Dawn Of Demise

Entretien avec Scott Jensen (chant) - le 19 mars 2008

17
Lucificum

Une interview de




Dawn_Of_Demise_20080319

La relève du death US passerait-elle par le Danemark ? On serait en droit de le croire à l'écoute du premier album de Dawn of Demise, le très bon Hate Takes Its Form (chronique ici), condensé de death vaguement old-school dont les connexions musicales avec la scène new-yorkaise sont évidentes. Entretien avec le growleur danois, farouche défenseur du style.


Lucificum : Peux-tu nous présenter le groupe ?

Scott Jensen : Nous avons commencé Dawn of Demise au début de l’année 2004 et le groupe se compose de Bjørn Jensen à la basse et aux backing, Martin Sørensen à la guitare, moi Scott Jensen (je viens d’Infernal Torment) au chant, Kim Jensen à la batterie et notre nouveau guitariste Alex Kjeldsen qui nous a rejoints après que notre ancien guitariste Jakob Nyholm a choisi de se consacrer à son autre groupe, Hatesphere.

Lucificum : Quel accueil reçoit Hate Takes Its Form ?

Scott Jensen : Nous avons été plutôt surpris par les nombreuses critiques positives que nous avons reçues.

Lucificum : Comment s’est passée l’écriture de Hate Takes Its Form ? Quel était votre objectif ?

Scott Jensen : En fait, nous écoutons un peu tous le même style de musique alors l’écriture s’est passée très facilement et si une personne n’aimait pas la direction que prenait une chanson, nous nous contentions de la changer. Donc je ne dirais pas que nous avions un but spécifique mais la direction que devait prendre l’album ne pouvait pas être autre chose que du death metal lourd avec de nombreux changements de tempo.

Lucificum : La production est très bonne, comment s’est passé l’enregistrement ? Quelles sont vos références dans le domaine ?

Scott Jensen : Nous avons enregistré l’album dans notre studio de répétition, c’était donc gratuit (rires). Un de nos vieux amis, Jacob Hansen (ndlr : il a travaillé avec Neaera, Heaven Shall Burn, Beyond Twilight, Rob Rock…), que la majorité d’entre vous connaît sûrement, a fait le mixage. Tout a été très facile et nous avons vraiment été enchantés par le résultat final. Un grand bravo à Jacob pour le boulot effectué ! En termes de son, pas seulement en termes de musique, je dirais que mes références sont principalement Nothing de Meshuggah, The Gathering de Testament ou encore Dead Heart in a Dead World de Nevermore…
Photo


Lucificum : De quoi parlent les paroles de Hate Takes Its Form ?

Scott Jensen : Nos paroles traitent de la mort et de la pourriture… très original. (rires)

Lucificum : Que signifie Dawn of Demise ?

Scott Jensen : En fait, ça se traduit par quelque chose comme « le début de la fin ».

Lucificum : Quelles sont vos influences principales ? À l’écoute de votre musique on devine que vous aimez Suffocation…

Scott Jensen : Oui, nous adorons Suffocation, aucun doute là-dessus ! Mais nous écoutons aussi des groupes comme Nevermore, Meshuggah et Pyrexia.

Lucificum : D’où proviennent ces influences plus hardcore, surtout au niveau des rythmes qui parsèment votre musique ?

Scott Jensen : Je suppose que nous avons trop écouté de groupes tels que Nevermore…

PhotoLucificum : Est-ce difficile de jouer un death metal typiquement new-yorkais dans un pays européen ?

Scott Jensen : En fait, ça a été étonnamment facile. Nous sommes en réalité le seul groupe au Danemark qui fait ce style de musique et pas mal de gens ont longtemps attendu qu’un groupe Danois joue du death new-yorkais donc ils ont accueilli Dawn of Demise à bras ouverts !

Lucificum : En tant que groupe de metal extrême, quels types de difficultés rencontrez-vous quotidiennement ?

Scott Jensen : Nous n’avons pas vraiment de problèmes, nous n’avons certainement pas les mêmes audiences que les groupes de pop-metal mais c’est logique et on s’en accommode.

Lucificum : Est-ce possible pour vous d’être musicien à temps plein ?

Scott Jensen : Non, malheureusement pas… le genre n’est toujours pas assez populaire et ça reste un hobby mais nous le savions tous quand nous avons commencé à former le groupe, et on ne s’en préoccupe pas.


