Devian

Entretien avec Legion (chant) - 1ere partie - le 01 mai 2008

17
Lucificum

Une interview de




Devian_20080501

L'ex-hurleur de Marduk, un des groupes les plus extrêmes, anti-chrétiens et violents du monde, où il officia pendant 8 ans, aurait pu être un genre de monstre terrifiant, glaçant et sinistre. Alors qu'en fait, Legion est juste un homme sympathique, ouvert, drôle et surtout bavard. D'où cette interview fort agréable que nous publierons, comme toutes les discussions un peu longues, en deux parties. Interrogé lors de sa tournée avec Vader (live-report ici) et tandis que leur premier album est dans les bacs (chronique ici), Legion s'est prété avec bonhomie au jeu des questions/réponses.


Lucificum : Hello ! Peux tu nous faire une petite présentation pour notre site de Devian et de ses membres ?

Legion : Oui bien sûr ! Devian est né des cerveaux d’Emil (Dragutinovic, batteur) et moi après notre départ de Marduk et actuellement notre line-up est composé de moi au chant, de Emil à la batterie. Et puis il y a ce type appelé Joinus aux guitares lead et rythmiques, notre ancien bassiste Tomas Nilsson qui est maintenant lead guitariste, et mon vieil ami Robert Karlson, qui a fait des voix pour Edge Of Sanity, et qui est aussi le gars qui m’a fait découvrir Bathory il y a 17 ans et avec qui nous avons fait notre premier groupe de black metal. Et de cette façon nous avons un peu la sensation que la boucle est bouclée parce qu’on se croise depuis 83 environ tous les cinq ans et à chaque fois c’est (voix enjouée) « Hey, comment ça va ? Quoi de neuf ? ». Lors du premier concert de Devian, nous n’avions pas de bassiste, seulement deux guitaristes, et lui était dans le public. Et il pensait « j’en ai assez de cette petite ville, je voudrais vivre dans une grande ville, former un nouveau groupe et repartir sur les routes » et je me suis dit « hmm, tu devrais venir avec nous! ». Je connais ce type depuis toujours, et je peux dire que c’est un sacré bon line-up, différent de Marduk parce c’est comme un regroupement de très bons amis, pas vraiment comme ces… (fait une grimace équivoque) ces Orks de Marduk. C’est différent, beaucoup plus relax.

Lucificum : Quel a été l’accueil réservé à votre premier album par la presse et par les gens ?

Legion : L’accueil de la presse a été très bon, même si bien sûr nous avons eu des chroniques médiocres, certains n’aiment pas… mais en général ça a été très bon alors bien sûr… c’est toujours ce qu’on espère mais c’est toujours très plaisant, d’autant plus que je faisais la même chose depuis un moment et que là j’essayais de faire quelque chose de différent pour provoquer des réactions, et celle des gens a été plus comme un grand « welcome back », et c’est très bon.

Lucificum : Comment se passe la tournée avec Vader ? Des anecdotes ?

Legion : C’est la folie… (rires). Je me suis dit la nuit dernière que j’allais devoir me calmer parce que bien sûr, nous avons commencé les premiers soirs par faire la fête, et puis nous sommes allés à Hanovre en Hollande qui pour les gens qui aiment s’amuser est un peu comme Disneyland pour adulte. Nous nous étions imaginés pouvoir nous reposer un peu mais des tas d’amis venaient sans cesse nous voir, on buvait beaucoup d’alcool, pareil à Londres et hier je me disais « je vais juste prendre une bière après le concert, m’asseoir et me détendre » et comme toujours des amis sont venus, on a commencé à faire un peu la fête et à ce moment-là, notre tour manager à qui j’avais dit que j’allais me calmer, me dit « non, non, non…on va la faire à la manière Polonaise » qui consiste à boire cul sec…et donc ça a été très bon, mais vraiment fou donc je crois que je vais avoir besoin d’un break… (rires).
Photo


Lucificum : Est-ce que « Devian » signifie quelque chose en particulier ?

