Headhunter

Entretien avec Schmier (chant+basse) - le 28 mai 2008

2
Cosmic Camel Clash

16
Kroboy

Une interview de




Headhunter_20080528

On ne s'attendait sûrement pas à un nouvel album d'Headhunter : malgré un line-up assez prestigieux (Schmier à la basse et Jörg Michael à la batterie tout de même) on ne peut pas dire que le trio allemand ait marqué les esprits durant la première partie de sa carrière. Mais voilà qu'ils débarquent avec un nouvel album, Parasite of Society (chronique ici), et un concert prévu au WOA cet été... l'occasion rêvée pour aller prendre des nouvelles du bassiste-chanteur historique en quelque sorte.


Cosmic Camel Clash : Même si tu bénéficies d'un certain statut grâce à Destruction, Headhunter n'est pas de tout un groupe connu en France. Peux-tu nous expliquer d'où il vient ?

Schmier : Headhunter est le projet que j'ai fondé quand Destruction m'a viré dans les années 90. Nos albums n'ont jamais été sortis en dehors de l'Allemagne je crois, et du Japon... il ne sont pas sortis en France pour ce que j'en sais. C'est une mixture de mes racines thrash et de NWOBHM : c'est beaucoup plus traditionnel que Destruction.

Cosmic Camel Clash : Que s'était-il passé avec Destruction à l'époque ?

Schmier : Ce qui s'est passé était normal... nous étions jeunes, nous avions du succès, nous étions mal entourés et mal conseillés... les choses ont mal tourné car nous étions soumis à trop d'opinions différentes. Quelqu'un devait partir et c'était moi car le groupe voulait partir dans une direction différente. C'était peut-être une mauvaise idée au final, mais sur le moment c'était impossible de le savoir. Ça a été une période difficile pour moi mais Headhunter a été important pour moi car ça m'a permis de continuer à jouer de la musique. Jouer avec ce groupe a toujours été profondément fun : il n'a jamais eu beaucoup de succès mais jouer ce style de musique a toujours été très cool.
Photo


Cosmic Camel Clash : Comment avais-tu trouvé un guitariste aussi talentueux que Uwe Hoffman ?

Schmier : Il jouait dans dans un groupe appelé Talon au début des années 90 et nous avions joué avec eux avec Destruction à l'époque. Je les ai vus en live et je me suis dit « Wow, ce guitariste est excellent ! ». Donc quand Destruction m'a viré je me suis souvenu de ce gars et je me suis dit qu'il fallait que je le retrouve, d'autant plus que je savais que Talon n'existait plus. Donc j'ai trouvé son numéro et je l'ai appelé. Au début il était un peu sceptique sur notre capacité à travailler ensemble mais ça a fonctionné plutôt bien.

Cosmic Camel Clash : Pourquoi le groupe avait-t-il splitté en 1994 ?

Schmier : Il n'a jamais vraiment splitté, c'est plus que notre batteur Jörg Michael jouait avec Running Wild à l'époque, plus dans Grave Digger... et finalement il s'est stabilisé dans Stratovarius. Le groupe n'avait plus de batteur et notre maison de disques de l'époque (un minuscule label allemand) a mis la clé sous la porte. Entre notre batteur qui jouait dans un grand groupe, notre label qui n'existait plus... En plus le grunge de Seattle était énorme à l'époque et les maisons de disques ne signaient plus de groupes de métal inconnus donc il était impossible pour nous de retrouver un contrat. Le groupe a donc commencé à mourir lentement... nous n'avons jamais vraiment splitté, nous restions en contact mais tout le monde était occupé. Personnellement Destruction est revenu, Jörg a eu beaucoup de succès avec Stratovarius pendant pas mal de temps, et notre guitariste dirige sa propre entreprise qui a très bien marché donc ce n'était tout simplement plus le bon moment.

PhotoCosmic Camel Clash : Comment l'idée de revenir maintenant est-elle venue ?

Schmier : C'était le bon moment : Stratovarius a volé en éclats donc Jörg avait du temps, je travaillais sur des remasters des vieux albums de Headhunter pour que les fans puissent mettre la main dessus car ils étaient épuisés. J'étais là-dessus donc j'avais les autres membres au téléphone tous les jours à nouveau. De fil en aiguille l'idée de refaire un album est apparue naturellement, surtout que j'avais composé de la musique qui ne collait pas pour Destruction donc j'ai dit aux autres « J'ai des compos sous le coude qui colleraient vraiment bien pour Headhunter ». Je leur ai soumis ça et le reste fait partie de l'histoire. Headhunter a toujours été axé sur les jams, sur ces trois types qui prennent leurs instruments pour jouer du métal ensemble en s'éclatant plutôt que sur le fait de se poser des questions. En plus c'était le bon moment pour relancer le projet car Destruction faisait un break depuis la fin de l'année dernière.


