Mindslaved

Entretien avec Adrien (chant), Tink' (guitare), Tim (guitare), Quentin (batterie) - le 20 mars 2008

2
Cosmic Camel Clash

Une interview de




Mindslaved_20080320

Les Mindslaved ont beau avoir du mal à l'assumer quand on leur dit, leur démo Mind Over Matter (chronique ici) est un truc tout bonnement énorme, une démonstration en bonne et due forme qu'il n'est nul besoin d'avoir une prod de porc quand les compos sont géniales à la base. Joints par téléphone, quatre membres du jeune groupe plus que prometteur ont conversé avec nous.


Cosmic Camel Clash : Bon, c'est votre première interview pour les Éternels, donc on y va pour l'historique du groupe.

Adrien : Au départ ce sont trois petits gars qui font du rock, le guitariste le bassiste et le batteur... ils font plein de concerts pourris et ils se disent « waah, allez, on va faire du métal ». À ce moment-là j'arrive, au mois de mai 2006, ça faisait déjà à peu près un an que le groupe était formé. Nous essayons de faire du métal et nous sortons une tout première démo un peu pourrie au mois de septembre 2006. Nous donnons une vingtaine de concerts sur Pau, tout ça... après Tink' nous a rejoints en janvier 2007, quelques temps avant l'enregistrement de Mind Over Matter.

Cosmic Camel Clash: ... et après c'est maintenant.

Adrien : Et après c'est maintenant. Donc là nous sommes en préparation de la prochaine sortie pour laquelle nous voudrions vraiment une production de type album avec un vrai studio et pas une petite salle de répet qui donne un son moisi.

Cosmic Camel Clash : Tink', tu es arrivé pile pour l'enregistrement de la deuxième démo donc...

Tink' : Oui... à la formation du groupe j'étais passé dedans mais je n'avais pas été convaincu donc j'avais arrêté, et je suis revenu plus tard, quand ça commençait à être crédible. Je suis arrivé un mois avant la démo et nous avons pas mal répété donc j'ai pu assimiler les morceaux assez rapidement. Je n'ai pas du tout participé à la composition donc du coup j'ai juste bossé les arrangements sur mes parties, quelques petites harmonies sur quelques passages. Grosso modo j'ai essayé de respecter le plus possible ce que les autres avaient fait.
Photo


Cosmic Camel Clash : Et est-ce que la musique était déjà écrite pour deux guitares à ce moment-là ?

Tink' : Non. La musique était vraiment écrite pour une guitare, sauf sur Guitar Pro - nous bossons pas mal avec ce logiciel – où il y avait parfois deux guitares. J'ai vachement suivi la ligne directrice de l'autre guitare.

Cosmic Camel Clash : Pour la démo qui arrive, tu es intégré et tu composes?

Tink' : Oui, je pense même que je les embête beaucoup (rires), on compose à fond. Ça nous prend d'ailleurs plus de temps pour composer parce qu'il y a cinq personnes et qu'elles doivent toutes tomber d'accord, mais je pense que ça va. Nous avons tous des références un peu différentes et en ce moment nous essayons de faire des morceaux plus complexes, plus poussés... plus prog on pourrait dire.

PhotoCosmic Camel Clash : En parlant des références différentes, la démo donne justement l'impression d'un groupe où il y a un fan de death, un fan de thrash, un fan de hardcore /postcore, etc... et que chacun a tenté de s'entendre avec les autres. C'est comme ça que ça s'est passé ?

Adrien : Dans le groupe nous avons tous des influences plutôt diverses dans le métal. Le batteur est plutôt branché hardcore, le guitariste écoute pas mal de postcore, le bassiste écoute du death... on écoute de tout et le but est de se faire plaisir en jouant et de ne pas rentrer dans une case de métal. Aujourd'hui malheureusement ça se fait pas mal, on a tendance à trier les groupes, c'est con car ça enlève pas mal de possibilités.

Tim : Au niveau des goûts nous sommes quand même tous principalement axés sur le métal, à part Bastien (basse) et moi qui écoutons du classique car nous avons une formation classique. Nous avons tendance à écouter un peu de tout dans le domaine du métal et après nous avons certaines préférences comme le postcore et le hardcore pour moi. Après nous avons certains groupes-phares sur lesquels nous sommes tous d'accord, style Hacride, Klone, et des groupes beaucoup plus techniques et barrés style Meshuggah.


Cosmic Camel Clash : C'est bien que tu mentionnes Hacride et Klone : ce sont deux groupes français qui ont en commun d'avoir sorti deux derniers albums complètement monstrueux (Amoeba et All Seeing Eye) et de faire partie des groupes qui décollent en ce moment. Est-ce que ce genre de succès vous inspire ?

Tim : Ca peut nous booster dans le sens où on se dit qu'il y a un avenir possible, que le métal a peut-être de l'avenir en France en général.

Quentin : C'est clair nous sommes tous scotchés par les groupes de la Klonosphère (ndCCC : collectif rassemblant entre autres les deux groupes cités) comme Mistaken Element, GTI qui vient de Nantes qui commencent à percer et dont le métal est vraiment, vraiment de qualité. C'est pour ça qu'on se dit qu'il y a vraiment une scène française qui dépote car il n'y a pas vraiment d'équivalent à l'étranger de groupes comme Hacride. C'est clair que c'est une référence commune : les groupes de la Klonosphère font des albums ambitieux, je vais peut-être pas dire avant-gardistes car ça reste du métal, mais c'est c'est quand même un métal qui se veut libérateur, loin des clichés du métal sataniste blablabla. D'ailleurs pour notre troisième démo nous voudrions enregistrer dans le studio de Poitiers par où est passé Hacride vu que nous aimerions avoir une démo impeccable : c'est un studio de grande qualité, il n'est pas loin de chez nous.

