Dark Funeral

Entretien avec Emperor Magus Caligula (chant) - le 25 novembre 2009

2
Cosmic Camel Clash

3
TheDecline01

Une interview de




Dark_Funeral_20091125

Le nouvel album de Dark Funeral Angelus Exuro Pro Eterneus (chronique ici) ne risque pas de décevoir les fans du genre... et cette interview non plus. Initialement prévue avec le guitariste Lord Ahriman, c'est finalement avec le vocaliste que cet entretien téléphonique a eu lieu. Y a-t-on perdu au change ? Non ! Pertinent, professionnel, franc et intéressant, le bonhomme nous permet de vous offrir cette passionnante conversation. Enjoy !


Cosmic Camel Clash : Encore quatre ans entre deux albums, et seulement le cinquième album en seize années d’existence, Dark Funeral est-il une bête dormante ou n’avez-vous pas le temps de vous voir souvent ?

Emperor Magus Caligula : Mmmh... je pense que c'est une combinaison de ces deux facteurs, et le fait que nous avons passé notre temps à tourner pour promouvoir l'album précédent. De plus nous vivons très éloignés les uns des autres, notre batteur habite à Vienne par exemple... donc organiser les répétitions prend du temps. De plus je ne pense pas qu'il soit nécessaire de précipiter le processus : je déteste quand un groupe puissant sort un album bouclé en une semaine. Certains enregistrent sans arrêt alors que nous voulons préserver le son Dark Funeral et proposer un album solide de A à Z. Du coup on ne peut pas précipiter les choses.

Cosmic Camel Clash : Le groupe a donc besoin de longues périodes de réflexion pour être capable d'écrire un bon album ?


Emperor Magus Caligula : Oh oui. Nous avons besoin de... (réfléchit) bon, je vais parler pour moi : j'ai besoin d'être dans un certain état d'esprit pour pouvoir écrire de la musique ou des paroles, je ne peux pas juste me lever le matin et m'y mettre. Il doit y avoir une certaine atmosphère autour de moi et en moi, j'ai besoin d'être totalement immergé dans les ténèbres. Et on ne peut pas atteindre cet état par obligation, ça doit venir naturellement. De ce fait, réaliser un album peut nous prendre longtemps.

Cosmic Camel Clash : Comment se passe ta relation avec Lord Ahriman ? Vous êtes les deux piliers du groupe maintenant, toi étant responsable du chant et des paroles, lui des compositions, vous êtes devenus indissociables du son du groupe, fonctionnez-vous en binôme ?

Emperor Magus Caligula : Ahriman est le seul membre original du groupe, je suis arrivé en 1995. Lui et moi avons le même tempérament fanatique, têtu... certains diraient dingue. Nous sommes totalement identiques sur ce point, un peu comme si nous étions une seule personne, et nous demandons un engagement total aux membres du groupe. Tout le monde ne peut pas satisfaire ce type de demande : nous prenons tous de l'âge, nous avons des familles... mais Ahriman et moi avons pris la décision il y a des années que Dark Funeral était notre projet principal. C'est difficile à expliquer, ce n'est pas non plus que le groupe passe avant nos familles... mais un peu quand même. Nous vivons pour Dark Funeral, nous demandons que ce soit le cas pour les autres membres du groupe, et du coup ils ont changé pour chaque nouvel album ou presque. Après j'espère que nous allons conserver notre line-up actuel car il forme un ensemble parfait. Ahriman et moi travaillons si bien ensemble... ça fait quinze ans que nous le faisons, c'est dire à quel point nos cerveaux sont tordus de la même manière.
Photo


Cosmic Camel Clash : Lord Ahriman compose tout ou presque, est-ce que cette façon de fonctionner te convient ou aimerais-tu apporter tes propres idées compositions ?

Emperor Magus Caligula : Musicalement ? Non, je m'en remets totalement à Ahriman et aux autres membres. Ahriman écrit littéralement toute la musique, et je sais qu'il n'apportera jamais un riff de guitare qui ne me plaira pas. Du coup nous formons une équipe presque parfaite, nous n'avons même pas besoin de parler quand nous composons. Il sait ce que je veux, donc nous n'avons pas besoin de discuter des choses. Je sais qu'il ne composera jamais quelque chose que je jugerai inadapté à Dark Funeral.

Cosmic Camel Clash : Le temps ne semble pas avoir d’emprise sur le groupe, cet album est encore aussi haineux que le premier, où trouvez-vous votre inspiration ? Comment renouvelles-tu ta motivation, ton dévouement au genre ?