Legion : C’est un détournement du mot « Devious » (tortueux), et basiquement, c’est un peu comme « Devilish » (diabolique) qui d’une certaine façon représente le non-conformisme, la libre pensée et l’individualisme. C’est ce que je veux illustrer avec ce nom parce qu’on ne peut pas arriver un nom qui ne colle pas, comme Elizium que nous avions choisi à la base. Les gars avec qui je parlais disaient que nous devrions choisir un nom original et j’avais proposé Ninewinged Serpent et ils ont dit « Non ! Pourquoi est-ce qu’il aurait neuf putain d’ailes, pour voler ? (Legion mime un truc qui s’écrase au sol) On n’aime pas ! » et je disais « ok, trouvons un autre nom » mais personne ne proposait quoique ce soit qui soit accepté par les autres, il y en avait toujours un pour trouver ça mauvais. J’avais écrit des paroles avec comme titre « Devian », que je n’ai pas terminé parce que ça n’avait jamais donné rien de bon, alors je me suis dit que je pourrais le proposer. J’ai recoupé les données de Metal Archive et de Rock Detector (ndlr : deux sites anglo-saxons de références sur le rock et le metal), parce que normalement quelque soit le nom que tu tapes dans leur moteur de recherche, tu as quelque chose comme 51 réponses…trouver un nom de groupe libre aujourd’hui n’est pas facile. Mais tout le monde a aimé, j’ai donc appelé le label pour leur dire que le groupe allait porter Devian comme nom.

Lucificum : Quelle est la différence, d’un point de vue thématique, entre Marduk et Devian ?

Legion : Je dirais que maintenant, le concept est plus ouvert, ce qui est bien parce que nous pouvons y inclure tout ce qui se passe autour du groupe, c’est donc bien plus….(réfléchit).

PhotoLucificum : Libre ?

Legion : Oui ! C’est sans doute le bon mot. D’un certain côté, c’est toujours la même chose, c’est du black metal, j’ai toujours le même état d’esprit mais je ne me sens pas forcé. Je savais qu’en écrivant un nouvel album de Marduk, ça devait ressembler à ci ou à ça, exactement comme le précédent. Maintenant, ça n’est plus le cas. Oui, c’est vraiment mieux, tout à fait comme tu l’as dit, une version bien plus ouverte avec la même façon de penser.

Lucificum : Quels sont vos relations avec Marduk…jouerez-vous un jour avec eux à un concert ?


Legion : Non, je ne crois pas que Morgan (Steinmeyer Håkansson, guitariste de Marduk) serait d’accord ! Je veux dire…je l’ai vu il y a peu de temps, à l’enterrement d’un ami et il a tellement changé par rapport à l’ancien Morgan, et moi-même j’ai beaucoup changé par rapport à celui que j’étais dans les années 90 quand nous étions très fortement liés. Maintenant, c’est amusant, parce que nous avons vécu tellement de trucs ensemble, nous avons passé tellement de temps tous les deux mais maintenant quand nous nous croisons, c’est plus (voix un peu gênée) « Salut…comment ça va ? Bon, à la prochaine… » et c’est tout. Je n’ai rien contre Morgan ni contre le nouveau Marduk en général, je leur souhaite le meilleur mais….(réfléchit) c’est un groupe que je ne reconnais plus, si tu vois ce que je veux dire. Tout a tellement changé, mais j’imagine que c’est ainsi que va la vie.

Lucificum : Revenons à Devian. Quelles sont les principales influences musicales de Devian ?