Cosmic Camel Clash : Vu le style de chant d'Adrien on a du mal à comprendre ce qu'il raconte... donc j'aimerais quelques éclaircissements sur les thèmes de l'album et son titre, « L'esprit au-dessus de la matière ».

Adrien : Sur cette démo j'ai écrit les textes de "Mind Over Matter" et "The Reject" (Quentin a écrit les autres), sachant que "The Reject" est une compo que nous avions mise au placard et que nous avons ressortie, donc son texte n’est pas du tout dans le même style que les autres. Les autres ont toutes un point commun à savoir qu’elles parlent de société. Les trois mots du titre reflétaient bien quelque chose des chansons : l’esprit à l’heure actuelle, l’être humain devrait se placer au-dessus de tout ce qu’on peut palper. Je parle de pognon, de politique, de ce qu’on détruit... mais nous ne sommes pas engagés à fond là-dessus, si on chante souvent en anglais c’est pour ne pas se mettre à fond dans les textes. Nous ne sommes pas là pour représenter nos textes, nous n’allons pas nous prendre en photo dans une forêt, c’est pas trop notre délire. Les textes c’est pas grand-chose : c’est anglais et il y a des phrases bancales qui ne veulent rien dire, nous avons enlevé des mots pour que ça sonne mieux...
Photo


Cosmic Camel Clash : En gros le sens n’est pas ta préoccupation première.

Adrien : Pas du tout. Même si nous avons un certain état d’esprit nous n’abordons pas forcément ce genre de thèmes, les Gojira font ça très bien... Par exemple nous ne publierons jamais nos textes, je ne pense pas qu’on pourra les trouver sur un quelconque support. Peut-être sur la prochaine démo : nous avons commencé à écrire un peu et ça ressemble à de vrais textes avec une vraie prononciation british. Nous ferons peut-être un petit peu plus d’efforts sur la prochaine... Le texte de "Mind Over Matter" j’ai dû l’écrire deux jours avant l’enregistrement !

Cosmic Camel Clash : L’enchaînement des deux chansons finales "Mind Over Matter" et "Matter Over Mind", c’est juste parce que ça rendait bien ?

Tim : Ca par contre non, elles ont été composées dans l’optique d’être enchaînées. "Mind" est un morceau relativement posé et "Matter" est un morceau un peu plus violent mais avec les mêmes thèmes. Nous voulions essayer d’adapter des thèmes qui restaient dans la même tonalité, les mêmes gammes tout en accentuant un côté un peu plus posé ou un peu plus bourrin. Nous avions prévu ce concept des deux morceaux similaires mais avec une nuance entre les deux.

Cosmic Camel Clash : Effectivement ça devient de plus en plus prog cette histoire... Y’a des concepts et tout... (rire général)

Tim : Ah ben sur la prochaine démo... ouh la là ! C’était vraiment une décision mis à part pour le chant qui est arrivé un peu après sur la démo, alors qu’on avait déjà le titre de la démo et les textes. Mais le concept "Mind Over Matter" /"Matter Over Mind" c’est vraiment un concept pensé au niveau musical. On peut le considérer comme un morceau de vingt minutes coupé en deux.

PhotoCosmic Camel Clash : Vous pratiquez une musique effectivement bien complexe qui semble assez exigeante sur le plan instrumental. Vous répétez beaucoup ?

Tim : En fait nous sommes tous plus ou moins à la fac ou en prépa, et nous répétons une fois par semaine pendant quatre heures. Et niveau technique... ça fait longtemps que nous sommes ensemble sauf Tink’ qui est arrivé un peu plus tard, nous avons toujours joué ensemble donc ce n’est pas forcément une question de répétitions super régulières mais c’est plus une question d’évolution ensemble. Nous sommes plusieurs avec une formation classique dans le groupe aussi, ça aide.


Tink’ : Le truc c’est que nous avons tous des backgrounds musicaux : Bastien a fait des années de trombone en école de musique, moi j’ai des années de solfège derrière moi, ça fait dix ans que Tim joue de la guitare... en fait il n’y a que le chanteur et le batteur qui sont vraiment autodidactes. Donc même si j’ai commencé la guitare il n'y a pas longtemps, il y a deux ou trois ans, je progresse vite grâce au solfège qui a une influence énorme. Des années et des années de solfège, ça aide. La musique que nous allons essayer de faire sur la troisième démo sera vraiment des morceaux assez longs, nous avons un premier morceau qui dure neuf minutes. Au niveau de la composition ça permet de traverser pas mal d’ambiances et ça laisse plus de liberté, et techniquement c’est supérieur car parallèlement nous avons progressé sur nos instruments.

Cosmic Camel Clash : Okay. Bon, l’interview est dans la boîte pour moi donc si vous voulez ajouter quelque chose de votre propre chef, vous avez un espace libre de communication.

Tink’ : Ben le truc normal de fin d’interview : soutenez les petits groupes, allez aux concerts, téléchargez mais achetez l’album après. Et merci énormément pour ta chronique, ça donne vraiment envie de continuer !

Adrien : Et si jamais y’a des concerts par chez vous ça nous intéresse.


Crédits photo : www.myspace.com/mindslaved



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1