642

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Greg Graffin
(chant)

-Mr Brett
(guitare)

-Greg Hetson
(guitare)

-Jay Bentley
(basse)

-Pete Finestone
(batterie)

TRACKLIST

1)You Are (The Government)
2)1000 More Fools
3)How Much is Enough ?
4)When ?
5)Give You Nothing
6)Land of Competition
7)Forbidden Beat
8)Best for You
9)Suffer
10)Delirium of Disorder
11)Part II (The Numbers Game)
12)What Can You Do ?
13)Do What You Want
14)Part IV (The Index Fossil)
15)Pessimistic Lines

DISCOGRAPHIE


Bad Religion - Suffer
(1988) - punk - Label : Epitaph



1988, voilà l’année que Bad Religion a choisi pour être celle de son virage définitif vers un punk mélodique de haute volée. En effet, ce Suffer possède en son sein tous les ingrédients qui plus tard lui permettront d’accoucher d’album tels que Recipe For Hate. On retrouve donc ces riffs mélodiques et plus recherchés que ce qu’étaient alors les canons punks, un chant maîtrisé suffisamment pour donner l’illusion que le chanteur n’a pas pris son micro comme ça sous la douche et puis des chansons qui se laissent très facilement écouter.

En commençant par "You Are (The Government)", Bad Religion met d’emblée l’auditeur en confiance. On entend un bon riff, une bonne mélodie et par voie de conséquence une bonne chanson. On entend aussi un chant à forte personnalité qui ajoute sa contribution à la musique et aux mélodies. Ca le fait bien. Ensuite on enchaîne sans temps mort les morceaux tous aussi courts les uns que les autres (deux minutes est un cap très rarement dépassé, trois l’étant carrément jamais) jusqu’à la fin. D’ailleurs, la courtitude des morceaux leur permet de se contenter d’un-deux bons riffs à la fois et pas plus. En deux minutes c’est largement suffisant. Au moins on ne se casse pas la tête à savoir où ira la chanson. C’est direct et simple.

Et après? Et bien après c’est l’homogénéité exceptionnelle de l’album qui surprend très agréablement. De "You Are (The Government)" à "Pessimistic Lines" en passant par "Land Of Competition" on en prend plein les oreilles sans sombrer une fois dans la médiocrité. Mieux encore, toutes les chansons, tous les riffs sont bons. Peut-être pas extraordinaires pour la plupart, mais leur constance dans le bon est assez hallucinante pour être notée. Pas un ne viendra manquer à l’appel du ravissement auditif du punker mélodique. Ma foi, c’est le genre de performance très agréable à l’écoute que j’apprécie. Entre toutes les chansons vous ne tirerez pas le single qui tue mais au moins vous ne saurez pas faire votre choix pour décider de laquelle est la meilleure vu qu’elles sont toutes plus ou moins au même niveau de qualité. Peut-être peut-on retenir plus spécifiquement "You Are (The Government)" et "Best For You" mais la compétition est relevée. Tant mieux.

Voilà, ce n'est pas la peine d’en tartiner des kilomètres, Bad Religion et Suffer c’est du solide et du mélodique. Les riffs tapent juste à chaque coup, on ne se prend pas la tête et pourtant en même temps le propos du groupe est sérieux et chacun de ces riffs tient la route longtemps en étant porteurs d’une grande crédibilité musicale. Vous rajoutez à cela un chant adulte (comprendre en opposition de ce qu’on entend maintenant avec tous ces ados attardés) et quelques soli courts et simples mais sympathiques et vous obtenez un album qui a sa place dans toute discothèque punk rockienne. Petit détail: comme le disque commence à dater, sa production est un peu cheap ce qui donne un petit cachet spontané supplémentaire pas désagréable pour un pet.


Bref, un album bien nerveux, court (vingt-six minutes chrono) et tout à fait recommandable. C’est dit. Oubliez donc un peu les Blink et consorts pour une fois, vous ne le regretterez vraiment pas.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3