888

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15.5/20

LINE UP

-Markus Myllykangas
(chant+guitare)

-Johannes Nygård
(guitare)

-Juho Niemelä
(basse)

-Ariel Björklund
(batterie)

TRACKLIST

1)31 46'N, 35 14'E
2)Blackhole
3)Limb: Diasporas
4)Cold Stare
5)Storm
6)Caverns Of Khafka
7)Like Abel's Blood Cried For Revenge
8)Worlds Collide
9)Masonic
10)The Great Divide

DISCOGRAPHIE


Callisto - True Nature Unfolds
(2005) - metalcore - Label : Fullsteam



C'est amusant comme certains adjectifs vont ensemble, non? Exemple: « étrange » et « envoûtant ». Dites d'un album qu'il est étrange, et ça pourrait aussi bien être une critique négative qu'un compliment. Dites d'un album qu'il est « étrange et envoûtant », et tous les fans de The Gathering vont se ruer dessus, juste au cas où. Le groupe finlandais Callisto ressemble autant à The Gathering que Tool à Rammstein, ce qui prouve en plus que ces deux adjectifs combinés marchent pour décrire un registre vraiment large de musique (car au passage, Tool aussi est étrange et env... ok, j'arrête). Donc voilà les adjectifs qui me sont venus à l'esprit en écoutant Callisto. Ce groupe propose une mixture sonore extrêmement contemplative qui se plaît à dérouler des atmosphères.

Il est très difficile de diviser cet album en chansons. C'est plus une grosse masse musicale à s'envoyer d'un seul coup. Très vite on cesse de vouloir savoir à quelle plage on en est, on se laisse bercer par le riff hypnotique du moment, les voix aériennes ou hurlées, la rythmique déstructurée... Chez Callisto, on trouve un riff de guitare atmosphérique qui tape et on le fait tourner. Encore et encore et encore... Jusqu'à la transition vers le riff d'après, toujours en douceur, sans break incongru. A la rigueur ce sont les fins de chansons qui sont incongrues, car ça s'arrête! Mais ouf, vite ça repart. Avec des mélodies géniales de simplicité, comme celle de "Limb: Diasporas", des harmonies de guitare qui tapent juste comme sur "Cold Stare", ou des nappes de guitare-synthé complètement planantes, comme sur "Storm". Et le voyage recommence.

La prod de cet album est très typée, avec ce son sale à la Eden Maine (autre groupe TRÈS étrange et TRÈS envoûtant), à savoir une guitare très saturée mais sans réelle distorsion. C'est plus un son de guitare claire poussé dans ses retranchements. On trouve également ce type de son dans certaines plages de White Pony de Deftones, en gros c'est un son pop-rock en plus musclé, aux antipodes du son heavy-metal. J'adore. Le chant est typé extrême, mais est mixé volontairement en retrait. On entend le chanteur pousser ses hurlements black en fond, et ça devient juste un élément de plus dans la texture du groupe. Quelques très rares passages en chant clair (et une fois un chant féminin) parsèment le disque avec succès. De toutes façons c'est la musique de Callisto qui s'impose, le chant n'est chez eux qu'un instrument de plus.

Le groupe incorpore également bruitages et samples dans sa palette, toujours de manière subtile et sans jamais que ce la sonne « rajouté ». Le titre "Storm" m'a fait me demander si un gamin n'était pas en train d'appeler à l'aide dans ma rue, car ce bruitage était si bien mixé qu'il semblait réellement venir de loin. De la même manière, on entend ça et là les craquements d'un vinyle ou des bruits de radio. Il faut vraiment écouter cet album au casque pour en déceler toutes les subtilités: on pourra alors se délecter du jeu de basse, simple et direct mais très bien pensé. On pourra écouter le batteur marteler ses fûts ou au contraire jouer de ses cymbales avec douceur, tout en assurant une rythmique en béton armé.

Bon, quoi reprocher à ce disque? Et bien... Ahem... Déjà, si vous trouvez la musique contemplative ennuyeuse, passez votre chemin illico. Les titres sont longs, répétitifs, et hypnotiques, EXPRÈS. Oui, c'est lent (presque doom parfois), c'est redondant, et ce n'est pas très varié. Car c'est un autre défaut de ce disque: comme je l'ai dit, il est difficile de séparer réellement les plages les unes des autres. Mettez une chanson de cet album au hasard en plein milieu et je vous défie d'être capable de la nommer. De plus, certaines influences ressurgissent de temps à autres, comme Deftones, Tool et Radiohead. Mais zut, ceci est un PREMIER ALBUM, et vu la qualité de ce CD je trouve qu'il est naturel de leur donner une chance. Que vont-ils pouvoir nous sortir après ça, je suis curieux!


Encouragements!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7