Emperor Magus Caligula : Personnellement, je trouve mon inspiration partout. Aujourd'hui je m'inspire de ma vie quotidienne, qui se retrouve expliquée et mise sur papier sous un angle narcissique (rires). En gros ça parle vraiment de ce que je vis et de ce que je ressens sur le moment. Peut-être suis-je vraiment une personne agressive, naturellement pleine de haine... je ne sais pas. Ça me vient juste naturellement et d'une certaine manière il me semble que mes sentiments se focalisent sur la haine, la tristesse ou l'angoisse. Du coup écrire là-dessus est plutôt naturel pour moi.

Cosmic Camel Clash : Tu veux dire que ce dévouement au genre ne te demande aucun effort ?

Emperor Magus Caligula : Pas vraiment... bien sûr il faut un minimum d'effort, mais pas plus. Car je n'écris qu'à propos de moments particuliers de ma vie. Même quand ça parle d'anges et de démons, ces images peuvent être l'expression du bien et du mal qu'on porte en soi. Donc je parle de ça... mais ça reste difficile car je ne peux pas juste mettre des mots à la suite les uns des autres : il faut que mes paroles soient de qualité, de la même manière que j'attends d'Ahriman qu'il compose de la musique de qualité. Ces temps-ci j'écris surtout sur ma vie personnelle ; j'ai passé dix-neuf ans... non, vingt et un ans à parler de Dieu et de Satan, donc ce sujet est un peu épuisé aujourd'hui (rires).

PhotoCosmic Camel Clash : Oui... mais d'un autre côté, ce nouvel album tourne encore une fois autour de Satan (Caligula acquiesce). Est-ce la seule chose dont tu aies envie de parler ?

Emperor Magus Caligula : Mmhhh... comme tout le reste sur cet album, c'est venu naturellement. Sur l'album précédent je n'avais même pas prononcé une seule fois le mot « Satan », même si j'y évoque l'Antéchrist. Tout ça part de ma haine pour le Christianisme et les chrétiens, toute cette bande de fanatiques. Après il y a le premier titre de l'album bien sûr (rires), qui parle d'une horde de démons qui parvient à éradiquer l'humanité avant de construire un monument dédié au Mal avec leurs os (rires). Donc ça peut être marrant aussi.

Cosmic Camel Clash : Pourquoi avoir choisi une fois de plus un titre d'album en latin ?

Emperor Magus Caligula : Je ne sais pas vraiment... Ahriman voulait que... (réfléchit) c'était juste un titre de travail au début. Ce n'est pas une phrase entière, juste des mots mis ensemble, et l'idée était que les anges brûlent pour l'éternité. L'idée nous a de plus en plus plu, donc au final nous avons gardé ce titre.


Cosmic Camel Clash : Le son a été de nouveau signé par Peter Tägtgren, c'est un ami de longue date non ?

Emperor Magus Caligula : Oh oui ! Peter et moi nous connaissons depuis les tous débuts d'Hypocrisy, j'ai chanté sur les deux premiers albums tu sais... c'est le producteur parfait pour Dark Funeral en général et pour moi en particulier. Il sait exactement comment je travaille, quel volume je veux dans mes écouteurs, comment tout devrait se passer en studio. C'est le type idéal, et un ami de très longue date.

Cosmic Camel Clash : Le son du groupe a toujours été très recherché et unique, qu’est-ce que Dark Funeral veut faire ressentir au travers du son ? La recherche du meilleur est-elle une étape particulièrement importante ?

Emperor Magus Caligula : Oh oui, complètement. Nous espérons toujours que les gens vont pouvoir ressentir exactement ce que nous avons ressenti au moment d'écrire les chansons ou de jouer les chansons, qu'ils vont être plongés dans la même atmosphère que celle qui était la nôtre. Et le meilleur producteur pour faire ça était Peter, car je ne connais personne d'autre au monde capable de fixer le Mal sur une bande aussi bien. Personne d'autre n'est aussi doué pour retranscrire la haine et les ténèbres. Écoute le son de guitare, elle sonne comme un pain dans la gueule ! Il est parfait pour ça.

Cosmic Camel Clash : Le groupe a annoncé sur son site officiel que cet album était le plus technique de l’histoire du groupe, est-ce une dimension importante de votre musique ?

Emperor Magus Caligula : Oh oui... nous avons tous pris de l'âge et nous avons réussi à conserver un line-up stable depuis plusieurs années, batteur excepté... nous avons fait des progrès à chaque tournée du coup. Mais quand Dominator a intégré le groupe à la batterie, nous avons été soudainement capables de jouer des choses dont nous pouvions seulement rêver auparavant. Il est tellement technique... ce type est une erreur de la nature, c'est une machine ! Il est incroyable. Même Peter a eu des problèmes en studio à cause de ça, il a dû retravailler les parties de batterie après leur enregistrement pour les rendre plus humaines. Il a même dû déplacer des coups de grosse caisse car Dominator était tellement précis qu'on aurait dit une boîte à rythmes. Ça ne sonnait plus naturel tellement c'était calé, c'était posé à la microseconde ! Ce type, je ne sais pas quel est son problème (rires).

