674

CHRONIQUE PAR ...

38
W3b
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 18/20

LINE UP

-David Fremberg
(chant)

-Johan Reinholdz
(guitare)

-Martin Hedin
(claviers)

-Gert Daun
(basse)

-Thomas Lejon
(batterie)

TRACKLIST

1)The Words Unspoken
2)Crescendo Of Thoughts
3)In The Deespest Of Waters
4)Chameleon Carneval (Instrumental)
5)Star Shooter Supreme
6)Extension Of The Wish
7)Arch Angel

DISCOGRAPHIE


Andromeda - Extension Of The Wish
(2001) - metal prog - Label : War Music



Andromeda est un groupe de metal suédois, jusqu’ici tout va bien me direz vous, mais non! La particularité de celui-ci est qu’il œuvre dans la catégorie metal prog, et qu’il compte bien concurrencer le plus grand groupe de celle-ci : Dream Theater. Pour la petite histoire, Johan Reinholdz est l’homme à l’origine de ce groupe. Il a vingt ans à l’époque (1999), et décide de fonder Andromeda. Il est remarqué par un label local qui le laisse œuvrer à sa guise, conscient de son potentiel hors normes...

Et il faut savoir que le groupe va être sujet à un problème de chanteur, en effet, le vocaliste initial tourne le dos au groupe juste avant l’enregistrement de leur premier album; après de longues recherches sans résultat d’un remplaçant, le groupe doit se résoudre à enregistrer avec un chanteur de session du nom de Lawrence Mackrory. Ils enregistrent tranquillement leur album et sorte celui-ci sous le nom d’Extension Of The Wish. L’accueil est unanime : l’album est magnifique, les critiques le tarissent d’éloges mais Andromeda est à la recherche d’un chanteur stable, qui pourra les suivrent en tournée et le groupe trouve miraculeusement la perle rare, le chanteur ultime : David Fremberg. Avec le dernier venu, ils réenregistrent les parties vocales de l’album qui même si l’autre chanteur avait fait du bon boulot, est tout de même un cran au dessus grâce à la voix magique de David.

Alors, après ce récapitulatif de la vie ultérieure du groupe à l’album, voici la chronique en elle-même. Andromeda est un groupe de metal prog sur les traces de Dream Theater, le maître incontesté du genre jusqu’à présent. Mais croyant pouvoir se reposer sur ses lauriers, Dream Theater ne voit pas l’arrivée en fanfare de nos chers suédois. Ce pays si talentueux qui regorge d’inombrables groupes de metal de talent ! Il peut être fier de cette arrivée dans le monde du prog de ce petit groupe local. En effet leur musique est absolument magnifique, la mélodie est d’une beauté rarement inégalée, soupoudrée de soli de guitares époustouflants signés Johan Reinholdz, le prodige du groupe.

Les compos sont magnifiques et en plus de cela elles atteignent une dimension cosmique avec le chant non moins splendide de Fremberg. Les morceaux se suivent et les émotions défilent le long de cet album venu de l’espace. Mais comment ont-ils fait ?! Pour un premier album, c’est un chef d’œuvre ! Comment rester insensible à "The Words Unspoken", premier morceau de l’album qui déchire tout ! Et le pire, c’est que le reste suit sans faiblir; on en ressort tout secoué, et on recommence, encore et encore ! 2001 est l’année de la découverte d’un groupe prodigieux, mené à la baguette par le virtuose Johan Reinholdz (retenez bien ce nom). Finies les imitations de Dream Theater, le groupe a son style à lui et celui-ci est splendide, car en plus de compos magnifiques ils peuvent se targuer d’avoir le meilleur chanteur du metal prog (du monde ?). Et oui James (LaBrie), tu sais bien que tes capacités vocales sont trop limitées...




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5