Candlemass

Entretien avec Leif Edling (basse) - le 26 février 2009

8
Alexis KV

2
Cosmic Camel Clash

Une interview de




Candlemass_20090226

Un quart de siècle après sa formation, Candlemass règne de nouveau en maître de la scène du doom traditionnel. Le line-up classique du groupe, revenu après deux splits et désormais complété par le chanteur de Solitude Aeturnus, Rober Lowe, ne montre pas de signe de faiblesse et signe un nouvel album, Death Magic Doom (chronique ici), qui s'inscrit dans la lignée des deux disques précédents. Leif Edling, bassiste et compositeur du groupe, nous en dit un peu plus sur sa genèse et son enregistrement.


Cosmic Camel Clash : Avant de parler du nouvel album, revenons un peu sur Lucifer Rising (chronique ici) : ce genre d'EP avec neuf pistes live en bonus est plutôt inhabituel, en général les groupes sortent un album live avec une paire de bonus studio. Comment est-ce que cette idée vous est venue ?

Leif Edling : En fait, c'était une idée de la maison de disques. Nous voulions simplement sortir un EP, pour annoncer l'arrivée imminente d'un album, donner un petit avant-goût de ce qu'il pourrait contenir et avoir une sortie en 2008. Bref, un EP normal avec un titre phare sur la face A et un ou deux autres titres, peut-être des morceaux live, sur la face B. À l'origine, il devait y avoir "Lucifer Rising" sur la face A et deux morceaux sur la face B, mais Nuclear Blast a eu l'idée de faire cet EP aussi long que possible, et nous a demandé si nous avions des titres live en réserve, nous avons donc proposé ces morceaux enregistrés pendant un concert en Grèce. On s'est dit que ce serait marrant de sortir l'EP le plus long du monde. Il fait quelque chose comme 75 minutes et je pense que c'est un bon rapport qualité/prix pour les fans.

Cosmic Camel Clash : Est-ce que les titres studio de cet EP sont issus des sessions de Death Magic Doom ? Des morceaux qui n'ont pas trouvé leur place sur le nouvel album ?

Leif Edling : C'est en partie ça. Quand on sort un EP, il n'y a qu'une chanson qui est vraiment importante, dans notre cas il s'agit de "Lucifer Rising". C'est la première chanson que j'ai écrite pour ce nouvel album, et elle aurait dû y figurer parce qu'elle est assez bonne pour ça. "White God" et "Demons Gate" n'étaient que des bonus, et je savais que "White God" ne finirait probablement pas sur l'album. Finalement, nous avons décidé de ne pas inclure "Lucifer Rising" dans l'album non plus, parce qu'elle était sortie depuis plus de six mois sur cet EP, et ça ne servait à rien de faire un doublon.

Cosmic Camel Clash : Pourquoi avez-vous décidé de réenregistrer votre classique "Demons Gate" de l'album Epicus Doomicus Metallicus ?

Leif Edling : Comme je l'ai dit, il s'agit simplement d'un petit bonus, quelque chose à caser sur la face B. Il n'y a vraiment pas d'autre motivation derrière ce réenregistrement.
Photo


Cosmic Camel Clash : L'album King Of The Grey Islands avait pour fil conducteur un concept sur la dépression nerveuse, le suicide... Est-ce que votre nouvel album Death Magic Doom possède lui aussi un concept ?

Leif Edling : Non, nous avons effectivement fait un concept sur King Of The Grey Islands, mais cette fois-ci il n'y en a pas. Il y a simplement huit chansons qui ont des atmosphères, des énergies et des feelings très variés. Des chansons qui se suffisent à elles-mêmes, qui ont chacune leur propre identité.

Cosmic Camel Clash : Si je ne me trompe pas, vous vouliez appeler cet album « Hammer Of Doom », d'après le nom d'une des chansons qu'il contient...

Leif Edling : En fait, au cours de l'écriture, l'album a eu quelque chose comme six titres différents. D'abord, il devait s'appeler « Dead Angel », puis on lui a donné un autre nom, puis encore un autre, pour finalement s'appeler « Hammer Of Doom », mais nous avons appris qu'un festival allemand portait déjà ce nom... Nous avons donc dû en chercher un nouveau, et finalement il s'appelle « Death Magic Doom », et je crois que ce nom est en fait le meilleur de tous, celui qui résume le mieux le contenu de cet album. Je voulais qu'il y ait au moins l'un de ces deux mots, « death » ou « doom », dans le titre, puis j'ai réfléchi au ingrédients qui sont à la base de la musique de Candlemass, et « Death Magic Doom » sonne un peu comme une profession de foi.

Cosmic Camel Clash : Robert Lowe avait déjà chanté sur le précédent album, King Of The Grey Islands , mais ce dernier avait été écrit alors que Messiah Marcolin faisait encore partie du groupe. Cette-fois ci, tu as écrit l'album en sachant que Rob serait au micro. Est-ce que ça a influencé sur ta manière de composer ?