Cosmic Camel Clash : C'est bien la première fois que j'entends qu'un groupe a utilisé la post-production pour rendre son album moins précis ! Normalement c'est le contraire !

Emperor Magus Caligula : Ouais (rires) ! Ça a l'air débile dit comme ça, mais c'est vraiment ce qui s'est passé. Je ne sais pas à quelle espèce appartient Dominator, mais de toute évidence il n'est pas humain. Et en live c'est la même chose, parfois il joue même encore plus vite... et toujours avec la même précision, la même perfection. Pendant une heure et demie. Du coup le fait que nous vieillissons est mauvais pour nous car il nous malmène ! Nous prenons de l'âge, nous prenons du poids, et le suivre est difficile (rires).

Photo


Cosmic Camel Clash : Et en général, comment considères-tu la technique dans la musique ?

Emperor Magus Caligula : Je ne lui accorde pas vraiment d'importance. Qu'on soit technique ou non, ce sont les compos qui sont importantes. Par exemple DarkThrone n'est pas un groupe technique à mes yeux, mais ils restent un de mes groupes préférés grâce à une combinaison de différents facteurs qui font que je ressens leur musique plus que je ne l'écoute. Elle me plonge dans un certain état d'esprit, et c'est ça qui importe le plus à mes yeux. Ce n'est pas nécessaire d'être très technique pour m'impressionner.

Cosmic Camel Clash : As-tu une opinion concernant ces nouveaux groupes de black qui se veulent plus ambitieux techniquement ? Je pense notamment à Deathspell Omega, 1349, The Legion...

Emperor Magus Caligula : Mmh... je ne les connais pas vraiment... j'ai entendu des chansons d'eux sur des compils mais je ne me suis jamais vraiment penché sur leurs albums. Je pense surtout que chacun doit faire ce qu'il veut, et si je n'aime pas je n'achète pas. C'est aussi simple que ça. Bien évidemment le black-metal doit franchir de nouvelles étapes dans son évolution, car si tout le monde joue sans cesse la même chose ça devient ennuyeux et ce n'est pas comme ça que l'esprit humain fonctionne. On trouve toujours des moyens de sonner un petit peu différemment des autres, de créer sans cesse de nouveau genres... et si certains sont dans cette optique tant mieux ! Je ne l'achèterai sûrement pas, c'est tout.

Cosmic Camel Clash : T’imagines-tu pouvoir un jour enregistrer un album sans blasts ?

Emperor Magus Caligula : Mmmh... ouais ! C'est en rapport avec ce que je t'ai dit plus tôt : si ça nous semble naturel de sortir un cd sans blast-beats nous le ferons. Mais je ne pense pas que ça arrivera un jour avec Dark Funeral, car c'est vraiment une grosse part de l'identité du groupe. Avant d'enregistrer cet album nous pensions essayer de jouer moins vite pour augmenter la puissance des morceaux, et parce que nous ne pouvions pas jouer plus vite que ce que nous faisons déjà... puis nous avons trouvé Dominator et nous avons réalisé que jouer encore plus vite était possible en fait. Sinon bien sûr, je pourrais enregistrer de la musique sans blasts, ils ne sont pas importants... mais pas avec Dark Funeral. Avec un autre groupe, oui, bien sûr. Mais il s'agirait d'un autre projet.

Cosmic Camel Clash : Après une si longue carrière, t'arrive-t-il de regarder en arrière et de considérer le chemin parcouru ? Et si oui, quand tu le fais, que ressens-tu ?

Emperor Magus Caligula : Ouais... et de temps en temps j'ai l'impression que nous sommes devenus des enfants gâtés (rires). Parfois quand nous sommes sur la route nous sommes capables de nous fâcher très fort car nous devons faire nos sandwiches nous-mêmes (rires).

Cosmic Camel Clash : Trop dur pour vous.

Emperor Magus Caligula : Voilà (rires)... « la scène est trop petite », « y'a pas assez de monde ce soir », etc, etc. Alors qu'à nos débuts nous n'en avions rien à foutre de la taille de la scène, et avoir dix personnes au premier rang était surpuissant ! L'esprit humain n'est jamais satisfait de toutes façons. Il m'arrive de rire intérieurement quand je pense à ce que nous avons traversé, aux shows que nous avons pu donner... nous avons joué dans une salle à manger quelque part en Belgique !
Photo


Cosmic Camel Clash : Dans une salle à manger ?!?

