6544

CHRONIQUE PAR ...

99
Droom
Cette chronique a été mise en ligne le 04 août 2014
Sa note : 16/20

LINE UP

-Stephen O'Malley
(guitare)

-Greg Anderson
(guitare)

+guests

TRACKLIST

1) Aghartha
2) Big Church [megszentségteleníthetetlenségeskedéseitekért]
3) Hunting & Gathering (Cydonia)
4) Alice

DISCOGRAPHIE


Sunn O))) - Monoliths & Dimensions
(2009) - ambient drone - Label : Southern Lord Records



Sunn O))) est le petit cousin de Black Sabbath. Je le démontre : Black Sabbath a commencé par s'appeler Earth. Puis Earth, de Seattle, s'est appelé... Earth. En hommage à Papa Sabbath, notre affaire se tient. Earth à donc fait du Earth pendant une petite dizaine d'année (à la louche) avant que Sunn O))) ne déboule sous le nom de... Mars, puis enfin celui de de Sunn O))). L'astuce ? Earth / (Mars) / Sunn --> Terre / (Mars) / Soleil . Malin hein ? Bilan des courses : de Sabbath à Sunn, il n'y a qu'un pas. 

Astucieuse introduction, certes (et vas-y que je me lance des fleurs), mais qui oublie un petit élément. Sunn O))), en plus d'être un sympathique jeu de mots en rapport à la cosmologie (les astres, tout ça), est aussi une référence parfaitement assumée à la marque d'amplificateurs Sunn O))). Même nom ; même logo : la filiation est directe. Car voilà : les deux encapuchonnés de Sunn O))) donnent dans l'architecture. Dans la sculpture du son. Les deux compères jouent, encore et toujours, à gros renforts de fuzz et de distorsions surboostées, à émettre des vibrations. Pas forcément jolies, pas forcément harmonieuses; mais assurément imposantes. Je passe sur les détails et renvoie le curieux lecteur néophyte à la chronique du Black One.
Pour l'aspect drone à guitares / mur de son / gravier dégoulinant : c'est vu. Seulement, sur Monoliths & Dimensions, le duo ne s'arrête pas à la recette de base. Chacune des quatre pistes
« impose son style », comme qui dirait. Sur "Aghartha", il s'agit de partager son espace vital avec un Attila Csihar tout en « spoken-words » et des cordes qui ne cessent de grincer, de se tendre, de geindre... Le navire craque de proue en poupe tandis que le capitaine semble ivre et d'humeur particulièrement sombre. Quelques notes de piano accentuent la gravité de l'instant, qui dure, qui dure... L'équivalent Sunn des vuvuzelas sont de sorties et... et... l'instant d'après c'est dans une cathédrale que se joue la partition. Les riffs gros comme à l'accoutumé s’accoquinent avec les chœurs grégoriens préparés avec amour par Dylan Carlson (Earth). La messe est funèbre et dérangeante. Captivante.
"Hunting & Gathering (Cydonia)" est à l'avenant. Vibrato tibétain en sus et roule jeunesse. Finalement, malins comme des singes, les deux compères réservent le meilleur pour la fin. "Alice" se trouve être, quoique la moins typiquement Sunn-ienne de l'album, la piste la plus fascinante de toute. Les guitares se taisent et cèdent place à un rien qui semble vivre et se mouvoir de l'ombre vers la lumière. Un truc du genre. Quelques notes de guitares résonnent dans le vide... les cuivres s'emparent de l'espace et le remplissent de climax dramatiques et magnifiques. Magnifiques, oui. Car "Alice" est le blanc glorieux au bout du tunnel. Par contraste avec l’œuvre de Sunn O))), "Alice" est positive, lumineuse. Le déroulement du morceau lui-même suit ce schéma et, sans vouloir ôter au mystère son charme, l’inquiétude cède place au réconfort au fur et à mesure que s'égrènent les minutes. 


C'est certain, Monoliths & Dimensions est un must-have dans la discographie de Sunn O))). Surement la plus accessible de toutes les productions du duo, cette œuvre ajoute au drone pur et simple une foule d'éléments, parfois austères, parfois lumineux, et rend ainsi à ce genre si particulier tout l’intérêt dont il peut parfois manquer. 


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1