Cosmic Camel Clash : La chanson "Parasite of Society" sonne assez thrash moderne. Est-ce une orientation qu'on risque de retrouver sur le prochain album de Destruction ?

Schmier : Le prochain Destruction va vraiment améliorer... (cherche ses mots) nous allons utiliser plus d'harmonies, il sera plus technique. J'avais écrit le refrain de "Parasite of Society" pour Destruction à la base mais finalement je voulais avoir un titre rapide de plus quand nous avons écrit l'album de Headhunter. Du coup j'ai pris le refrain qui sonne très Destruction et je l'ai intégré à une chanson de Headhunter. Il y aura ce genre de plans sur le prochain Destruction donc, c'est certain.

Cosmic Camel Clash : Pourquoi avoir choisi de reprendre "18 and Life" de Skid Row qui est une ballade à la base ?

Schmier : Principalement parce que les gens ne s'y attendent pas. Nous avons toujours fait des reprises bizarres avec Headhunter : du rock n' roll, des chansons hippies... cette fois-ci nous voulions reprendre une chanson de l'êre hard-rock des années 80. Le style ne colle pas tellement à Headhunter donc c'était un challenge, il fallait reprendre une ballade hard-rock très douce et en faire une chanson heavy-metal de Headhunter.

Cosmic Camel Clash : Headhunter jouera au Wacken 2008. Après le concert de réunion de Destruction en 1999, est-ce que ce festival et toi entretenez une relation particulière ?

Schmier : Evidemment. Je pense que le Wacken a ramené l'esprit métal pour beaucoup de gens. Pour moi le moment où nous sommes entrés sur scène pour le show de réunion a été un moment extrêmement spécial, et depuis nous avons joué quatre fois là-bas avec Destruction et ça a été fantastique à chaque fois. Ce sera fabuleux de jouer là-bas avec Headhunter car nous nous sommes toujours dit qu'avant de donner dix concerts merdiques nous voulions donner au moins un concert vraiment puissant, et Wacken nous offre cette possibilité. C'est un honneur pour nous d'avoir été invités à Wacken cette année. Ce sera le premier concert de Headhunter depuis quatorze ans donc nous sommes très heureux de pouvoir présenter le groupe à une grande foule.
Photo


Cosmic Camel Clash : Ça ne te rend pas nerveux de savoir que ton premier show avec Headhunter va se faire devant une foule aussi nombreuse d'ailleurs ?

Schmier : J'ai déjà vécu cette expérience avec Destruction, et je ne suis pas particulièrement nerveux avant les concerts en général. Mais je suis sûr que je serai nerveux car c'est le premier concert de Headhunter depuis très longtemps. Mais tu sais, le tout premier concert de Headhunter a eu lieu au Japon en 1991 devant une salle comble... nous avons donc une certaine expérience en ce qui concerne les premiers concerts inhabituels.

Cosmic Camel Clash : Aurez-vous sufisamment de temps pour répéter ?

Schmier : Pour cet album nous n'avons pas pu répéter du tout car tout le monde était trop occupé. Nous avons composé ensemble mais ensuite nous nous sommes envoyés des cassettes. Nous n'avons joué ensemble qu'une fois en studio, c'était la première fois depuis des années et ça a fonctionné car l'alchimie entre nous est très bonne. Nous allons avoir cinq jours pour répéter avant le concert du Wacken, ce qui sera amplement suffisant.

PhotoCosmic Camel Clash : N'aurais-tu pas aimé avoir un créneau spécial, un concert de célébration comme celui de Sodom l'année dernière ?

Schmier : Nous ne sommes célèbres que dans l'underground, nous devons d'abord nous construire une réputation. Je sais qu'il y aura dans le public des fans qui attendaient ce concert depuis des années, mais il y a beaucoup d'autres groupes à l'affiche dont pas mal de nouveaux groupes. Nous devons faire nos preuves, démontrer que nous pouvons avancer et ne pas faire tache au milieu de ces jeunes formations. Je suis donc déjà très heureux de jouer au Wacken, nous ne voulions pas de conditions spéciales en plus, ça aurait été trop demander.


Cosmic Camel Clash : Il y a quelques mois tu as participé au projet Bassinvaders (chronique ici) qui a l'air d'avoir été très fun. N'as-tu pas été tenté à un moment donné de garder une super chanson comme "Armageddon" pour toi ?