Lucificum : Vous avez tourné avec pas mal de groupes, vous en avez de bons ou de mauvais souvenirs ? Des anecdotes ?

Scott Jensen : Oui, nous avons joué avec pas mal de groupes et c’était cool de jouer à nouveau avec Suffocation, je ne l’avais pas fait depuis que je ne joue plus avec mon ancien groupe, Infernal Torment, en 1995. Mais je crois que le plus gros truc a été les 2 tournées au Danemark que nous avons effectuées avec nos potes de Hatesphere. Ils nous ont autorisés à les accompagner alors même que nous n’avions pas encore sorti de CD, ce qui d’habitude ne se fait pas si facilement. Ces 2 tournées nous ont fait pas mal de pub et je ne crois pas, honnêtement, que Dawn of Demise serait ce qu’il est aujourd’hui sans elles.

Lucificum : Avec quels groupes aimeriez-vous jouer dans le futur ?

Scott Jensen : Nous avons déjà joué avec mes deux groupes favoris de death metal, Suffocation et Inveracity et j’aimerais jouer avec eux à nouveau, ils savent ce dont le death metal est fait…

Lucificum : Quelle est votre opinion sur le death metal de nos jours, la scène et les groupes ?

Scott Jensen : Je pense que l’évolution du death metal était inéluctable, beaucoup de gens veulent de la musique de plus en plus rapide. Les groupes jouent bien mieux aujourd’hui qu’au début des années 90s et la majorité des gens veulent écouter un CD avec une production efficace. Personnellement, je ne pense pas que le death metal soit forcément une affaire de vitesse mais j’apprécie la production des albums récents et il est agréable de constater que les gens du milieu se comportent en vrais musiciens. Mais honnêtement je pense que le meilleur death metal jamais fait a été celui du début des années 90s avec par exemple Effigy of the Forgotten de Suffocation, Tomb of the Mutilated de Cannibal Corpse, Human de Death ou encore Cause of Death d’Obituary… je ne vois pas beaucoup de groupes capables de surpasser ces anciens.

Lucificum : Le death old-school semble revenir en force en ce moment, comment l’expliquez-vous ?

Scott Jensen : Je suppose que les gens commencent à en avoir ras le bol de cette compétition dans le death pour déterminer quel groupe est le plus rapide. Je pense que pas mal de gens apprécient ce changement pour un death metal plus lourd et de plus accessible.

Photo


Lucificum : À quoi ressemble la scène metal au Danemark ?

Scott Jensen : Le Danemark a pas mal de très bons groupes bien que peu d’entre eux fassent du death metal. Il y a toutefois pas mal de concerts, en ce moment Gorefest joue à Århus à seulement 40km d’ici, du bon death old-school pour nous. Quasiment tout le monde dans la scène danoise se connaît ce qui est d’après moi une des forces de cette communauté metal.

Lucificum : En dehors du metal, quels genres de musique écoutez vous ?

Scott Jensen : Notre batteur Kim n’écoute en réalité pas vraiment de metal comparé à nous, c’est un gros fan de rock old school et de glam, tel que Guns’n’Roses et Motley Crue. En dehors de ça, nous écoutons beaucoup de metal, et JAMAIS de black ou de metalcore (rires).

Lucificum : Les kids d’aujourd’hui téléchargent beaucoup de musique sans l’acheter… quelle est votre opinion là-dessus ?

Scott Jensen : C’est une bonne façon de pouvoir écouter beaucoup de nouvelles musiques, ce qui est cool. Si j’en crois mon expérience, lorsque les gens écoutent quelque chose qu’ils aiment, ils vont soutenir le groupe et acheter leur CD.

Lucificum : Est-ce difficile d’avoir un groupe avec trois frères en son sein ?

Scott Jensen : En fait, seuls Bjørn et moi sommes frères, notre batteur a juste un chouette nom de famille (ndluci : ah zut, pas de chance…). On s’entend très bien et nous avons grandi en écoutant la même musique alors en règle générale nous sommes assez d’accord, ce qui fait que les choses sont plus faciles…

Lucificum : Un mot pour les fans francais ?

Scott Jensen : Continuez de soutenir la scène death metal, la meilleure musique de tous les temps…surtout avec plein de bières bien fraîches ! (rires).


Crédit photos : www.dawnofdemise.dk


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7