Emperor Magus Caligula : Ouais (rires) ! Je suis à peu près sûr que c'était une salle à manger, en tous cas ça y ressemblait. Nous jouions à même le sol dans un coin, dans un genre de squat punk pourri (rires). Et aujourd'hui nous jouons parfois dans des stades. Mais l'esprit humain en veut toujours plus, donc je ne serai jamais heureux de ce que j'ai (rires).

Cosmic Camel Clash : Concernant l’évolution du black metal depuis tes débuts, évolution que tu juges nécessaire... penses-tu que l'esprit, le feeling qu'on trouvait chez les groupes du début des années 90 est toujours présent ? Ou bien a-t-il totalement disparu ?

Emperor Magus Caligula : Oh non, il en reste quelques-uns qui continuent à faire brûler la flamme noire, si je peux me permettre d'en parler en ces termes. On trouve aujourd'hui des groupes qui sont exactement comme nous étions à nos débuts : arrogants, ne laissant personne leur marcher sur les pieds... nous ne laissons toujours personne nous marcher sur les pieds, mais leur enthousiasme est inchangé et ils ont cet état d'esprit underground, cette compréhension de l'importance de la scène underground dans la culture black-metal. Sans cette scène, le black-metal n'aurait pas existé. Il m'arrive de regretter cette époque où on correspondait par lettre écrite... je serais super content de recevoir une lettre de fan aujourd'hui, pas un e-mail ! Je déteste les ordinateurs ! Ce serait super cool... Les gens se passaient des flyers, vendaient des démos accompagnées d'enveloppes timbrées pour que les gens répondent... et certains groupes sont toujours dans ce trip. Il traînent autour des lieu de concerts de leur région avec des sacs pleins de démos pour les vendre. Je trouve ça magnifique qu'on trouve des gens dans la nouvelle génération pour perpétuer ça. Mais si d'autres veulent donner dans la nouveauté et ne comprennent pas cette culture, ce n'est pas un problème. Ils ne sont pas obligé de s'immerger dans cette culture, et ils peuvent faire leurs sites web flashy ou je ne sais quoi.

Cosmic Camel Clash : Nous parlons beaucoup de black-metal, mais sans réellement le définir. Qu'est-ce que ce genre représente pour toi ?

Emperor Magus Caligula : Pour moi, le black-metal est avant tout une affaire de sentiments et d'humeur personnelle. Quand j'écoute des cds chez moi, l'album que je mets dans mon lecteur dépend complètement de mon humeur du moment, de ce qui m'est arrivé dans la journée. Tout se rapporte à cette perception émotionnelle de la musique, à cette tentative de comprendre la musique avec mon âme.

PhotoCosmic Camel Clash : De nombreux groupes ont tenté de relier le black-metal à une idéologie. Ce n'est pas ton cas ?

Emperor Magus Caligula : Mmh... (réfléchit) pas vraiment. Par le passé je t'aurais répondu autre chose, mais aujourd'hui j'ai roulé ma bosse, et personnellement ça n'est plus qu'une question d'émotion aujourd'hui. Bien évidemment je pense que le black-metal doit traiter des émotions en question, je ne serais pas à l'aise en écoutant une chanson de black-metal exprimant des sentiments joyeux. Ça serait mal ! Amusant, peut-être, mais mal. Ça doit parler de tristesse, de haine, etc.

Cosmic Camel Clash : Si tu te réveillais un matin et que tu te rendais compte que tu n’avais plus rien à exprimer musicalement, que ferais-tu ?

Emperor Magus Caligula : Mmmh... c'est une très, très bonne question. Si je ne pouvais pas m'exprimer musicalement, je pense que je continuerais à travailler en lien avec la scène black-metal d'une manière ou d'une autre. J'essayerais de promouvoir de nouveaux groupes, quelque chose comme ça.


Cosmic Camel Clash : Tu serais incapable de quitter cet univers...

Emperor Magus Caligula : Non, c'est totalement hors de question. Je quitterai cet univers quand je quitterai votre monde.

Cosmic Camel Clash : C'est fort bien dit. Fin d'interview classique : si tu n'as plus rien à dire on s'arrête là, mais tu peux ajouter quelque chose si tu le souhaites. Le choix t'appartient.

Emperor Magus Caligula : J'espère juste que nous jouerons en France bientôt, car notre dernier show à Paris – qui nous a servi pour le clip de "Atrum Regina" - reste pour nous tous un des meilleurs que nous ayons vécu. C'était complètement fou et nous sommes très impatients de revenir.



Crédits photo : www.myspace.com/darkfuneral



Questions : Decline
Traduction / transcription : CCC



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4