Schmier : Pour moi une chanson appartient au moment où je l'écris et je l'enregistre toujours le plus vite possible après l'avoir composée. Donc quand j'ai composé les deux chansons qui ont fini sur l'album j'étais heureux qu'elles puissent servir à un projet aussi particulier que Bassinvaders. Juste derrière j'ai écrit deux autres chansons pour Headhunter donc ça ne m'a pas vraiment dérangé de devoir donner les deux précédentes à Bassinvaders car l'idée derrière le projet était excellente. Les gens pensent toujours que les bassistes ne peuvent pas écrire de chansons donc je voulais que ces deux titres soient forts. J'ai écrit "Silverskull" juste après et je pense qu'elle n'en est que meilleure.

Cosmic Camel Clash : Quand Markus Grosskopf t'a contacté avec cette idée d'un album de heavy-metal sans guitares, as-tu trouvé tout de suite que c'était une bonne idée ou bien as-tu pensé que ça ne pourrait pas fonctionner ?

Schmier : J'ai trouvé tout de suite que l'idée était très bonne mais j'étais un peu sceptique au départ car ça n'avait jamais été fait dans la scène métal. Les gens veulent des guitares dans le métal et je suis un gros fan de guitare moi-même. Je me disais donc « Ça va sonner bizarre ! ». Mais quand j'ai écouté les premiers enregistrements j'étais vraiment heureux du résultat... bien sûr ces chansons sonneraient encore mieux s'il y avait des guitares dessus ! Mais je pense néanmoins que certaines des chansons sont très bonnes et sonnent très bien sans donc... c'était simplement une idée fantastique de faire ça. Je ne sais pas si l'album s'est vendu ne serait-ce qu'à un exemplaire car le monde du heavy-metal est dominé par la guitare mais c'était très marrant de le faire et de bosser avec Markus que je connais depuis 25 ans. C'était donc excellent d'être avec lui en studio.

Photo


Cosmic Camel Clash : Penses-tu qu'il y a une chance que tu retravailles avec lui, Peavy de Rage ou Tom de Sodom un jour ?

Schmier : J'espère. S'il y a une chance qu'un nouvel album de Bassinvaders voie le jour à un moment donné ce serait un truc génial à jouer dans un festival. Avoir tous ces bassistes sur scène qui jouent ensemble serait un truc de fou.

Cosmic Camel Clash : Bassinvaders, Headhunter, le nouveau Destruction qui arrive... comment se fait-il que tu sois si productif en 2008 ?

Schmier : Je possédais un restaurant avant, depuis longtemps... et je l'ai vendu en 2005 donc j'ai eu plus de temps pour être créatif, tourner avec Destruction, écrire plus de chansons. C'est génial pour moi car en tant que musicien écrire une chanson est un peu comme donner naissance à un bébé, c'est un des aspects les plus géniaux... il n'y a que jouer sur scène qui est peut-être plus fun qu'écrire des chansons. J'ai donc juste eu plus de temps pour m'occuper de ma musique et j'aime ça. Bien sûr Destruction n'a sorti l'année dernière que son best-of de chansons réenregistrées, Thrash Anthems : comme je n'ai pas eu à composer de nouvel album de Destruction j'ai pu m'occuper de Headhunter.

Cosmic Camel Clash : La fin de l'interview approche : si tu as quelque chose à dire en particulier tu peux le faire maintenant, sinon nous pouvons arrêter l'interview ici. Au choix.

Schmier : Je veux remercier tout particulièrement les fans français pour avoir soutenu Destruction durant toutes ces années. Nous voulons jouer en France mais il semble y avoir un gros problème pour les groupes de thrash car les promoteurs ne veulent pas leur accorder de dates, je ne sais pas pourquoi. Nous avons encore essayé de jouer chez vous l'année dernière avant d'aller en Espagne et les concerts n'ont pas eu lieu. C'est vraiment bizarre et j'espère que nous pourrons revenir aussi vite que possible. Si des fans qui lisent cette interview peuvent nous mettre en rapport avec des promoteurs en France qui bookent des concerts de thrash ce serait bien car nous n'avons jamais pu y donner plus de quelques concerts et c'est triste car Destruction a toujours fait des tournées mondiales avec énormément de concerts. C'est dommage que la France soit délaissée mais ce n'est pas de notre faute car nous avons essayé de monter des dates et c'est très difficile.


Crédits photo :

www.myspace.com/officialheadhunter
www.myspace.com/realschmier

Questions : Kroboy
Traduction / transcription : CCC



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3