969

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 22 septembre 2007
Sa note : 12/20

LINE UP

-Eric Adams
(chant)

-Joey DeMaio
(basse)

-Karl Logan
(guitare)

-Scott Columbus
(batterie)

TRACKLIST

CD 1
1)Manowar
2)Call to Arms
3)Gloves of Metal
4)Each Dawn I Die
5)Holy War
6)Mountains
7)The Oath
8)Secret of Steel
9)The Gods Made Heavy Metal
10)Son of William's Tale
11)Die For Metal
12)Kings of Metal
13)Warriors of The World United
14)Black Wind, Fire and Steel

CD 2
1)The Blood of Odin
2)The Sons of Odin
3)Glory Majesty Unity
4)Gods of War
5)Army of the Dead Pt.2
6)Odin
7)Hymn of the Immortal Warrior
8)The Crown and the Ring

DISCOGRAPHIE


Manowar - Gods Of War Live
(2007) - heavy metal - Label : Magic Circle Music



Manowar a mis longtemps avant de sortir des albums live, mais depuis qu'ils y ont goûté c'est devenu leur péché mignon. On se souvient de l'enchaînement fracassant Hell On Wheels / Hell On Stage qui avait vu le groupe signer une première - personne n'avait jamais sorti deux double lives à la suite – et combiner un best-of des familles et un recueil de titres plus obscurs, pur cadeau pour fanboy. Puis il y a eu le DVD The Absolute Power, sa qualité visuelle et sonore hallucinantes et son défilé d'invités historiques. Mais quand le groupe sort un des pires albums de la Création et enquille juste derrière avec ENCORE un double live, on commence à prendre peur...

Le premier CD propose un concert normal du groupe et la setlist n'est pas du tout choisie au hasard : Manowar a eu à coeur de proposer un live ne reprenant que peu des titres présents sur leurs lives précédents. Après l'opener "Manowar" c'est ainsi sept titres d'affilée ne figurant sur aucun des lives cités dans l'intro (à l'exception de "Call To Arms" qui est sur le DVD) qui déboulent, ce qui est honorable en soi. Le second CD nous propose quant à lui une exploration des chansons et autres sémillantes narrations symphoniques de l'album Gods Of War, avant de terminer sur un "The Crown And The Ring" dont on se demande bien ce qu'il fait là vu qu'il est pour le coup présent sur tous les lives du groupe et qu'il n'a rien à voir avec la choucroute. Le son est très bon : très puissant comme il se doit, il permet de distinguer sans aucun problème la basse piccolo ultrasaturée de DeMaio de la guitare de Logan, ce qui n'est pas toujours évident. La frappe de mule de Columbus est très bien rendue et les prises de voix semblent totalement authentiques et sans overdub. Sur le papier, donc, que de la joie... sauf que.

Sauf qu'Eric Adams, chanteur spectaculaire a ses heures, a tendance à énerver fortement. L'homme a la voix souvent fatiguée (c'est flagrant sur le deuxième CD) et lutte parfois quand il monte, ce qui est d'autant plus perturbant que les titres des anciens albums sont tous interprétés un ton plus bas. Ses screamings suraigus légendaires sont toujours aussi balaises, mais il finit par donner des envies de baffes à force de délaisser son chant mélodique pour un registre agressif pur qui ressemble moins à du growl qu'à des grognements de caniche énervé. Lesdits vieux titres laissent d'ailleurs une impression mitigée : ça fait par exemple un bien fou d'entendre "The Oath" et "Holy War" avec un gros son tant la production de Sign Of The Hammer et Fighting The World (surtout) a mal vieilli, mais la manière dont Adams grogne au lieu de chanter gâche le potentiel de ces titres qui avaient tout pour être des boucheries en live. Autre problème : excepté les deux titres cités on trouve un nombre incroyable de chansons lentes et lourdes rapprochées, ce qui rend le tout très répétitif.

En dehors du problème Adams (le refrain de "Warriors Of The World United" fait presque peine), il se dégage de ce live l'impression que l'ennui potentiel de l'auditeur n'a pas du tout été pris en compte. Quel intérêt de se taper "Son Of William's Tale", solo de soi-disant basse brouillon et inutile, surtout quand on a dû attendre près de deux minutes trente que ledit solo commence? Quel intérêt de se taper les refrains à répétition de "Die For Metal" alors que ce titre risible sur album commençait presque à prendre une nouvelle dimension en live? Dire qu'ils l'ont déjà raccourci par rapport à la version studio et que ça reste pénible à ce point! Mais surtout, foutrecouille, quel intérêt peut-il y avoir à se retaper les narrations à la con de Gods Of War?!? Quand on contemple le livret on comprend que le public a dû en prendre plein les mirettes : écran géant, guerriers qui se battent sur scène, reconstitutions à tire-l'arigot, ça devait sûrement méchamment rendre. Sauf que ce live est un support audio, et que sans les images ça redevient juste chiant à mort. On souffre encore plus que sur album, et c'est peu dire.


Ce live est donc extrêmement perturbant. La joie de redécouvrir de vieux titres est flinguée par l'aigreur de les entendre massacrés par le vocaliste. Le fait que les meilleurs passages des morceaux de Gods Of War (le refrain de "Sons Of Odin", le choeur de "Odin") soient magnifiés en concert n'empêche pas que tout ce qu'il y a autour est hallucinant de pauvreté. Et ainsi de suite. Manowar a en fait prouvé par cette sortie que LE domaine où on les pensait inattaquables est aujourd'hui compromis. Espérons que le DVD rattrapera la sauce, car si un live de Manowar n'est plus une tuerie je ne sais plus à quoi je vais me raccrocher dans ce monde...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1