6563

CHRONIQUE PAR ...

113
Ptilouis
Cette chronique a été mise en ligne le 06 mai 2014
Sa note : 15.5/20

LINE UP

-Pipo
(chant+guitare+basse)

-Minouche
(chant+guitare+claviers+basse)

-Tomas Legon
(batterie)


TRACKLIST

1) Les Pilleurs
2) Je ne suis plus seul
3) Nuage
4) Ils se tiennent la main
5) Babylone
6) Raptus
7) Marche
8) Nous ne sommes plus seuls

DISCOGRAPHIE


Rosa Luxemburg - Chapitre III & IV : Seuls/Ensemble
(2014) - rock prog francophone - Label : Autoproduction



Accueilli ici de façon assez mitigée, Rosa Luxemburg nous revient en 2014 avec un nouvel album intitulé Chapitre III & IV Seuls/Ensemble qui nous emmène dans la suite des réflexions en français de Minouche, Pipo et Tomas Legon sur les enseignements de Rosa Luxemburg. Se détachant plus de la personnalité historique décrite dans leur premier album, le trio tente ici de nous offrir un rock progressif mélodique et varié qui décidément montre bien que le prog français a de quoi défendre ses couleurs en 2014.

Les premières notes de "Les Pilleurs" nous font tout de suite sourire. Pendant près de 10 minutes le groupe enchaîne en ouverture un kaléidoscope d’idées en mêlant envolées progressives, chant en français pas désagréable et surtout une alliance entre un piano et des chœurs qui font tout le charme du titre. Emporté par ce tourbillon d’idées bien tournées (notamment grâce à la présence de cuivre comme le cor et la trompette ou d'instruments à corde avec le violon et le violoncelle), c’est avec délice qu’on écoute la fin où se mêle la voix de Julie Laïk et un final presque grandiloquent. Une réussite qui n’est pas sans rappeler A.C.T. Et ce n’est que le début d’un album plutôt court qui fourmille d’idées, que ce soit les riffs syncopés et la partie électro de "Babylone", le mix électro-acoustique de "Marche", le riff lourd et diablement efficace d’ "Ils se tiennent la main" ou les structures progressives et lentes de "Babylone" et "Raptus". Bref, on ne s’ennuie pas à l’écoute de ce groupe francophone qui distille ses secrets au fur et à mesure des écoutes.
Question textes, Rosa Luxemburg a retenu la leçon par rapport au premier album, nous offrant des réflexions souvent sombres, parfois teintées d’espoir ("Nous ne sommes plus seuls"), bien que ce ne soit pas sur ce point que le groupe se démarquera totalement, n’arrivant pas à la poésie de Lazuli ou d’Ange par exemple. Ce qui rend ce deuxième disque agréable et intéressant à écouter, outre son envie de varier les structures et les ambiances, c’est son côté mélodique exacerbé. Et pour cela, l’alliance entre les guitares (soit acoustique, soit électrique) et le piano s’avère redoutable offrant de très belles mélodies comme le refrain d’"Ils se tiennent la main" ou encore le passage lancinant de "Raptus". On pourra aussi parler de la courte "Je ne suis plus seul" formant une pause pop agréable après la progressive "Les Pilleurs". Finalement seul le refrain pop et les chœurs de "Marche" ne fonctionnent pas. Un faux pas vite oublié avec "Nous ne sommes plus seuls" qui clôture de belle manière le disque avec ses lignes entêtantes et son final bardé d’invités (Arjen Lucassen pour ne citer que le plus illustre). Une bien belle surprise et un grand pas en avant par rapport au précédent album.


Avec ce deuxième disque, Rosa Luxemburg a corrigé les erreurs du passé pour se jeter à corps perdu dans une musique progressive mélodique et variée, il ne leur reste plus encore une fois qu’à travailler davantage leurs textes afin de proposer un véritable grand disque de rock progressif francophone. En attendant, Seuls/Ensemble est un très joli album à la production impeccable qui prouve une nouvelle fois que les français ont des arguments à faire valoir sur la scène progressive.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1