finalement envie d'y croire malgré la suspicion latente.
A peu près deux minutes trente de joie et de contentement car "Borrowed Time", "Avow" et finalement également "Hardened By Consequences" nous servent la même chanson à quelques variations prêts. Alors c'est agréable mais c'est un peu ennuyeux car au tiers de l'album on reste vraiment sur une impression forte de linéarité. Où est l'inspiration bon sang de bon soir de zut de flûte ?  Si "Defend With Violence" débute différemment, il finit de toutes façons par « removire » le premier morceaux et même le ralentissement de tempo pour alourdir la composition n'y fait pas (ou alors le groupe prévoit déjà ces circles pit sur ce lourd bridge tout à fait adapté à ce type de procession « pitesque » et pitoresque !). Voilà du plutôt bon hard core, mais bonjour l'ennui et le retour naturel des reproches que l'on faisait au combo."Suffer, Conquer" va rabibocher l'auditeur avec une superbe composition moins rapido-core, et du coup s’arrêtant sur l'expérience thrasho-power-groove du groupe, et on a presque l'impression que le père Anselmo va débarquer pour le refrain très facile à chanter « SUFFER.....SUFFEERRR ».
C'est au final de bonne guerre : on se moque, mais superbe bouffée d'air poussiéreuse au milieu de l'album. Même si "Cut Away" fait croire à une diversion dans la logique du morceau précédent, le groupe retombe dans ses défauts de compositions et ne propose finalement que la même approche musicale, tant sur le fond que sur la forme, mais également sur le son propre (même saturation, même relief). Finalement une évidente répétition et tout le monde pourra apprécier un concert en ne connaissant qu'une ou deux chansons, puisque celles ci  sont toutes jumelles voire clones. La dernière chanson pourrait faire office de principe si le groupe veut survivre au système. Le morceaux s'imagine en tournée : « this is the last song motheeeuuurrrr fuuuccckkkeeeuuuusss, ho god you are crazy and fuckkkinnnggg iinnnsssannne! please:  "Condemned To Live" ».


Allez disons le bien fort : « ET MERDEUUUUU !  ». Throwdown c'est le genre de groupe qui joue la musique que j'aime écouter et voir en live, mais il s'agit tout de même de ne pas trop se foutre de la tronche du monde : je tolère et défends le groupe sur ces productions passées aux influences douteuses car assimilées à la récupération, mais sortir un 7ème album avec au final deux chansons (bonnes en plus) et le reste en photocopie : DECEPTION. Peut-être attend-on finalement trop de ce groupe ?


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3