6522

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 12 avril 2014
Sa note : 13/20

LINE UP

-Perr Valla
(chant+guitare)

-Kristoffer Hansen
(guitare)

-John Erik Andersen
(basse)

-Cato Skivik
(batterie)

TRACKLIST

1) The Awakening
2) Cthulhu
3) Seduce Infect Destroy
4) Suicide Forest
5) We are Sacrifice
6) Skydom
7) Summoned
8) Vinteroffer
9) Admissa

DISCOGRAPHIE

Vinteroffer (2014)

Vredehammer - Vinteroffer
(2014) - black metal - Label : Indie Recordings



Vous êtes comme les marins ? Loin du black metal, votre sang commence à crier famine, votre esprit ne fait qu'un tour et l'appel du froid metal noir devient trop fort ? Vous devez alors répondre à sa sollicitation incontournable et courir nu dans la neige pour mieux vous laisser pénétrer par sa puissance implacable et sa noirceur nourricière. Vous êtes en son pouvoir.

C'est dans ce type de situations que des groupes comme Vredehammer tirent leur épingle du jeu. On pourrait faire un historique de son membre fondateur vu qu'a priori il a une certaine notoriété dans le milieu norvégien et qu'il s'en fût d'un groupe pour fonder icelui qui nous intéresse, mais justement, cela n'est guère intéressant car ni le bonhomme, ni le groupe ne sont connus. Ce sera Vredehammer et Vredehammer uniquement. Que le groupe s'assume et se porte par lui-même. Sauf que évidemment il ne peut pas le faire totalement. Et oui, quand vous êtes destiné à répondre aux soifs des accros c'est que vous respectez certaines règles. Voire même que vous les suivez à la lettre sans vraiment chercher à prendre le moindre risque afin justement de satisfaire cette population. Vredehammer est de cette trempe. Vinteroffer c'est un peu une sorte de croisement entre Immortal période Sons of Northern Darkness et Drautran sur Throne of the Depths. On retrouve le côté carré et inarrêtable des Norvégiens, en même temps que la puissance et les montées des Allemands. Malheureusement en moins bien à chaque fois.
Car ne vous y trompez pas, si Vredehammer joue carré, propre, et compose dans le même acabit, il ne faut pas en entendre du génie. Sa musique est bien trop carrée pour se permettre la moindre incartade qui le ferait sortir du lot. On peut d'ailleurs se demander si son maître à penser a seulement l'envie de proposer autre chose que du black puissant et carré. Non, probablement non. Pourquoi le voudrait-il, il le fait bien après tout ? Ça pourrait justement le faire sortir de cette ornière légèrement robotique qui lui enlève non seulement la vie, mais également l'aspect organique qui fait tout le charme du genre. C'est cette froideur et les atmosphères sombres que nous adorons tant qui ne peuvent s'exprimer ici. Non, là on parle metal bien construit qui va à l'essentiel! Pas d'entourloupe, pas de folie. Pourtant, on sent que le groupe n'est pas dénué de talent. Le riff, la montée en puissance, le break calme de "Seduce Infest Destroy" donnent envie de voir plus souvent le groupe se lâcher. Mais apparemment ce n'est pas là son ambition car il se raccroche bien vite à la mère nourricière blast/gros riff.


En soi ce n'est pas condamnable car c'est plutôt bien fait (notez le chant absolument quelconque), mais ça marque tellement le groupe dans les bons élèves incapables d'aller plus loin que c'en est dommageable. Vous trouverez certainement de quoi assouvir vos désirs de black metal carré à gros son, c'est le but d'un tel album. Vous cherchez un peu de folie et de l'atmosphère au couteau, fuyez donc.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4