6787

CHRONIQUE PAR ...

113
Ptilouis
Cette chronique a été mise en ligne le 20 novembre 2014
Sa note : 17.5/20

LINE UP

-Leilindel
(chant)
 
-Syriak
(guitare+chant)

-Artagoth
(guitare+chant)

-Exod
(claviers)

-ChaoTH
(basse)
 
-Borboën
(violon)

-Landryx
(batterie)

TRACKLIST

1) Unsolved Ideas of a Distorted Guest
2) Words
3) Orange Vigilantes
4) Mechanical Phoenix
5) The Quantum Symphony
6) Unfed Pendulum
7) In the Mind of the Last Whale
8) Silence this Parasite
9) A Fading Stance (Until a Few More Death Do Us Part pt1)
10) When the Joyful Dead Are Dancing (Until a Few More Death Do Us Part pt2)
11) Until Yet a Few More Deaths Do Us Part (Until a Few More Death Do Us Part pt3)

DISCOGRAPHIE


UneXpecT - Fables of A Sleepless Empire
(2011) - barré metal prog avant-garde mélodico-chaotique - Label : Autoproduction



Au vu de ce qu'avait été l'énorme In a Flesh Aquarium, les fans de metal avant-gardiste attendaient à juste titre la sortie maintes et maintes fois repoussée de Fables of The Sleepless Empire . Les québécois d'Unexpect le savaient et œuvraient depuis déjà un long moment sur ce disque, mais ne trouvaient pas de label. Alors, sûrs de leur coups et priant pour qu'une nouvelle fois le charme opère auprès de tous les amateurs de musique barrée, le groupe a décidé de se lancer seul dans l'aventure. Grand bien leur en a pris, car de nouveau qualité et surprises sont au rendez-vous !

Accrochez-vous car le voyage risque d'être mouvementé ! Unexpect cette fois encore n'a pas lésiné sur l'expérimentation de nouvelles techniques. Dès la première piste, "Unsolved Ideas of a Distorded Guest", le groupe emmène l'auditeur dans un délire burlesque, lumineux et chaotique où parties violentes s'entrechoquent avec des mélodies incroyables renforcées par le travail considérable de la basse et du violon. Pour ceux qui auraient écoutés In A Flesh Aquarium, ils resteront quand même dans un territoire relativement familier et ils le savent bien : décrire la musique d'Unexpect est vraiment complexe tant celle-ci est dense. Toutefois, comme je le disais plus haut, certaines nouveautés viennent égayer cet opus. Égayer ? Ce mot n'est pas choisi au hasard puisque Fables of the Sleepless Empire est un disque extrêmement lumineux. Ceci se voit dès les deux premiers morceaux avec la présence d'une guitare acoustique dans "Unsolved Ideas of a Distorded Guest" ou d'un violon servant de guide à toute une mélodie dans "Words". "Mechanical Phoenix", lui, représente parfaitement cette alternance entre des montées lumineuses magnifiques qui se fracassent contre des passages plus violents et chaotiques où voix et instruments s’entremêlent dans un joyeux bordel. Et c'est ce mélange, cette dualité qui constitue la principale force du groupe. Les voix en incarnent le parfait exemple entre le chant clair de Leilindel et les grognements et hurlements de Syriak et Artagoth ("The Quantum Symphony").
Et à part ça, que propose cette nouvelle folie ? Quelques sonorités plus électroniques ("Unsolved Ideas of a Distorted Guest", "The Quantum Symphony" ou "Unfed Penduluum") qui se marient étonnamment bien avec leur musique, ajoutant une touche de modernité et de fraîcheur ? Oui, soyons fous ! Des passages jazzy dansants ("Unfed Penduluum", où la basse neuf cordes s'avère délicieuse, ou "Orange Vigilantes" avec un piano absolument dingue) ? Allez, allez mettons-en un peu, ma bonne dame. Et même quelques sonorités classiques (le refrain de "Silence This Parasite") ? Oui, on en trouve aussi et tout ça fonctionne parfaitement bien. Cependant, Unexpect conserve certains tics de composition : des morceaux à tiroirs comme la suite "Until A Few More Death Do us Part (A Wedding Trilogy for the Faints of Heart)"", morceau en trois parties avec une intro calme réussie, un milieu bordélique fourmillant d'idées en tout genres et un final grandiloquent du plus bel effet ; de nombreux passages ambiants très réussis comme "Unfed Penduluum", ou l'interlude expérimental "In The Mind of the Whale" qui offrent des moments de pauses bienvenus. Enfin, il reste à préciser que les voix sont encore une fois excellentes avec des chœurs prenants et des dialogues géniaux que ce soit sur "Unfed Penduluum" ou "Unsolved Ideas of a Distorted Guest" et que les musiciens font eux aussi une démonstration de leur talent hors-paire notamment la basse de ChaoTH qui a gagné en importance et en inventivité ("Words") ? Et pour ceux qui préfèrent les morceaux courts et percutants, "Orange Vigilantes" et "Silence This Parasite" devraient les satisfaire. Bref, les québécois ont tout pour plaire !


Bon, je ne vous mentirai pas, cette chronique n'a pas été de tout repos. Car ne nous voilons pas la face, Fables of the Sleepless Empire reste très difficile à appréhender tellement la musique des québécois part dans tous les sens. Mais, passé cette première approche, le disque vous émerveillera et vous fera découvrir de nouvelles trouvailles à chaque écoutes. Dans la droite lignée d'In A Flesh Aquarium, Unexpect réussit tout de même à nous étonner avec un véritable ovni musical plus lumineux, rempli de bizarreries mélodiques et de passages extrêmes bordéliques. En somme, Fables of the Sleepless Empire est un disque chaotique et attachant fait par des artistes allant au bout de leur démarche. Qu'ils continuent ainsi, le monde de la musique a besoin de ce genre de personnes !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2