Legion : Je ne sais pas…il y en a vraiment des tas ! Par exemple la New Wave Of British Heavy Metal, beaucoup de Slayer, qui sont un peu mes maîtres…je ne peux vraiment rien faire qui ne soit pas au moins un petit peu Slayer ! Et puis…Emil est pas mal intéressé par la musique classique, les bandes originales de film et des groupes comme HIM, Secret Garden, des trucs avec des mélodies sombres et froides…tout ça fait partie de ses influences. Mais on ne peut pas dire qu’il y ait une mécanique réfléchie…dès le moment ou tu crées un genre de concept et que tu y restes collé, tu ne peux pas grandir…alors on s’est demandé ce qu’on voulait jouer. Nous savions que nous serions de toutes façons inspirés par d’autres groupes et nous nous sommes dit qu’on verrait bien ce que ça donnerait. Et quand nous avons eu fini…j’avais écrit 30 chansons que j’ai fait écouter à Emil, et seule "Instigator" a survécu. Quant au reste…(fait le geste de jeter quelque chose)…non, vraiment elles étaient mauvaises (rires). Emil avait lui aussi beaucoup d’idées mais il ne savait pas par où commencer et quand "Instigator" a été terminée, il a écrit le bonus-track "Burning Daylight", puis il est venu me voir pour que je lui donne mon avis sur ce premier titre. J’ai trouvé ça bon ! Joinus, lui, a apporté beaucoup d’influences plus old-school comme Judas Priest, Maniac mais aussi des groupes de thrash comme Sepultura. Son jeu de guitare vient en grande partie de là. Robert a apporté quant à lui une « crunchy vibe », avec ses influences comme Motorhead, Venom…je me rappelle qu’on se marrait quant à ça la nuit dernière. J’écoutais beaucoup Sepultura et Slayer en ce temps là et lui est arrivé en disant « hey, écoute ce groupe, Bathory, c’est vraiment bon »…nous étions très jeunes et nous ne connaissions rien de tout ça. Ca m’a littéralement soufflé…c’était Under The Sign. Et puis il m’a prêté ses albums de Venom, parce qu’il avait tous les vinyles originaux. Et…je ne les lui ai jamais rendus ! Je les ai vendus en 87 (rires) et il m’a accusé de le lui avoir volé en me traitant de trou du cul (rires) ! C’est un peu ça qu’il amène dans le groupe. Quant à Thomas, il est très inspiré par Marty Friedman, Yngwie Malmsteen, ce genre de guitaristes. De toutes façons, le groupe est toujours en train de prendre forme, le prochain album devrait donner la sensation que nous sommes bien plus tous en phase.

Lucificum : Quelle est ton opinion quant à la scène extrême actuelle de par le monde ?

Legion : Je trouve ça bon ! J’ai l’impression qu’elle connaît une sorte de nouvelle jeunesse et brasse une nouvelle énergie. Les gens y reviennent car elle se solidifie. Elle a été assez fragile pendant quelques années mais maintenant j’ai l’impression que l’intérêt pour l’extrême grandit. Ca fait du bien de voir toutes ces nouvelles branches qui émergent, par rapport aux origines où quand tu jouais du death-metal tu devais forcément sonner comme Morbid Angel ou Deicide…tandis qu’aujourd’hui, il y a bien plus de liberté de pensée et beaucoup de choses intéressantes se passent.

Lucificum : De quoi traitent les paroles de Devian et qu’est ce que le « Ninewinged Serpent » (serpent à neuf ailes) ? Que représente t’il ?

Legion : C’est un peu le côté non-conformiste du Diable. L’ensemble de l’album contient les paroles les plus personnelles que ce que j’ai pu écrire par le passé, sans doute parce que j’ai connu des moments assez chaotiques dans ma vie…cette bataille déplaisante pour mes enfants, le divorce…toutes ces saloperies…je pense que ça m’a aidé à écrire ces paroles. Et en plus, bien sur, le départ d’Emil et moi de Marduk a joué sur le fait que nos paroles sont centrées sur le concept qu’il est toujours mieux d’avancer…ça me faisait penser à ce vieil ami à moi qui est ceinture noire et qui étudie des techniques chinoises disant que si en attaquant d’un coté ça ne marche pas, ne t’inquiète pas si ça fait mal parce que ça ne durera pas. Essaie d’attaquer d’un autre côté…et puis tu vas continuer à heurter l’obstacle jusqu’à ce que tu en crèves, c’est sûr qu’à ce moment là de toutes façons tu n’auras plus de problèmes. C’est ce qu’on a voulu illustrer, que des fois il faut mieux se relever et partir faire ta vie dans un endroit où tout n’est sans doute pas parfait…Je pense que tout le monde peut se reconnaître là-dedans, si ton boss est un connard, alors démissionne et trouve un autre job, parce qu’il y en aura un autre. Un peu comme si tu es englué dans une relation bancale, alors contente-toi de dégager cette stupide conne, il y a beaucoup d’autres poissons dans la mer ! (rires) C’est avec ce genre de concept qu’on a commencé, le Diable, le rejet du Paradis…je me suis dit que ça serait une bonne façon d’illustrer tout ça parce que c’est une des mythologies les plus colorées qui ait été créée.
Photo






(La suite ici.)


Crédit Photo 2 & 3 : njn


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5