Leif Edling : Oui, maintenant que je connaissais encore mieux la manière de chanter de Rob, je savais, entre autres, que je pouvais compter sur une tessiture plus large. Avec lui, je peux par exemple démarre une chanson en La, monter vers un Ré, puis vers un Si, pour enfin redescendre vers un Mi. En fait, écrire des chansons pour Rob est une entreprise plus ambitieuse, et je crois que ça se répercute dans les compositions qu'il magnifie vraiment avec sa voix. Quand je compose, j'essaye de toujours avoir en tête le chanteur qui va l'interpréter, du style « oh, ce passage devrait bien sonner avec la voix de Rob ».

PhotoCosmic Camel Clash : Tu as toujours été le compositeur principal de Candlemass, mais quelle liberté accordes-tu aux autres membres du groupe dans l'interprétation ?

Leif Edling : Ils ont une très grande marge de manœuvre. J'enregistre des démos très grossières, avec une boîte à rythmes et une basse synthétique, et je les envoie aux autres membres du groupe. Ce se sont que des premiers jets, sans véritable ampleur. Puis nous nous enfermons en studio pour les répétitions, et chacun apporte sa touche : Mappe est un excellent guitariste rythmique, Lasse est un guitariste soliste fantastique, et Jan assure derrière les fûts. C'est lors de ces répétitions que les chansons prennent véritablement vie, elles vont dans une direction où j'espérais les voir aller lorsque je les composais. D'une simple démo, les morceaux deviennent de véritables monstres, et c'est seulement après cela qu'on peut véritablement ressentir leur puissance. Si je n'avais pas Rob, Lasse, Mappe et Jan pour m'accompagner, ces chansons ne deviendraient jamais aussi bonnes.


Cosmic Camel Clash : Comment gérez-vous le travail avec Rob ? Il habite au Texas, il fait partie d'un autre groupe, Solitude Aeturnus : est-ce que coordonner vos emplois du temps pour l'enregistrement des albums et les tournées n'est pas difficile par moments ?

Leif Edling : Non, pas vraiment. Il fait partie du groupe depuis maintenant deux ans, et nous n'avons jamais eu de souci. Il est prêt à voyager, il vient à Stockholm le sourire aux lèvres que ce soit pour les répétitions, les tournées ou les festivals d'été. Généralement, une semaine de répétitions intensives nous suffit pour être rodés, donc nous n'avons aucun souci à ce niveau... à quelque niveau que ce soit, en fait. Robert est quelqu'un de très décontracté, une personne avec laquelle il est très facile de travailler...

Cosmic Camel Clash : Et j'imagine que Internet vous aide beaucoup...

Leif Edling : Effectivement, on s'échange des mails tous les jours, et de nos jours Dallas donne l'impression d'être une ville beaucoup plus proche qu'il y a dix ou vingt ans (rires).

Cosmic Camel Clash : Il y a une chanson qui est à part sur ce nouvel album : je veux parler de "Dead Angel", qui n'est pas vraiment ce qu'on pourrait appeler un titre classique de Candlemass. Les riffs sont rapides et agressifs, la ligne vocale du refrain est plutôt inhabituelle... Ce morceau me rappelle d'une certaine manière vos albums plus « expérimentaux » comme Dactylis Glomerata. Qu'en est-il d'après toi ?

Leif Edling : Je ne vois pas ça vraiment de la même manière... En tout cas Dactylis Glomerata n'est pas la première association qui me vient à l'esprit concernant ce morceau. Pour moi c'est un bon morceau de Candlemass, même s'il est plus rapide et agressif que la moyenne, il sait rester mélodique. En fait, pendant les répétitions, on avait surnommé ce titre « la piste "Steamrock Fever" », en référence au morceau des Scorpions, parce c'est ce que nous évoquaient le riff du couplet et le refrain. Mais ensuite, chacun peut interpréter à sa manière ce qu'il entend dans ce morceau...

Cosmic Camel Clash : Comment est-ce que les autres membres du groupe ont réagi quand ils ont entendu ce morceau pour la première fois ? Est-ce qu'ils ont été surpris ?

Leif Edling : Ils ont surtout beaucoup aimé "Dead Angel", tout le monde a immédiatement adoré ce morceau. Pour moi, c'était sans aucun doute l'un de mes favoris de cet album. Au début, je pensais même en faire le titre d'ouverture, mais après concertation, et après avoir écouté le mix final, nous avons décidé de mettre "If I Ever Die" à la place, qui se révèle être une meilleure entrée en la matière que "Dead Angel".

Cosmic Camel Clash : Tu as déclaré que Death Magic Doom est, à ton avis, le meilleur album de Candlemass depuis Nightfall. Est-ce que tu as en tête des critères « objectifs », ou bien est-ce simplement une question de feeling ?

