6775

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 15 novembre 2014
Sa note : 14/20

LINE UP

-Marco Basili
(chant+guitare)

-Andrea Vacca
(basse)

-Andrea Basili
(batterie)

TRACKLIST

1) Cerqua
2) Tempesta
3) Meca
4) L'ira
5) Mutavento
6) VinterFresa part 1
7) VinterFresa part 2

DISCOGRAPHIE

Hornwood Fell (2014)
Yheri (2015)

Hornwood Fell - Hornwood Fell
(2014) - black metal - Label : AvantGarde Music



Vous savez, aimer le black le metal et lire un nom de groupe tel que Hornwood Fell, cela provoque une réaction chimique de type émotion curieuse. Oui, c'est stupide mais le bois, la chute, ça évoque tout un univers familier qui donne envie. Car le fan de black metal réagit primairement, il est primaire et il en est tout à fait satisfait.

Alors imaginez quand la musique sonne comme du Immortal période Pure Holocaust et du Frozen Shadows. La réaction chimique se démultiplie, elle se répand et pénètre toutes les cellules de l'amateur de black metal. Riffs glaciaux, vicieux, batterie sylvestre (évidemment !) et rapide, chant possédé sont la prose du bonheur noir. Simple redite ? Étonnamment non. Les Italiens, car oui nous parlons italien tout au long de ce disque et c'est d'autant plus étonnant lorsqu'on entend la grande nordicité de la musique proposée qui navigue entre Norvège et Québec, nous gratifient d'un monde à eux, fait de riffs certes simples et répétitifs, mais pas aussi réducteurs que ce qu'on penserait au premier abord. En effet, les variations et de rythme et de notes sont là. Et ces riffs sont fort bons, leur simplicité seyant parfaitement l'ambiance générale de l'album.
Ils n'oublient également pas de se parer d'une personnalité propre, reconnaissable au-delà des influences évoquées. C'est là une performance tout à fait intéressante pour Hornwood Fell. Ajoutez à cela la présence notable de la basse qui délivre des lignes à elle dans un champ sonore propre qui la laisse voyager jusqu'à nos tympans. Dernière facétie dell'arte, une chanson acoustique empreinte d'une mélancolie touchante pour clore l'album et donner de la variété à un ensemble très homogène. C'est assez pour nous permettre de qualifier ce disque de bon et personnel. Là où on aurait pu légitimement craindre une simple resucée en manque d'âme, on se retrouve avec un album qui s'autoporte vaillamment. Le fait que la maîtrise instrumentale soit tout à fait correcte vient achever un tableau très positif pour un premier album qui en appelle d'autres.


On trouve donc tout ce dont on a besoin : riffs glacés et vicieux, chant hanté, son froid, batterie boisée et violente. Ajoutez la pincée de personnalité nécessaire et une basse chatoyante et vous arrivez à la conclusion qu'il s'agit là d'une sortie très honnête de black metal pur jus. Rien de totalement génial mais du très bon ouvrage.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3