Leif Edling : On aime les choses ou on ne les aime pas, c'est effectivement une question de feeling... J'adore Epicus Doomicus Metallicus, j'adore Nightfall, mais je pense que ce nouvel album est le meilleur après ces deux-là. Je ne dis pas non plus, comme on l'entend souvent, que c'est notre meilleur album juste parce que c'est le dernier... Mais c'est probablement le meilleur de nos trois albums sortis sur Nuclear Blast. Le « White Album » (Candlemass) était très bien, King Of The Grey Islands légèrement meilleur, et celui-là est encore un cran au-dessus.
Photo


Cosmic Camel Clash : D'ailleurs, en parlant de Nuclear Blast, vous avez au départ signé pour trois albums, vous avez donc maintenant rempli les obligations de votre contrat. Quels sont vos projets concernant le label ? Est-ce que vous pensez que vous allez continuer à collaborer avec eux ?

Leif Edling : Je pense que oui, parce que nous avons établi une bonne relation avec Nuclear Blast. Ce nouvel album leur plaît beaucoup et ils lui assurent une excellente promotion : nous faisons maintenant partie de leurs groupes prioritaires. Les choses se passent très bien avec eux, et je ne vois donc aucune raison de changer de label. Donc si jamais nous sortons un nouvel album et qu'ils veulent bien de nous, ça devrait sortir chez Nuclear Blast.

Cosmic Camel Clash : Tu as également sorti récemment un album solo, Songs Of Torment, Songs Of Joy, du doom très lugubre où l'orgue occupe une place centrale. Pourquoi ne pas avoir gardé ces idées pour un nouvel album de Krux [autre projet de Leif Edling], voire même pour Candlemass ? Est-ce parce que tu voulais que, pour une fois, être derrière le micro ?

Leif Edling : Non, pas vraiment. J'ai eu un mois de libre après la tournée européenne de Candlemass en 2007, et je me suis dit « hmm, je m'ennuie, j'ai envie de faire un album ». Donc j'ai eu cette idée d'un disque de doom monotone et épique soutenu par un orgue, c'est aussi simple que ça. Je me suis beaucoup amusé en faisant cet album, en jouant avec mes amis. Pour moi, le contenu de cet album n'était pas vraiment adapté à la musique de Krux ou Candlemass. Il y a un nouvel album de Krux prévu pour l'année prochaine, et je ne voyais pas l'utilité de garder ce matériel pour plus tard, j'en ai donc fait cet album de doom minimaliste.

Cosmic Camel Clash : Tant qu'à mentionner qu'un nouvel album de Krux est sur les rails, peux-tu m'en dire plus à ce sujet ?

Leif Edling : Ooooh non, non non (rires)! Je me dédie à Candlemass cette année, avec Krux nous nous attèlerons à l'album l'année prochaine. Nous n'avons fait aucun plan, composé aucune chanson, nous n'avons rien. Peut-être que nous commencerons l'enregistrement d'ici un an donc... C'est un peu prématuré comme question (rires). Rien n'est prévu pour l'instant, cette année je n'aurai que Candlemass à l'esprit.

Cosmic Camel Clash : D'accord. As-tu déjà eu quelques infos concernant les endroits par où passera la tournée ? J'imagine qu'elle arrive...

Leif Edling : Nous allons commencer par les festivals européens, c'est notre priorité numéro un pour l'instant. En septembre j'espère que nous partirons au Japon, puis en octobre / novembre nous devrions assurer une très grosse tournée européenne.

Cosmic Camel Clash : En parlant de festivals, je vous ai vu l'année dernière au Hellfest (live-report ici et sauf erreur de ma part ça faisait plus de dix ans que vous n'aviez pas joué chez nous. Est-ce que ça a donné une dimension particulière au show ?

Leif Edling : Ouais !! Nous avons pris beaucoup de plaisir à ce concert, je me suis éclaté sur scène. Ca se voyait que nous n'avions pas joué en France depuis longtemps car il y avait plein de mains tendues, et je pense que la foule a vraiment aimé le show. Après le concert nous nous sommes dit « putain, il faut absoluement que nous revenions jouer en France sur la prochaine tournée » et je n'ai aucune idée de la raison pour laquelle nous n'avons pas joué en France lors de nos tournées précédentes. Du coup nous avons dit à notre manager après le Hellfest qu'il était impératif que nous jouions en France sur notre tournée suivante. Je suis presque sûr que nous viendrons chez vous en octobre. J'espère que nous pourrons déjà jouer dans un festival en France cet été... le Hellfest est déjà complet donc on verra.

Cosmic Camel Clash : Croisons les doigts ! Bon, l'interview est terminée, donc on peut s'arrêter là ou tu peux rajouter quelque chose si tu en as envie.

Leif Edling : Si nous venons jouer en France, merci de venir nous voir ! Ca fait longtemps que nous n'avons pas joué en France et ça nous fera plaisir de voir les fans français de doom aux concerts.



Crédits photo : www.myspace.com/candlemass



Questions : AKV
Traduction / transcription : AKV (beaucoup) / CCC (un peu)


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7